Le stade départemental Yves-du-Manoir à Colombes

Le département des Hauts-de-Seine modernise les infrastructures du stade en vue de Paris 2024.

100 ans après avoir été le principal site des Jeux de 1924, le stade départemental Yves-du-Manoir, situé à Colombes, sera le site olympique du hockey sur gazon. Afin d’accompagner la dynamique olympique, le département des Hauts-de-Seine engage un nouveau projet de modernisation et d’aménagement de l'équipement sportif.

Les aménagements du complexe sportif

Après les jeux, la Fédération française de hockey s’implantera de manière pérenne à Yves-du-Manoir. Le stade deviendra le berceau du hockey sur gazon dans l'hexagone. 
Ainsi, il accueillera le centre national d'entraînement de la fédération avec deux terrains synthétiques de hockey (compétition et entraînement), unetribune de 1 000 places et des locaux pour accueillir la fédération, la ligue Ile-de-France, le comité départemental de hockey, et à terme, un club résident des Hauts-de-Seine : le Racing club de France Hockey 92 Colombes.
 En parallèle, quatre terrains de football et trois terrains de rugby, tous éclairés et en synthétique, ainsi qu’un nouvel anneau d’athlétisme prendront place au niveau de la nouvelle plaine de jeux.

Deux bâtiments neufs seront construits avec un objectif d’excellence environnementale afin d’accueillir des locaux administratifs et techniques, des vestiaires, des salles de réunion et espaces réceptifs mutualisés et deux salles de musculation mutualisées. Ces installations répondront aux besoins du Département, de la Fédération et de son centre national d’entraînement, des publics scolaires et universitaires, des associations et des clubs sportifs, notamment du Racing Club de France Football 92 et du Racing Club de France Rugby.
Le site sera clôturé dans son intégralité avec accès contrôlés. Le nouveau parking sera prévu pour le stationnement de 180 véhicules, assorti d’une zone deux-roues de 100 places.

La tribune historique du stade départemental sera mise aux normes tandis que la tribune métallique du terrain d’honneur, les tribunes des virages nord et sud et le gymnase Loury, situé en bordure est du terrain olympique, seront démolis. Le terrain olympique attenant à la tribune historique sera quant à lui refait, ainsi que son éclairage.

En résumé, les aménagements prévus  : 

  • 2 terrains synthétiques éclairés pour le hockey sur gazon et une tribune de 1 000 places ;
  • 2 bâtiments neufs (avec locaux administratifs et techniques, vestiaires, salles de réunion, salles de réception et  salles de musculation mutualisées) ;
  •  le terrain olympique refait (surface et éclairage) avec sa tribune historique remise aux normes ;
  •  4 terrains de football (synthétiques et éclairés) ; 
  •  3 terrains de rugby (synthétiques et éclairés) ;
  •  1 nouvel anneau d'athlétisme de 200 mètres (de 4 couloirs, avec en plus 6 couloirs de sprint parallèles de 100 m intégrés sur une longueur, 6 couloirs de sprint parallèles de 70 mètres à l’intérieur de l’anneau, 1 aire de saut en longueur et 1 aire de lancer) ; 
  • 1 parking proposant 180 places pour les véhicules et 100 places pour les deux-roues.

Des bâtiments et des matériaux exemplaires au niveau environnemental

Les enjeux principaux de l’opération de restructuration du stade sont bien sûr le respect de délais contraints liés à l’événement olympique, mais aussi les ambitions d’excellence environnementale particulièrement développées sur ce projet : 

  • Un bilan carbone maîtrisé analysé sur le cycle de vie des ouvrages et durant les travaux.
  •  Atteinte du niveau E3C1, selon le label « E+C- » (haute performance énergétique et bilan carbone réduit).
  •  50% de la production d’électricité sera réalisée sur le site, et couverture à hauteur de 50%  par des énergies renouvelables des besoins chauds/froids. 
  • 50% de construction bois minimum, avec un bois 100% labellisé. 
  • 90% de réemploi ou recyclage des déchets et des terres de chantier. 
  • 0 rejet d’eau pluviale dans les réseaux communaux.

Le projet lauréat mené par l'entreprise générale Léon-Grosse, apporte une réponse de qualité aux enjeux importants de cette opération d’envergure, avec des bâtiments fonctionnels, un traitement architectural soigné, une démarche de conception et un choix de matériaux à la hauteur des ambitions d’excellence environnementale du Département.

Le calendrier des travaux

Les travaux seront découpés en plusieurs phases d’aménagement :

Pour la réhabilitation de la tribune d’honneur :

  • Début des travaux de démolition : 3ème trimestre 2021
  • Début des travaux de la tribune : mars 2022
  • Fin des travaux : 31 décembre 2023

Pour les opérations de réaménagement du stade :

  • Dépôt du permis de construire : avril 2021
  • Début des travaux : janvier 2022
  • Fin des travaux : 31 décembre 2023

Les travaux seront finalisés au plus tard fin décembre 2023. Le site sera mis partiellement à disposition de Paris 2024 de fin février à novembre 2024. Une mise à disposition exclusives sera accordée à Paris 2024 du 12 juillet au 15 septembre 2024. 

Deux phases d'aménagement

  • La première, sous maitrise d’ouvrage du département des Hauts-de-Seine, intitulée Héritage, désigne toutes les structures pérennes construites pour accueillir les épreuves de hockey sur gazon pendant Paris 2024 et qui seront conservées à la fin de ceux-ci.
    Elle comprendra également l’implantation de la Fédération française de hockey dans des nouveaux bâtiments et des aménagements proposant une offre sportive complète aux autres usagers, notamment associatifs, scolaires et universitaires, pour la pratique du football et du rugby, une fois les jeux passés.
    Ainsi, le stade départemental Yves-du-Manoir reprendra sa place d’équipement sportif de référence et profitera aux Altoséquanais au-delà de 2024.
     
  • La seconde portera sur les aménagements temporaires liés aux Jeux olympique et paralympique, sous maitrise d’ouvrage de Paris 2024.

Ce projet d’envergure s’inscrit par ailleurs dans le projet d’aménagement de l’Arc sportif, mené par la ville de Colombes et qui constituera un pôle de 16,2 hectares dédié aux sports au nord-est de la commune.

Les entreprises et groupements partenaires

La rénovation du stade comprend deux phases d'aménagement qui sont conduites par des groupements d'entreprises.

  • La construction de nouveaux bâtiments et la rénovation de l’ensemble des terrains sportifs, attribuées au groupement lauréat mené par l’entreprise générale Léon Grosse, accompagnée notamment des cabinets d’architectes Celnikier & Grabli architectes et Olgga architectes, de Muriel Consigny Paysages, de Boa concepteurs lumières, des bureaux d’études Verdi, Eléments Ingénieries et Techni’cité et de l’entreprise de maintenance Cram. 
  • La réhabilitation et la mise aux normes de la tribune historique, avec une équipe de maitrise d’oeuvre pilotée par l’Atelier Dutrevis, accompagné du bureau d’études OTE. L’opération vise à réhabiliter et remettre aux normes ce bâtiment tout en respectant l’esprit historique de cette tribune édifiée pour les Jeux de 1924 par l’architecte Faure-Dujarric. Pour cela, l’architecte en chef du Patrimoine Pierre-Antoine Gatier a été mandaté pour effectuer une étude historique du site visant notamment à redonner les couleurs d’origine à la structure de l’auvent de cette tribune. 

     

    Equipe Groupement - Co-traitant

    Organisation

    Fonction

    LEON GROSSE

    Entreprise de construction mandataire

    Celnikier et Grabli Architectes

    Architecte

    OLGGA Architectes

    Architecte

    CRAM

    Exploitation maintenance

    VERDI

    Bureau d'études

    TECHNICITE

    Bureau d'étude d'ingénierie sportive

    ART'DAN

    Entreprise d'aménagement des sols sportifs

    Equipe Groupement - Partenaires

    Organisation

    Fonction

    Eléments Ingénieries

    Bureau d'étude énergie et environnement

    MCPaysages

    Paysagiste - Concepteur

    ALTHING

    Bureau d'étude Sureté

    IM Projet

    OPC

    CYPRIUM

    Economiste

    ALTIA

    Bureau d'étude acoustique

    FOUNDATION

    Gestion BIM

    BOA Light Studio

    Concepteur éclairagiste

     

Le coût du projet
Le coût global du projet est estimé à 94,2 millions d’euros dont 13,6 M€ millions financés par la Solidéo, la société de livraison des ouvrages olympiques.

L'inscription du stade dans le projet de l'Arc sportif de Colombes

Le réaménagement du stade départemental Yves-du-Manoir s’accompagne d’une opération d’envergure menée par la Ville de Colombes : l'Arc sportif. Il s'agit d'un nouveau quartier de 16,2 hectares situé au nord-est de Colombes, le long de l’A86 et limitrophe du stade départemental Yves-du-Manoir, et construit sur les anciens terrains de l'entreprise Thalès laissés en friche.

Cette opération consiste à redynamiser le tissu urbain et économique de la ville en y édifiant un quartier entièrement nouveau dédié aux sports. Chacun des trois îlots du projet comprendra 40% d’espaces plantés. le projet comprend également 2 000 logements, 2 écoles et une crèche, ainsi que de nombreux équipements et services comme un pôle sportif indoor ultramoderne de 13 000 m² dédié aux loisirs et à la pratique sportive, avec notamment des terrains de foot en salle et des salles de fitness, un gymnase de niveau régional, un practice de golf, un hôtel des sports avec des services dédiés pour les clubs en visite à Colombes, un hôtel 4 étoiles, une serre urbaine aquaponique.

Des kilomètres de pistes cyclables le long de l’A86 permettront aux Colombiens de rejoindre le parc Lagravère où se situent les autres équipements sportifs de la ville. Par ailleurs, la ville de Colombes a été retenue site d’entraînement olympique pour la natation. À cette occasion, la piscine olympique sera entièrement rénovée. Le montant des travaux est estimé à 9 millions HT.