Les expositions dans les musées départementaux et aux archives départementales

null

L'exposition proposée par le Département, dans les écuries du Domaine départemental de Sceaux du 18 septembre 2021 au 20 mars 2022, présente l'oeuvre singulière du sculpteur-dessinateur né à Neuilly-sur-Seine le 6 août 1900. De ses premiers dessins au milieu des années 20, aux oeuvres monumentales de la fin de sa vie "Les Verticales" et les dessins grands formats, de l'art figuratif à l'art abstrait, découvrez la vie et l'oeuvre de Jacques Zwobada.

En présentant près de cent-cinquante œuvres, cette exposition rétrospective couvre l’ensemble de la carrière artistique de Jacques Zwobada (1900-1967). Des portraits intimes de ses débuts aux dessins monumentaux et aux grands bronzes réalisés après le décès de son épouse Antonia, le parcours invite à découvrir les deux aspects de son art : le dessin et la sculpture. Parfaitement complémentaires, ces deux formes d’expression sont en effet comprises par l’artiste comme des arts indépendants qu’il met en résonance, notamment à partir des années 1950, lorsqu’il se voue à l’abstraction. L’exposition est accompagnée d’une riche programmation culturelle à destination de scolaires et du grand public, rendant hommage à l’artiste et aux techniques qu’il affectionnait.
Un événement qui fait écho à la fonte par le Département de LaVerticale en bronze, œuvre monumentale qui prendra place dans le parc départemental André Malraux en 2022.
La conception de la scénographie de l'exposition est confiée à l’atelier Paoletti & Rouland

Le parcours muséographique

Le début de carrière et l'art figuratif...
La première partie de l’exposition présente le travail figuratif de l’artiste, en donnant à voir sa réflexion sur le corps humain et tout particulièrement sur la figure et le nu féminin. L’influence de sa formation académique et celle de Rodin, figure tutélaire du sculpteur, se ressentent fortement dans ces travaux. Les portraits de ses proches, dessinés ou sculptés, permettront aussi de familiariser le visiteur avec le milieu artistique dans lequel évoluait Jacques Zwobada. Seront notamment présentés : René Letourneur, Antonia Fiermonte, André Caplet, les Vilmorin…

Focus : Les Fleurs du Mal et travail d’illustrateur de Zwobada.
Jacques Zwobada travaille à partir de1942 sur des illustrations de L’Après-midi d’un Faune de Stéphane Mallarmé. En 1945, il illustre les poèmes des Fleurs du mal de Charles Baudelaire, qui font l’objet d’une publication chez l’éditeur Léon Pichon. Des fusains et lithographies issues de ces deux séries seront exposées.

Le passage vers l’abstraction...
Au commencement des années 1950, Jacques Zwobada glisse vers l’art abstrait. L’entremêlement des corps jusque-là clairement représentés laisse la place à un réseau de lignes courbes qui effacent la présence humaine. L’artiste évolue vers des compositions monumentales au cours de la décennie suivante. 

Focus : le thème de la Verticale

null
Projet du concours monument du Général Leclerc Porte d’Orléans, Paris
"Zwobada", Pierre Cabanne les éditions de l’amateur


En lien avec la fonte de la Verticale monumentale du parc André Malraux, ce thème récurrent dans l’œuvre de Jacques Zwobada, fera l’objet d’une attention particulière par l’exposition de plusieurs modèles de sculptures et quelques croquis.

Le mausolée de Mentana et l’obsession de la mort d’Antonia
À la suite du décès de son épouse Antonia en 1956, Jacques Zwobada entreprend de lui élever un mausolée à Mentana, à quelques kilomètres au nord de Rome, en collaboration avec l’architecte Paul Herbé. La maquette du monument et des croquis illustrant l’important travail de recherche nécessaire à sa conception sont présentés ainsi que les dernières œuvres de l’artiste, dans lesquelles ressort son intensité expressionniste et l’ampleur du désespoir dans lequel l’a laissé la mort d’Antonia : la série des sculptures de divinités chtoniennes, les bustes d’Antonia, le travail autour des Chevauchées.

À noter et à  ne pas manquer : la projection de l’interview d’Anne Filali, réalisée en 2019 par la société de production de Fabrice Gardel.

null
Jacques Zwobada, Chevauchée nocturne, 1956, bronze, 45 x 12,5 x 15,6
© CD92/Philippe Fuzeau

Autour de l'exposition

La programmation culturelle sera composée de visites guidées réalisées par les médiateurs du Musée départemental de Sceaux, de lectures des Fleurs du Mal sur un week-end et de visites musicales de l’exposition qui comprendront la diffusion d’œuvres ayant inspiré l’artiste. Un partenariat est envisagé avec le musée Rodin de Meudon pour une journée commune de visite, Jacques Zwobada ayant été profondément influencé par le sculpteur.

Des ateliers encadrés par des artistes seront proposés à un public d’amateurs et de familles. Ils font échos aux techniques employées par Zwobada et permettront la pratique du dessin d’après modèle vivant, du monotype, de la sculpture.

Une offre pédagogique destinée au public scolaire viendra renforcer cette programmation grâce à des visites dédiées et des ateliers pédagogiques. Les travaux des élèves feront l’objet d’une valorisation en ligne et au musée.  

Les visites guidées de l’exposition pour découvrir les deux aspects de son art : le dessin et la sculpture, du figuratif à l’abstrait. : tous les jeudis à 15h, les dimanches : 26 septembre / 24 octobre./ 14 novembre./21 novembre/ 19 décembre./ 26 décembre./ 23 janvier 2022 ./ 13 février / 20 février./ 13 mars/ 20 mars.L'atelier de dessin au fusain (famille) encadré par Alexis Pandellé : à 10h15  dimanche 31 octobre, 28 novembre, 30 janvier 2022, 27 février
L'atelier de réalisation d’un monotype (famille) encadré par Isabelle Panaud : à 10h15 dimanche 19 décembre, 23 janvier 2022 , 20 février, 20 mars
L'atelier de dessin à la sépia à partir de modèle vivant (adulte)  : à 14h dimanche 19 décembre, 23 janvier 2022, 20 février, 20 mars
Lecture devant les œuvres par Frédérique Bruyas (adulte) : à 15h30 dimanche 31 octobre, 28 novembre, 30 janvier, 27 février à confirmer + lecture concert
Visite guidée flash de l’exposition (30mn) avant la lecture : à 14h45 dimanche 31 octobre, 28 novembre, 30 janvier 2022, 27 février 

Lecture - concert Baudelaire-Ferré,  Nos amours décomposées : dimanche 28 novembre à 16h00 à l’Orangerie Frédérique Bruyas, voix / Leonida Fava, guitare 
« La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie ; elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche. Il faut que l'œil écoute le chant de l'imprimerie ». Léo Ferré est clair dans ses intentions. Mettre en musique la parole des poètes pour que les mots vibrent dans toute leur sensualité. Charles Baudelaire a eu la part belle avec plus de cinquante-cinq compositions dans lesquelles Frédérique Bruyas a retenu celles qui explorent les troubles de l’amour.

Zwobada et la musique, Le geste et le son Jérémie Maillard – Violoncelle  Raphaëlle Martin - Voix
Le geste de l’artiste et les lignes d’une peinture ou d’une sculpture évoquent à Jérémie Maillard toujours un mouvement de l’archet. Quand le peintre trace le trait d’un coup de pinceau, il brasse l’air d’un coup d’archet. Sa matière est le son comme un éphémère qu’il crée, sculpte. Sa forme est vivante dans l’instant suspendu. Cette découverte en musique s’accompagne de citations de Jacques Zwobada qui livre dans ses carnets son rapport intime à la musique et sa place dans son geste créatif. 
Dimanche 6 février et 20 mars à 17h30 Benjamin Britten – Suite Johann-Sebastian Bach - Suite n.1
Jacques Ibert Ghirlarzana Citations Debussy et Caplet
Création personnelle Jeudi 17 février à 19h00
Jean-Louis Duport - Étude Johann-Sebastian Bach - Suite n.3 Paul Hindemith - Sonate op. 25
Sergeï Prokofiev – Marche
Création personnelle

Une journée d’étude, à laquelle participeront des intervenants extérieurs, sera organisée dans l’Orangerie autour du thème du dessin de sculpture  le samedi 20 novembre de  9h -17h (sur inscription uniquement).

Informations pratiques 

Exposition Jacques Zwobada, Résonances
Anciennes Écuries du Domaine de Sceaux
8, avenue Claude Perrault, 92330 Sceaux
Du 18 septembre 2021 au 20 mars 2022
Du mardi au dimanche : 14h-18h30
(13h-17h entre le 1er novembre 2021 et le 28 février 2022)
01 41 87 29 71 – resa.museedomainesceaux@hauts-de-seine.fr 

null
Le Printemps 1951, fusain, 63 x 42 © CD92/Vincent Lefebvre



null
Hommage aux sculpteurs des cathédrales 1960, fusain sur papier, 110 x 84, © CD92/Vincent Lefèbvre

null
Composition 1958, fusain sur papier ,95 x 64 © CD92/Vincent Lefèbvre
null
Elévation, 1955, plâtre, 137 x 71 x 27 © CD92/Philippe Fuzeau
null
Le Couple, 1956, bronze, 45 x 12,5 x 15,5 © CD92/Thierry Ollivier
null
Perséphone, 1967, bronze, 69 x 57 © CD92/Thierry Ollivier

null
Invitation au voyage, 1961, fusain et mine noire sur papier, 108 x 276 cm. Le Havre, musée d’art moderne André Malraux © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn

Le Département présente à la Maison de Chateaubriand une nouvelle exposition temporaire. : Un peintre romantique dans la Calabre napoléonienne - Franz Ludwig Catel. Du 18 septembre au 19 décembre 2021
Dessins de la Bibliothèque nationale de France .

L’archéologue, le peintre et l’écrivain

L’exposition ne réunit pas le bon, la brute et le truand, mais trois personnages on ne peut plus sérieux lancés ensemble en 1812 dans un périple inconfortable – à dos de mulet sur des chemins défoncés – à travers le royaume de Naples, de sa capitale jusqu’au bout de la Calabre, sous le règne pour quelques années encore de Joachim Murat, beau-frère de Napoléon Ier. À commencer par le plus en vue des trois, le peintre Franz Ludwig Catel (1778-1856) dont les visiteurs découvrent une quarantaine de dessins restaurés issus des collections de la Bibliothèque nationale de France. Il chemine six semaines durant avec l’archéologue Aubin Louis Millin. Vallée-aux-Loups oblige, on pense évidemment au Grand Tour artistique et spécialement au voyage en Orient de Chateaubriand, qui date d’à peine six ans auparavant. Mais le lien est encore plus serré car un jeune écrivain de 22 ans accompagne l’archéologue et le peintre : Astolphe de Custine, fils de Delphine de Sabran, passion amoureuse de l’auteur de René, pour lesquels, l’écrivain et le livre, Astolphe éprouve une admiration inspirante.

Selon la formule de Bernard Degout, son directeur, « la Maison de Chateaubriand ne se définit pas comme un musée, mais comme une maison d’écrivain patrimoniale, dédiée à Chateaubriand et au romantisme, accueillante à tous les habitants et hospitalière aux auteurs contemporains. La présence de la littérature y est déterminante ». C’est ainsi que cette exposition y trouve une place exacte, qui associe les œuvres d’un peintre prussien installé à Rome ayant rencontré et illustré Goethe, d’un archéologue arpenteur scientifique des ruines antiques, et d’un jeune écrivain, fils d’une passion amoureuse de Chateaubriand et admirateur du grand homme.

Plumes romantiques

Pareille exposition où l’image laisse transparaître la littérature en filigrane incite à en retrouver les épisodes dans Mémoires et Voyages, publié par Custine en 1830, où il relate le voyage en Calabre d’une plume romantique, même si elle est moins affûtée que celle de son mentor : « J’ai passé une grande partie du jour assis sur les murailles qui marquent l’enceinte de l’antique Paestum. Il en reste trois temples presqu’intacts, au milieu d’une plaine déserte et nue; et ces ruines produisent sur l’âme une impression extraordinaire! Ici, l’homme a tout l’avantage sur la nature. Abattez les temples, Paestum n’est plus qu’une solitude sans caractère, une plaine marécageuse, inculte et entourée de montagnes arides; avec ses monuments, c’est un désert poétique et dont je préfère l’aspect à celui des plus riantes campagnes. Où sont aujourd’hui les peuples qui laisseront aux générations à venir des modèles du sublime en architecture? »

La précision architecturale des dessins de Catel – perspective parfaite, jeu aérien des plans échelonnés – s’explique peut-être par l’usage d’une chambre claire (« camera lucida ») – l’équivalent en plein air de la « camera obscura » – dispositif optique assez courants chez les peintres au XIXe siècle et qui aide l’œil et la main, accélérant le travail sur le motif. Une telle « machine à dessiner » est exposée et fera l’objet d’une conférence parmi les nombreuses animations culturelles annoncées : concert, lecture, atelier. Sous le titre L’archéologue, le peintre et l’écrivain paraît un ouvrage relatif à l’exposition, qui n’en est pas exactement le catalogue mais un vagabondage – très documenté – autour des trois personnalités de ce voyage romantique. Où l’on pourra entre autres remettre les mots de Custine en regard des dessins de Catel, ce qui ne manque ni de charme ni de poésie, ni parfois d’une certaine drôlerie.

Didier Lamare pour HDS.Mag

Autour de l'exposition 

L’exposition sera accompagnée d’une programmation culturelle tous publics.
Des visites de l’exposition par les commissaires de l’exposition, samedi et dimanche d’ouverture,
seront organisées, et  des visites accompagnées par les médiateurs de la maison.
Une journée d’étude sur l’Italie napoléonienne (histoire, histoire de l’art) avec intermède musical et lecture. 
Une programmation musicale, de lecture et théâtrale :
- concert avec un pianiste, musique romantique. Concert conférence ;
- lectures des textes de Millin et/ou théâtre à partir d’un montage de texte réalisé par les contributeurs et une lecture par un ou des comédiens ;
- des ateliers scolaires et familles autour de la chambre claire ;
- conférence, présentation de la chambre claire par Arnaud Maillet professeur à la Sorbonne : chambre claire et naissance du paysage romantique.

Le programme détaillé

Ouverture de l’exposition pour les journées européennes du patrimoine les 18 et 19 septembre
Visite libre de l’exposition de 10h à 18h30

Après-midi et soirée Italienne à la maison de Chateaubriand //Samedi 25 septembre 16h30-20h00
-16h conférence « Franz Ludwig Catel, le peintre, le voyage présentation »
Par Gennaro Toscano Conseiller scientifique auprès de la Direction des collections de la Bibliothèque Nationale de France et Corine Le Bitouzé conservateur général, département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque Nationale de France, adjointe au directeur.
-18h visite guidée de l'exposition par les commissaires de l'exposition Genarro Toscano et Corinne le Bitouzé.
Durée 30 mn
Tarifs :  Conférence 6€/Réduit 4€ - Visite guidée 7€/Réduit 6€ - Billet couplé conférence visite guidée 8€/Réduit 6€
-20h concert Italie Napoli
Avec Johanne Cassar Soprano/Jérémie Maillard Violoncelle/Laurent Wagschal Piano

Les compositeurs d’opéra et de ballets évoquent les couleurs de l’Italie du Sud. La Soprano
Johanne Cassar ajoute l’interprétation des populaires chansons napolitaines
De l’opéra, des mélodies, des tubes et des pépites plus secrètes pour enchanter la Maison de Chateaubriand, partager, divertir, émouvoir.
Programme : Chansons populaires napolitaines
Luigi Boccherini Menuet, Sonate Riccardo Drigo Sérénade Millions d’Arlequins
Vincenzo Bellini Air extrait de La Somnambula
Igor Stravinsky Suite italienne
Gaëtano Donizetti Air extrait de Lucia di Lamermoor
Durée 1h - Tarifs : 16€/Réduit 12€ -  Tarif réduit pour les détenteurs d’un billet pour la conférence et ou la visite guidée.

Cycle de conférences à la maison de Chateaubriand consacré à Astolphe de Custine
La confession d’un masque : Aloys ou Le Religieux du Saint-Bernard d’Astolphe de Custine
Jeudi 30 septembre 19h30

Astolphe Louis Léonor, marquis de Custine, né le 18 mars 1790 à Niderviller et mort le 25 septembre 1857 à Saint-Gratien, est un écrivain français, surtout connu pour son ouvrage La Russie en 1839, parfois considéré comme le pendant russe de l’essai De la démocratie en Amérique de Tocqueville.
Par Marie–Bénédicte Diethelm Docteur en droit et littérature, spécialiste de Chateaubriand.
Astolphe de Custine, fils de Delphine : entre dévotion et mémoire » 
Jeudi 7 octobre 19h30

Avant de devenir l’auteur de romans et récits de voyages, Astolphe de Custine est d’abord connu pour être le fils de Delphine, marquise de Sabran, amie de Chateaubriand. Unis par les circonstances autant que par le cœur et le caractère, la mère et le fils se reconnaissent tous deux dans le vague romantique des passions. Malgré les ressemblances qui les relient et l'affection qui les attache l’un à l'autre, Astolphe de Custine se montrera jusqu’à sa mort tiraillée entre la volonté de se libérer d’une si durable influence maternelle et le devoir de faire acte de mémoire.
Par Samantha Caretti Doctorante en littérature française.
- Astolphe de Custine et le moment romantique
Mardi 12 octobre 19h30

S’il reste connu pour sa Russie en 1839 parue en 1843, Astolphe de Custine doit être considéré comme une importante figure de l’époque romantique, tant par ses rapports avec les écrivains et artistes de la période que par son œuvre littéraire. Au centre d’un réseau de relations et de conversations, il s’inscrit également de plein droit comme écrivain dans le moment romantique. Ses romans, notamment Aloys ou Le religieux du Mont Saint-Bernard (1829), ainsi que son drame historique Béatrix Cenci (1831), sans oublier ses récits de voyage, méritent d’être intégrés parmi les textes représentatifs du romantisme français.
Par Gérard Gengembre professeur émérite des universités.
La Russie en 1839 : choses vues et choses lues
Par Véra Milchina Université d’État des Sciences humaines de Russie, Moscou
Jeudi 14 octobre 19h30

Conférence, et présentation dans le parc de la chambre claire par Arnaud Maillet professeur à la Sorbonne
- La machine à dessiner Camera obscura et caméra lucida

Par Arnaud Maillet professeur à la Sorbonne.
Dimanche 3 octobre 16h - Tarifs : 6€/Réduit 4€

Journée d’étude Hors les murs : 18 novembre 
- L’Italie du sud et la Calabre au XIXème regards croisées des historiens, des archéologues, des artistes et des auteurs.
9h30-18h00 Lieu : École nationale des chartes 65 rue Richelieu Paris 02

Gratuit

Concert de Chants traditionnels d’Italie du Sud // Précédé à 16h d’une visite atelier famille et 16h30 d’une visite guidée de l’exposition avec un médiateur.
Dimanche 21 novembre 

15h30 visite atelier pour les 8-12 ans
Les machines à dessiner : l
a Chambre claire présentation initiation et pratique du dessin avec un médiateur de la maison de Chateaubriand.
Tarifs : 5€/Réduit 3€

16h visite littéraire Le voyage en Orient de Chateaubriand Tarifs : 7€/Réduit 6€ Tarif réduit pour les accompagnateurs de la visite atelier.

17h30 Concert DOPPIOGIORNO Retour en Italie 
Chants traditionnels d’Italie du Sud par Le Fil du Rêveur. 
Avec Magali Fadainville (voix), Cécilia Simonet (voix, guitare), Etienne Orsini (voix) ; Sébastien Liman (violoncelle, voix) ; Frédéric Harranger (clarinette, percussions). 
Doppio giorno... Parce que sous ces cieux, la lumière est plus vive et la vie plus intense, on incline à penser que le jour compte double. Sur les pas du peintre Franz-Ludwig Catel (1778-1856), Le Fil du Rêveur vous emmène en Italie du sud pour un périple au rythme des tarentelles, ritournelles et autres chants populaires de Naples, de Calabre, des Abruzzes et des Pouilles. 
Durée 1h - Tarifs : 8€/Réduit 6€ Tarif réduit pour les détenteurs d’un billet pour la conférence et ou la visite guidée

Table ronde à la maison de Chateaubriand et concert de guitare classique avec Pascal Valois.
Samedi 27 novembre 16h30
- Table Ronde et discussions sur le voyage en Italie
réalisé par Franz Ludwig Catel, Louis Aubin Millin et Astolphe de Custine
Avec Gennaro Toscano et Corinne le Bitouzé, commissaire de l’exposition, Bernard Degout, directeur de la maison de Chateaubriand, Gérard Gengembre critique littéraire, Samantha Caretti Doctorante en littérature.
Tarifs : 6€/Réduit 4€
20h00 Concert Napoli 1810
Avec Pascal Valois guitariste classique album Italian Romantic Music 2021 (compositeurs : Ferdinando Carulli (1770-1841), Niccolo Paganini (1782-1840), Mauro Giuliani (1781-1829). Programme composé de pièces italiennes de son dernier album et d’œuvres françaises (aussi du début du 19e siècle) influencées par l’Italie, comme la Sonate Brillante de Louis-Ange Carpentras (1786-1854).
Tarifs : 8€/Réduit 6€ Tarif réduit pour les détenteurs d’un billet d’entrée ou pour la table ronde.

Visites et livret de visite pour les familles
25 septembre 18h
 Visites guidée par les commissaires de l’exposition
Des visites guidées seront proposées par les médiateurs de la maison de Chateaubriand pendant toute la durée de l’exposition en semaine, et le week-end pour des groupes et des individuels.
En semaine le jeudi à 16h00, le week-end le samedi 16h00
Visite atelier // Les machines à dessiner : la Chambre claire présentation initiation et pratique du dessin avec un médiateur de la maison de Chateaubriand.

Pour les familles..
Pour chaque visite atelier une visite guidée de l’exposition pour les parents est proposée.

Dimanche 10 octobre /mercredi 20 octobre /samedi 30 octobre /Dimanche 21 novembre suivi du concert du fil du rêveur DOPPIOGIORNO Retour en Italie 
-16h visite atelier pour les enfants durée 1h15
-16h30 visite guidée de l’exposition pour les parents.
Tarifs : Visite atelier 5€/Réduit 3€

Visite guidée de l’exposition 6€ Tarif réduit pour les accompagnateurs de la visite atelier.

♦ Découvrez l'exposition virtuelle 

Informations pratiques 

« Un peintre romantique dans la Calabre napoléonienne - Franz Ludwig Catel »
Du 18 septembre au 19 décembre 2021
87, rue de Chateaubriand, 92290 Châtenay-Malabry
Tél : 01 55 52 13 00
Courriel : chateaubriand@hauts-de-seine.fr
vallee-aux-loups.hauts-de-seine.fr
Visites libres 
Du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 13h à 18h30 (l’après-midi, un médiateur
répond à vos questions)
Tarif : 5 € - Tarif réduit : 4 € (avec les collections permanentes)
Visites guidées
Jeudis 23 et 30 septembre, 7, 14, 21 et 28 octobre à 16h, samedi 25 septembre
à 17h Tarif : 2 € en plus du billet d’entrée 

Le peintre, l’écrivain et l’archéologue : Catel, Custine et Millin dans la Calabre napoléonienne

À l’occasion de cette exposition, la Maison de Chateaubriand publie un ouvrage qui évoque le royaume de Naples et la Calabre à l’époque du voyage, ainsi que les trois principaux protagonistes : le peintre (Catel), l’écrivain (Custine) et l’archéologue (Millin), à travers le voyage de Catel en Italie (1812) et des dessins qu’il en ramena, Les relations entre Chateaubriand et Astolphe de Custine, ainsi que le voyage de Chateaubriand en Italie durant lequel ce dernier effectua notamment des fouilles à Torre Vergata, seront également évoquées. 
Cet ouvrage met l’accent sur le regard croisé entre littérature et beaux-arts.

nullLa Bibliothèque nationale de France édite de son côté, en septembre 2021, un ouvrage de référence reproduisant l’ensemble des cent soixante-douze dessins de Franz Ludwig Catel, ainsi que le journal du voyage de Millin. Ces deux publications sont destinées à faire connaître au public le travail scientifique accompli par la BnF autour d’un fonds de dessins jamais montré en France et d’un manuscrit inédit.

En haut de l'affiche. L'art d’informer, convaincre, séduire.

« Nous avons une collection très importante de plusieurs milliers d’affiches, liée à plusieurs sources : les versements administratifs obligatoires et légaux du XIXe et XXe siècle, par exemple les affiches électorales, des documents ayant trait à la Première Guerre mondiale, les versements des théâtres, qu’il s’agisse d’une scène nationale - le Théâtre 71 à Malakoff - ou de centres dramatiques nationaux - Gennevilliers et Nanterre-Amandiers-, et les séries privées, issues de dons ou d’achats, avec de la propagande ou des publicités d’entreprises qui ont marqué le territoire, comme De Dion Bouton, explique Blandine Busson, archiviste chargée de l’exposition. Nous conservons également des fonds de la JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne, et de la Souvarine, la bibliothèque d’histoire sociale, riches également d’affiches sur leurs thèmes spécifiques. »

L’exposition s’organise en trois thématiques :

  • informer : affiches officielles nationales, affiches administratives locales ;
  • convaincre : affiches de propagande des deux guerres mondiales, affiches politiques et syndicales ;
  • séduire : affiches publicitaire, industries locales (automobiles et cycles, alimentation…), immobilières (créations de lotissements, vente de terrains), loisirs (fêtes, spectacles, tourisme…).

Autour de l'exposition

  • Conférences
  • Parcours jeu pour les enfants
  • Vendredi des archives (visite guidée de l’exposition des Archives et escape game)
  • Visites guidées sur rendez-vous
  • Action éducative
  • Déclinaison de l’exposition dans le parc André-Malraux : les collections d’affiches conservées aux Archives départementales permettront de réaliser une deuxième exposition dans le parc André-Malraux qui proposera vingt-cinq autre affiches reproduites. 
 

À noter : les affiches libres de droits ainsi que les affiches des événements culturels organisés par le Département sont publiées en Open Data. 

Informations pratiques

En haut  de l’affiche. L’art d’informer, convaincre, séduire.
♦ Parc départemental André-Malraux, à Nanterre, à partir d’août 2021
♦ Archives départementales des Hauts-de-Seine, 137 avenue Joliot-Curie à Nanterre, du 18 septembre 2021 au 17 juin 2022.
Horaires : du lundi au vendredi, 9h-18h (exposition), 18h-19h30 (conférences)
archivesdepartementales@remove-this.hauts-de-seine.fr

archives.hauts-de-seine.fr

null

Publicité pour les automobiles de Dion-Bouton installées à Puteaux. [Vers 1905]. - Archives départementales des Hauts-de-Seine, 23Fi128 © Gilles Vannet.

null

Affiche de l’association anticommuniste Paix et Liberté. Illustration Morac. [Vers 1955]. – Archives départementales des Hauts-de-Seine, 23Fi720 © Gilles Vannet.

null

Publicité pour Banania exquis déjeuner sucré. [Vers 1920]. -- Archives départementales des Hauts-de-Seine, 23Fi583 © Gilles Vannet.


null

Publicité pour la ligne des Invalides à Versailles des Chemins de Fer de l’Ouest. Illustration Georges Fraipont. 1904. - Archives départementales des Hauts-de-Seine, 23Fi126 © Gilles Vannet.


null

Annonce de terrains à vendre sur l’île de Billancourt à Issy-les-Moulineaux. Illustration Louis Tauzin [Vers 1900]. - Archives départementales des Hauts-de-Seine, 23Fi539 © Gilles Vannet.