20/10/2016
 | Economie

Développement économique : les ambitions de la Région dans le département

Les grandes lignes du Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation ont été dévoilées à l’occasion de la conférence territoriale des Hauts-de-Seine.

700chartier
Jérôme Chartier, premier vice-président du conseil régional chargé de l'économie et de l'emploi, a présenté le Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation, jeudi 20 octobre à Nanterre.CD92/OLIVIER RAVOIRE

Faire de l’Île-de-France la première région économique mondiale d’ici 2020. L’objectif du SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation) est clair et affiché. Jeudi 20 octobre, le conseil régional, par l’intermédiaire de son premier vice-président Jérôme Chartier, est venu présenter les grandes lignes de ce projet à l’occasion d’une conférence territoriale à Nanterre. Celle-ci se déroulera également dans les sept autres départements régionaux. « L’objectif n’est pas de prendre le contrôle du développement économique mais que les Départements aient un partenaire, souligne Jérôme Chartier. Nous encourageons toutes les initiatives, comme par exemple celle de la promotion du quartier de La Défense dans le cadre du Brexit. Les Hauts-de-Seine sont un territoire idéal pour installer de grandes infrastructures et un pôle de développement économique potentiel. »

Lancé début 2016, ce schéma en est à sa phase de consultation et de validation auprès des différents partenaires. Il est divisé en quatre axes, qui représentent quatre enjeux majeurs de la politique économique régionale : l’attractivité de la région, sa compétitivité, le développement de l’esprit d’entreprise et d’innovation et enfin l’action collective au service des entreprises, des territoires et de l’emploi. « Le Département entend bien poursuivre son développement économique accompagné par le conseil régional, explique Denis Larghero, vice-président du conseil départemental chargé du développement économique. Il a été un moteur important avec le soutien à la construction de moyens de transport et de nouvelles infrastructures. Nous allons continuer à investir à travers le tourisme d’affaires et culturel et des projets comme La Seine Musicale ou l’Arena. Tous ces équipements ont vocation à créer des systèmes économiques qui font rayonner les Hauts-de-Seine. »

Au début de l’année, un questionnaire avait été envoyé à différents partenaires économiques alto-séquanais afin d’étudier les pistes de travail spécifiques au département. « Les contributions que nous avons reçues abordaient la question de la place de La Défense, l’accessibilité du territoire, le coût du logement, les circuits courts et le soutien aux métiers de bouche », détaille Jérôme Chartier. Le développement de l’économie sociale et solidaire, « un secteur en stagnation », sera aussi au cœur des préoccupations.

Après cette conférence territoriale, ce schéma sera soumis au vote de l’assemblée régionale en décembre. Les premières mesures concrètes devraient être lancées début 2017.