Un bus « santé femmes » pour rompre l’isolement

2 min 30 de lecture

Solidarité

-

2 min 30 de lecture

Solidarité
Le bus santé femmes qui propose entretiens de prévention, dépistages, écoute et conseils de vie, le 29 janvier 2021, avenue Jean-Pierre Timbaud, à Châtillon.CD92/OLIVIER RAVOIRE
Dispositif itinérant unique en son genre qui vient enrichir la palette d’action sociale interdépartementale, le bus « santé femmes » offre aux femmes isolées du territoire une prise en charge globale. Consultez les prochaines dates de sa tournée dans les Hauts-de-Seine.

Aller à la rencontre des femmes les plus vulnérables pour leur offrir une prise en charge globale tant dans le domaine de la santé que du soutien psychologique et de l’accès aux droits. Lancé par l’Institut des Hauts-de-Seine avec le soutien des Hauts-de-Seine et des Yvelines, le bus "santé des femmes", nouveau dispositif itinérant, est né d’un constat : « Malgré les dispositifs existants, la santé est un sujet tabou chez certaines femmes, dans les cités, mais aussi dans les campagnes. Des femmes de tous âges et de tous milieux, célibataires, à la tête de familles monoparentales, divorcées, âgées ou même qui vivent dans le confort apparent du couple, ne peuvent ou n’osent pas toujours frapper à la porte des structures d’accueil habituelles », explique Bénédicte de Kerprigent, directrice générale de l’Institut des Hauts-de-Seine.

Hormis son habillage rose et blanc, le bus « santé femmes » a tout d’un bus RATP. De fait, il s’agit d’un ancien bus de la société de transport, partenaire du projet avec la Région Île-de-France, qui trouve là une seconde vie. L’intérieur aux allures de cocon est découpé en trois espaces : accueil et orientation, dépistage (auditif, visuel, diabète et cholestérol), entretien individuel. Sur des créneaux d’une demi-journée, les femmes sont reçues de façon anonyme et sans rendez-vous par une équipe pluridisciplinaire : infirmière, médecin (en lien avec l’Ordre des médecins), chargé de prévention, pyschologue mais aussi un officier de police et un avocat pour l’accès aux droits. « Beaucoup de personnes en souffrance n’osent pas pousser la porte d’un cabinet d’avocat, ni même aller vers les points d’accès aux droits. Avec ce bus, les femmes qui viennent d’abord pour une aide liée à la santé pourront s’adresser à un avocat, notamment au sujet des violences faites aux femmes », estime Vincent Maurel, bâtonnier du barreau des Hauts-de-Seine, également partenaire du dispositif.

80 interventions en 2021

Conduit par des chauffeurs femmes mis à disposition par la RATP, le Bus Santé Femmes sillonne les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines. En 2021, plus de 80 interventions sont programmés en zone dense comme en zone rurale.  En fonction des résultats de cette première expérience, une flotte de plusieurs bus pourrait se développer progressivement.

Programme des tournées dans les Hauts-de-Seine

Dates à venir 

  • Le Plessis-Robinson : Mardi 14 et vendredi 17 septembre 2021, de 9h à 13h, Place Harvey.
  • Chaville : Mardi 19 octobre 2021, de 10h à 16h, Place du marché.
  • Boulogne-Billancourt : Mercredi 20 et jeudi 21 octobre 2021, de 9h à 13h, Parvis de la patinoire, et jeudi 21 octobre 2021, de 11h à 15h, Grand'place.
  • Malakoff : Mercredi 24 et vendredi 26 novembre 2021, de 9h à 13h (adresse à confirmer).

Lancement de l'enquête interdépartementale « Sourire de Femmes »

Le 12 mars 2021, Georges Siffredi, Président du Département des Hauts-de-Seine, et Bénédicte de Kerprigent, Directrice générale de l'Institut des Hauts-de-Seine, ont lancé l'enquête interdépartementale « Sourire de Femmes » sur le Bus Santé Femmes au Plessis-Robinson à l'occasion de la semaine départementale des droits des femmes. Cette consultation sera distribuée tout au long de l'année à 2 500 femmes rencontrées sur le Bus Santé Femmes ainsi qu'au sein d'associations qui accompagnent les habitantes des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Ce questionnaire, réalisé en partenariat avec les Départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines, la Région Ile-de-France, la RATP, l'ADAVIP 92 (Association Départementale d'Aide aux Victimes d'Infractions Pénales des Hauts-de-Seine) et Hauts-de-Seine Habitat, a pour objectif de mesurer les habitudes de vie quotidienne des femmes habitant les Hauts-de-Seine et les Yvelines, dans les domaines de la vie personnelle, de la santé, de la vie professionnelle, sociale et environnementale, afin d'en dresser un panorama.

En savoir plus : consultez le questionnaire en ligne