Les expositions dans les musées départementaux et aux archives départementales

Le Département, en partenariat avec le musée des Beaux-Arts d’Orléans, accueille dans les Anciennes Écuries du Domaine départemental de Sceaux, la deuxième partie de l’exposition de dessins Le Trait et l’Ombre. Ce second acte, de Géricault à Picasso, aura lieu du 8 septembre au 31 décembre 2022 et sera consacré à une sélection de feuilles du XIXe et XXe siècle. . Un programme inédit d'ateliers et de visites est proposé autour de l'exposition.

Par son histoire et sa configuration, le Domaine départemental de Sceaux dont le musée est consacré « Au goût français de Louis XIV à Napoléon III », est l’illustration même de la primauté du dessin sur l’ensemble des arts. Considéré comme un lieu d’expression de plusieurs sortes de « desseins », le musée du Domaine départemental de Sceaux a, depuis quelques années, saisi l’opportunité de se singulariser au travers de sa programmation et de la valorisation du dessin en tant qu’art. Avec plus de deux cents œuvres exposées sur l’ensemble des deux actes qui la constituent, l’exposition consacrée au cabinet d’Arts graphiques du musée des Beaux-Arts d’Orléans permet la poursuite du programme d’expositions organisées autour du dessin par le musée du Domaine départemental de Sceaux.

L'exposition occupe les deux niveaux de la nef des Anciennes Écuries, espaces remis à neuf en 2021. Au sein de chaque acte, les œuvres ont été réparties en sections thématiques accompagnant les évolutions stylistiques de chaque époque et respectant ainsi l’ordre chronologique des œuvres. L’acte II : de Géricault à Picasso, est divisé en douze sections : L’Antiquité moderne, Entre deux Révolutions, Cogniet et compagnie, Romantismes, L’Exotisme, Paysages, Portraits et autoportraits, Jeanne d’arc, image d’un culte, Tradition et modernité, Henri Gaudier-Brzeska, Max Jacob et ses amis.

Le Trait et l’Ombre  vise à faire connaitre au public francilien les plus belles feuilles du cabinet des Arts graphiques du musée des Beaux-Arts d’Orléans qui constitue l’un des ensembles les plus réputés au sein des musées français. Mais au-delà de la valorisation de ces œuvres, l’exposition sera l’occasion pour le public de découvrir d’authentiques chefs-d’œuvre, dus aux plus grands artistes français des cinq derniers siècles tels que : Nicolas Poussin, Laurent de La Hyre, Antoine Watteau, François Boucher, Jean-Honoré Fragonard, Jacques Louis David, Anne-Louis Girodet, Jean Auguste Dominique Ingres, Théodore Géricault, Maurice Denis, Pablo Picasso ou encore Max Jacob, parmi d’autres nombreux.

Bon à savoir...
Un catalogue, édité chez Silvana Editoriale, commun aux deux actes de l’exposition propose une notice pour chacune des 201 œuvres exposées, ainsi que deux essais introductifs. La rédaction des notices a été confiée à une cinquantaine de spécialistes de chaque artiste à l’échelle internationale. L’ouvrage a été l’occasion d’étudier des dessins dont l’attribution, l’histoire ou l’iconographie posaient question et a permis de faire de belles découvertes en rendant à des artistes renommés, certaines feuilles tombées dans l’oubli.
L’ouvrage, vendu 35 €, comptera 460 pages et sera tiré à 1 250 exemplaires.

 

Informations pratiques
« Le Trait et l’Ombre. Dessins français du musée des Beaux-Arts d’Orléans. Acte II, de Géricault à Picasso »
Du 8 septembre au 31 décembre
Anciennes Écuries
Ouvert de 14h à 18h30 du mardi au dimanche (en septembre et octobre)
Tarif : 5 € plein tarif - Tarif réduit : 4 €
domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr

Autour de l'exposition
Dimanche 25 septembre

♦ 10h-12h : atelier famille – Portrait et autoportrait, dessin au trait 
Les œuvres exposées du dessinateur et sculpteur Henri Gaudier-Brzeska serviront de point de départ à un atelier de dessin au trait « crayon et feutre noir », pour des portraits et autoportraits en famille, où chacun sera tour à tour artiste et modèle.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries
null
Henri Gaudier-Brzeska, Portrait de Sophie Brzeska © musée des Beaux-Arts d’Orléans 
Photographie Mathieu Lombard

♦ 14h-16h30 : atelier adulte - Le portrait de profil, en noir et blanc
L’atelier sera consacré au portrait de profil en médaillon (pierre noire et rehauts de blanc sur papier de couleur), à l’exemple du portrait de Jules-Robert Auguste par son père Henri. Vous pouvez apporter une photo de profil, de bonnes qualité et dimensions.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 15h30 : visite tout public de l’exposition

Dimanche 2 octobre 

♦ 10h-12h : atelier famille – Initiation au pastel sec, sur le thème de l’exotisme
Après avoir découvert dans l’exposition les dessins de Jules-Robert Auguste et l’histoire de son “bric-à-brac oriental”, l’atelier sera consacré aux animaux exotiques, voire déguisés sur le mode «retour d’orient».
Avec Marie-Noëlle Mathieu
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 14h30-15h : visite flash : Les dessins à thème mythologique de Girodet et Géricault
Avec Marie-Noëlle Mathieu
Sans réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries


null
Théodore Guéricault, Le cortège de Silène © musée des Beaux-Arts d’Orléans
Pphotographie Mathieu Lombard

♦ 15h30 : visite tout public de l’exposition

Vendredi 14 et samedi 15 octobre

♦ Dessin français / Musées de France
Journée d’étude sur les cabinets d’art graphique
Sur réservation – rendez-vous à l’Orangerie

Dimanche 16 octobre

♦ 10h-12h : atelier famille – Arbres et feuillages
En s’inspirant de la technique de Max Jacob (Saules au bord de la Loire, 1938), vous explorerez la thématique de l’arbre et du feuillage au feutre noir et à la gouache sur papier coloré.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 14h-16h30 : atelier adulte - Paysage au pastel sec
Les dessins de Antonin Moine, Léon Cogniet et Théodore Gudin, dotés de magnifiques ciels, nous entraîneront dans la réalisation d’un paysage au pastel sec.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 15h30 : visite tout public de l’exposition

Dimanche 30 octobre

♦ 10h-12h : atelier famille : Dessin, aquarelle et collage, atelier inspiré des Paysages de George Sand
Avec Caroline Delabie
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 14h-16h30 : atelier adulte – Dessin, aquarelle et collage, atelier inspiré des Paysages de George Sand
Lors de ces deux ateliers, Caroline Delabie vous propose de travailler sur l'élaboration d'un sujet en partant de l'aléatoire, à la manière de George Sand, exploité ensuite sous forme de paysage en s'inspirant des dessins de l'exposition. Ensuite, sous forme de collages, on y place des personnages ou autres éléments dessinés et découpés.
Avec Caroline Delabie
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

null
Aquarelle réalisée en atelier @ Caroline Delabie

♦ 15h30 : visite tout public de l’exposition

Dimanche 6 novembre

♦ 10h-12h : atelier famille - Fabrication de papier
Cet atelier sera consacré au papier et à l’encre, avec en particulier la fabrication de feuilles de papier et une démonstration de fabrication d’encre ferro-gallique, à partir de la noix de galle.
Avec Alexis Pandellé
Sur réservation – rendez-vous à l’Orangerie

Dimanche 13 novembre

♦ 10h-12h : atelier famille – Croquis d’animaux
Cet atelier vous invite à faire des croquis d’animaux au crayon graphite, à l’image de Camille Pissarro « croquant » rapidement les oies d’une basse-cour.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 14h-16h30 : atelier adulte – effet de contre-jour
Effets de contre-jour (nature-morte ou figure humaine), dessin au crayon graphite de différentes duretés : un atelier inspiré par l’œuvre de Henri Martin Jeune femme au chapeau.
Avec Virginie Fillion
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

Dimanche 27 novembre

♦ 10h-12h : atelier famille – Carnet de croquis, carnet de voyage
Avec Caroline Delabie
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries

♦ 14h-16h30 : atelier adulte – Carnet de croquis, carnet de voyage
Avec Caroline Delabie
Sur réservation – rendez-vous aux Anciennes Écuries
Souvenirs d’un voyage
Munis d’un carnet de croquis, glanez dans l’exposition les éléments que vous souhaiterez emporter :  croquis de silhouettes en quelques traits (Gaudier-Brzeska), relevés de détails de costumes (Robert Auguste), croquis en valeurs de paysages…. Puis en atelier, vous réaliserez un travail de composition en couleurs à partir de leurs dessins.

null
Henri Gaudier-Brzeska, Étude pour Caritas © musée des Beaux-Arts d’Orléans
Photographie Mathieu Lombard

Dimanche 4 décembre

♦ 10h-12h : atelier famille – Fabrication de papier
La fin de l’année approche… Venez fabriquer vous-même du papier coloré avec Alexis, papier que vous pourrez ensuite transformer en cartes ou en décorations, au gré de vos envies.
Avec Alexis Pandellé
Sur réservation – rendez-vous à l’Orangerie

Samedi 17 décembre et dimanche 18 décembre

♦ 15h30 : visite tout public de l’exposition
Tous les jeudis à 15h : visite de l’exposition

Dédiée à l’histoire des mobilités, l'exposition retrace l’évolution des moyens de transports dans les Hauts-de- Seine et traite également de la structuration de la banlieue, de la conception des réseaux et des relations entre Paris et sa périphérie.  Elle commence avec une carte de la France en 1700, lorsque l’administration de Colbert prend conscience de l’état du réseau routier quasiment inchangé depuis l’époque romaine, et s’empare de la question. Les Ponts et Chaussée sont créés, un réseau en étoile se développe autour de Paris et des ouvrages d’art sont construits. Plans, gravures et notes évoquent ainsi le pont en pierre de l’architecte Perronet qui remplace l’ancien pont de Neuilly en bois.
 

null 
Photographie de la reconstruction du pont de Suresnes. Cliché H. Baranger (1941) © CD92/Archives départementales

Accélération

Au XIXe siècle, les autorités tracent des lignes de chemin de fer pour relier Paris aux grandes villes de province. Celle qui va de la capitale au Pecq, puis à Saint-Germain-en-Laye via les Hauts-de-Seine, est la première à accueillir du public en Europe continentale. Les premières gares alto-séquanaises, ouvertes en 1837, se situent à Nanterre, Asnières et Clichy. La ligne Versailles rive droite, visible sur une carte d’époque présentée en vitrine, est opérationnelle en 1839, celle de Versailles rive gauche en 1840. Six ans plus tard, la ligne de Sceaux sert de prototype avec ses virages serrés entre Bourg-la-Reine et le terminus.
D’autres archives, dont un croquis tiré d’un rapport de police et une aquarelle, évoquent la « catastrophe de Meudon » en 1842, première catastrophe ferroviaire de l’histoire. 

Densification du réseau

Fiacres, omnibus et tramways desservent la banlieue. Au XIXe siècle, ce dernier est un véhicule hippomobile sur un rail, appelé « américain », qui circule sans arrêt, les voyageurs descendant et montant en marche. « La première ligne de tramway s’étend sur un kilomètre entre le centre-ville de Rueil-Malmaison et sa gare », précise Julien Le Magueresse, chef du service des publics aux Archives départementales et commissaire de l’exposition. Le réseau s’étoffe par de nouvelles gares, et par de nouvelles destinations à partir de Saint-Cloud, ce qui permet de desservir Garches et Vaucresson. « Un tracé rejoint la nouvelle gare des Moulineaux. Il suit la Seine en desservant d’autres villes, à l’emplacement de l’actuel tramway T2, et se branche au réseau parisien pour acheminer le public au Champ de Mars lors des Expositions Universelles ».

null
Carte des lignes de chemin de fer de Paris à Saint-Germain et de Paris à Versailles (1839)  © CD92/Archives départementales

null
Carte postale. Vue du funiculaire et de la voie prise
de l’arrivée à la station supérieure (XXe siècle) © CD92/Archives départementales

 
Révolution automobile

Au XXe siècle, il faut adapter le réseau routier : entretenir différemment les routes pavées ou en terre battue, les arroser pour limiter la poussière, faire du cyclindrage pour tasser la terre... Des vues des années 1930 montrent aussi le bitumage et l’enlèvement des rails du tramway qui disparait alors au profit des bus. Études, photographies et plans révèlent la genèse de l’autoroute A13, premier grand aménagement autoroutier français réalisé à la même période. « Le premier Grand prix automobile d’après-guerre est organisé pour son inauguration en 1946, souligne Julien Le Magueresse, avec un circuit dans le tunnel de Saint- Cloud et dans les rues de la ville. »

Mieux desservir la banlieue

Le métro sort de Paris à la même époque, quand la ligne 9, la première à arriver dans les Hauts-de-Seine, est prolongée jusqu’au pont de Sèvres. Le quartier d’affaires de La Défense se développe avec l’arrivée du RER, de nouvelles interconnections, des réflexions sont menées sur le métro et sur un train monorail envisagé pour rallier Cergy-Pontoise. L’exposition s’achève sur les projets en cours ou à venir : la création
du tramway T10, le prolongement de la ligne 4 du métro et du RER E, Eole... Photographies et documents matérialisent les étapes de ces grands projets, enquêtes publiques, études préalables et plans d’aménagement. Des projets qui s’inscrivent désormais dans une dynamique de développement durable donnant une nouvelle occasion de rappeler l’action départementale pour les mobilités présentes et futures.

null
Dessin sur calque d’un projet du prolongement de l’autoroute A13 vers le boulevard périphérique (1968) © CD92/Archives départementales
 

Informations pratiques
Sur route et sur rail : se déplacer dans les Hauts-de-Seine (XVIIIe-XXIe siècle) 
Du 18 septembre 2022 au 16 juin 2023
Archives départementales à Nanterre
Ouvert du lundi au vendredi  de 9h à 18h
Gratuit
L’exposition se prolonge au parc départemental André-Malraux , à deux pas des Archives départementales
archives.hauts-de-seine.fr

Un sujet du Guide vallée-culture septembre-octobre 2022 

L’exposition inaugurale intitulée « Autour du monde. La traversée des images, d’Albert Kahn à Curiosity » s’appuie sur le périple du banquier à l’origine des Archives de la Planète. Elle est présentée du 2 avril  au 13 novembre 2022.

Au nouveau musée, des images pour voyager autour du monde du début du XXe siècle à nos jours

Images originales

Dès 1888, Albert Kahn se rend pour ses affaires en Afrique, en Égypte et en Amérique. Convaincu de l’importance de voyager, il ouvre en 1898 des bourses « Autour du monde » pour les jeunes agrégéset réalise un voyage autour du globe en 1908-1909 avec Albert Dutertre, son chauffeur- mécanicien formé à la photographie et au cinéma. Ce dernier décrit leur traversée depuis la France vers les continents américain (États-Unis) puis asiatique (Japon, Chine) dans son journal de route. Il rapporte 4 000 plaques stéréoscopiques - vues en relief - et 2 000 mètres de pellicule qui restituent ambiances, découvertes et rencontres. Noyau historique des collections du musée, Ce fonds qui accompagne le visiteur tout au long de l'exposition, montre les prémices des Archives de la Planète.

Du souvenir au cliché

« Autour du monde. La fabrique des imaginaires », la suite de l’évocation décrit la circulation des images à la naissance du tourisme, initié par le Grand Tour et les premiers tours du monde au milieu du XIXe siècle. Avec l’avènement de la photographie, cartes postales, albums et guides touristiques font l’inventaire des sites remarquables tandis que les conférences d’images projetées émerveillent les spectateurs. L’exposition met en regard des vues des pyramides de Gizeh prises par des opérateurs d’Albert Kahn avec le travail du photographe Cyrille Robin (2015) qui traite de la fabrication des souvenirs photographiques au prisme du voyage touristique. 

Voyages initiatiques

Dans l’exposition, des récits de voyageurs écrivains et de boursiers Autour du monde font écho aux aventures des opérateurs, tel Frédéric Gadmer, (Irak et Perse, Afghanistan,1927-1928). Des vues stéréoscopiques inédites de la géographe Mariel Jean-Brunhes Delamarre, fille de Jean Brunhes, directeur scientifique des Archives de la Planète, évoquent la dimension émancipatrice de sa croisière de jeunesse (1925). Le road-trip de Bernard Plossu au Mexique (1965-1966) ou les photographies-récits de Max Pam (1990) illustrent de nouvelles approches privilégiant le « temps long du voyage ». 

Un tout petit monde

Devant l’objectif des opérateurs, l’essor des moyens de locomotion annonce la mondialisation. L’industrie touristique se développe, les distances s’estompent. Des transformations à lire dans Der Magie der Schiene (La Magie du rail), série photographique de vues de train par René Groebli (1949), tandis que Tim Davis (Colosseum - The new Antiquity, 2009) et Corinne Vionnet (Photo Opportunities), étudient des images de voyages standardisés. En guise d’épilogue, la série Untitled mars de Marcus DeSieno réinterprète, via le procédé photographique ancien du collodion, les
images de Mars prises par le robot Curiosity. Des Archives d’une autre planète.

null
Albert Dutertre, Maurice Lévy pose devant l’une des cascades des chutes de Kirifuri, environs de Nikko, 31 décembre 1908

Prolonger l’exposition, l’expérience du voyage sous toutes ses formes

null
Albert Dutertre, Manoeuvres des hommes d’équipage, à bord du Mongolia, Océan Pacifique, 4 décembre 1908

null
Albert Dutertre, Un fonctionnaire à proximité de Xichanganmen (porte Ouest de la Paix Éternelle),
Pékin, janvier 1909

null

À la fois carnet de route et album de voyage, Autour du monde débute par le récit filmique et photographique d’Albert Dutertre en voyage autour du monde avec Albert Kahn en 1908-1909. De la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, du développement du tourisme de masse au voyage virtuel offert par Google Images, des spécialistes apportent un contrepoint à l’exposition, tandis que des images inédites des collections font écho aux travaux de photographes et d’artistes contemporains.  
Ouvrage collectif sous la direction de Magali Mélandri, Clément Poché, Serge Fouchard et Fabienne Maillard, coédition Lienart/Musée départemental Albert-Kahn, 20 €, 176 pages  

Visites guidées adultes

♦ Visite avec les commissaires de l’exposition
Magali Mélandri et Clément Poché dévoilent la genèse de l’exposition et leurs visions de ce projet.
Mardi 12 avril à 18h30

 Visite éveillée
Diplômés en Body Mind Centering®, Violaine, conteuse et danseuse, et Frédéric, danseur et plasticien, sortent du cadre de la visite guidée pour la rendre active et joyeuse.
Les corps se déploient, s’agitent et se recomposent autour du regard porté sur les images ramenées par les opérateurs d’Albert Kahn.
Mardi 12 avril à 18h30

 Tour du monde en 80 minutes
Une traversée sensible des images de voyage de l’exposition où les collections du musée dialoguent avec des oeuvres contemporaines, invitant à questionner notre rapport au monde.
Samedi 16 avril à 11h30 

Tables rondes et rencontres

Le voyage autour du monde d’Albert Kahn
En 1908, le banquier embarque à Cherbourg pour une expédition considérée comme l’une des expériences fondatrices du projet des Archives de la Planète. Il est accompagné de son chauffeur Albert Dutertre qu’il envoie au studio Pathé se former au maniement de la caméra et de l’appareil stéréoscopique. Un périple à revivre grâce à ses images et au journal qu’il a rédigé.
I Danièle Méaut, professeur des universités I Serge Fouchard, documentaliste au musée départemental Albert-Kahn I
Samedi 9 avril à 16h

Jules-Gervais Courtellemont
Ce grand voyageur utilisait l’autochrome pour témoigner de ses péripéties en Orient. Ses images, projetées à la salle Charras, ont marqué durablement Albert Kahn.
I Emmanuelle Devos, directrice de la cinémathèque Robert-Lynen
Dimanche 12 avril à 19h 

Ateliers en famille

Souvenirs de voyage
Quels souvenirs gardons-nous de nos voyages ? En lien avec l’exposition inaugurale, petits et grands travaillent ensemble à créer une boîte à souvenirs d’un périple imaginaire au début du XXe siècle.
Dimanche 24 avril à 15h30 (1h30)
À partir de 3 ans 

Infos pratiques

Exposition « Autour du Monde. La traversée des images, d’Albert Kahn à Curiosity »
Du 2 avril au 13 novembre 2022 
Musée départemental Albert-Kahn 
albert-kahn.hauts-de-seine.fr

Voir aussi notre Focus : Sur les traces d'Albert Kahn 

Un sujet du Guide vallée-culture mars-avril 2022