Sécurité routière

Le département des Hauts-de-Seine réalise des diagnostics de sécurité et aménage sa voirie pour améliorer la sécurité des usagers, en particulier les piétons et cyclistes. Il participe aux manifestations et actions de prévention notamment auprès des communes.

Le département des Hauts-de-Seine s'engage pour réduire le nombre d'accidents

Le Département étudie et réalise des aménagements pertinents sur tous lieux pouvant induire des situations accidentelles. Il développe et finance en parallèle des actions de prévention.

26 personnes décèdent en moyenne par an sur l’ensemble des routes altoséquanaises. La plupart sont des piétons et des usagers de deux-roues et les accidents se produisent sur le réseau routier départemental le plus emprunté pour les déplacements. De ce fait le Département mène des actions continues pour réduire l’insécurité routière qui recouvre essentiellement deux axes :

  • Des travaux de sécurisation des lieux qui concentrent le plus d’accidents ou dont le nombre augmente ;
  • Des actions de prévention, parmi lesquelles l'installation de sièges-auto de démonstration dans certains centres de PMI, la participation au forum de la sécurité routière chaque année.

La sécurisation des sites qui concentrent le plus d’accidents

En ce qui concerne l’aménagement des infrastructures de transport routier, un programme de sécurisation des voies départementales est défini chaque année sur la base du fichier des accidents corporels de la circulation.

L’amélioration de la sécurité des usagers passe notamment par le traitement des sites sur lesquels de nombreux accidents sont constatés. Il peut s’agir de carrefours ou de sections d’itinéraire.

Une étude d’enjeux est réalisée chaque année sur l’ensemble des routes départementales pour faire émerger les sites dont le nombre ou la fréquence des accidents augmentent. Ces sites font l’objet d’un diagnostic qui peut conduire à un aménagement éventuel. Les caractéristiques des lieux et la typologie des accidents guident les propositions d’amélioration de l’infrastructure. Le ciblage et les modifications relativement mineures s’avèrent très rentables financièrement et rapidement.

Actuellement le département des Hauts-de-Seine consacre au minimum 2,5 millions d’euros par an pour le traitement des sites les plus accidentogènes de son réseau routier.

Le développement des actions de prévention 

Le département des Hauts-de-Seine mène des actions et s'associent aux initiatives de ses partenaires pour former et sensibiliser tous les publics à la prévention routière.

  • La formation des agents départementaux, notamment le perfectionnement des agents d'accueil et de surveillance des parcs départementaux à la conduite du scooter ;
  • La sensibilisation de tous les publics (scolaires, étudiants, professionnels, public familial) en soutenant une grande diversité d'initiatives de l'État, de communes et d'associations du département.
  • Dans plusieurs centres de PMI du Département, des sièges-auto de démonstration ont été installés, afin de sensibiliser les parents à la sécurité de leurs enfants lors de leurs déplacements en voiture.
  • 27 radars mobiles de sensibilisation sont installés sur les routes départementales. Ces radars informatifs signalent le dépassement de la vitesse règlementaire aux conducteurs sans contravention à la clé. Ils peuvent être déplacés selon les besoins.

Sécurité routière : les chiffres de l'accidentologie

Chaque année, la collectivité publie les chiffres départementaux émanant du fichier national des accidents corporels de la circulation routière, après avoir réalisé la géolocalisation et la cartographie des accidents.

Il édite d’une part, une plaquette départementale qui présente les circonstances, les victimes et les impliqués des accidents survenus sur l’ensemble du réseau routier (autoroutes, routes nationales, routes départementales et voiries communales) et mesure également l’évolution des accidents selon les modes de déplacements.

D’autre part, il produit des annexes communales qui contiennent quatre cartes et un bilan statistique pour chacune des 36 communes :

  • la carte 0 des accidents sur cinq ans avec les lieux de concentration, de 2013 à 2017, 
  • la carte 1 des accidents identifiés par gravité, consultable par année de 2013 à 2017, 
  • la carte 2 des accidents identifiés par l’usager le plus gravement blessé, consultable par année de 2013 à 2017, 
  • la carte 3 des : 
    • accidents de piétons
    • accidents de vélos
    • accidents de cyclo. ou motos
    • accidents de V.L.
    • accidents de P.L. ou T.C., sur 5 ans, de 2013 à 2017, identifiés par l’usager le plus gravement blessé, consultable par catégorie d’impliqués,
  • un bilan statistique.

Pour consulter les cartes, clic droit sur la carte : dans le menu, choisir « Afficher les boutons du navigateur », sélectionner les couches dans l’onglet « calques » du logiciel Acrobat Reader,soit par année, soit par catégorie d’impliqués.