Appui à la scolarisation des élèves handicapés

La politique de soutien à l'intégration scolaire

Le Département développe une politique d’intégration des élèves handicapés en milieu scolaire en appuyant l’action de l’Éducation nationale.

L’intégration individuelle ou l’intégration collective

La scolarisation des jeunes, porteurs de déficience, existe sous deux formes : l’intégration individuelle dans une classe ou l’intégration collective dans une Unité localisée d’inclusion scolaire (Ulis). 

A ce jour, 400 élèves sont scolarisés dans les ULIS mises en place dans les Hauts de Seine. 

Pour permettre un accueil dans de bonnes conditions, le Département intervient dans les domaines suivants :

  • l’aménagement de la salle de classe et d’une salle de soin ; (soins d’orthophonie, de psycho motricité, etc.)
    Un équipement en mobilier et matériel informatique est également fournit.
  • le financement du matériel pédagogique adapté 
  • dans l'intégration aux différents dispositifs éducatifs et sportifs mis en place 
  • en subventionnant l'association Soutien et accompagnement à l’intégration scolaire (SAIS 92) qui informe et conseille les parents d’enfants handicapés lors de la scolarisation
  • en subventionnant depuis 2005 les associations ADPEP (l'Association départementale des pupilles de l'enseignement public) et la Ligue de l’enseignement
  •  en mettant, par l'intermédiaire de l’Association Départementale des Pupilles de l'Enseignement Public (ADPEP 92), à disposition des enfants hospitalisés à l’hôpital de Garches (polyhandicapés et leucémiques) des animations au chevet et en centre de loisirs pour ceux qui peuvent quitter leur chambre.

Scolarisation d’un enfant handicapé, le point sur les aides

  • L'allocation d'éducation pour enfant handicapé (AEEH)

La MDPH octroie l'allocation d'éducation pour enfant handicapé (AEEH) qui est une prestation familiale destinée à aider les parents à faire face aux dépenses liées à l'éducation d'un enfant handicapé.

  • Les transports spécialisés

Pour les élèves handicapés qui présentent un taux d'incapacité égal ou supérieur à 50 %, un transport individuel adapté peut être mis en place pour la durée de l'année scolaire. C'est la CDAPH qui, au vu du dossier de l'enfant, apprécie l'importance de l'incapacité. 

Chaque élève handicapé, lorsqu'il remplit ces conditions, bénéficie de la prise en charge des frais de transport liés à la fréquentation d'un établissement scolaire. 

Le point sur les aides 

 

La Carte des classes ULIS