Issy-les-Moulineaux : la Tour aux figures rouvre au public

2 min 30 de lecture

Patrimoine Exposition - Conférence

-

2 min 30 de lecture

Patrimoine Exposition - Conférence
La Tour aux figures marque la porte d’entrée de la Vallée de la culture des Hauts-de-Seine.CD92/WILLY LABRE
Après un an de travaux qui lui ont rendu son aspect d’origine, l’œuvre de Jean Dubuffet se visite à nouveau. L’ambition du Département est de la valoriser auprès d’un large public.

Pièce majeure de la collection d’œuvres d’art en plein air du Département, la Tour aux figures a retrouvé son lustre. Sur son épiderme extérieur se lisent avec une intensité nouvelle les formes bleues, blanches et rouges, caractéristiques de Dubuffet, auxquelles elle doit son nom. Au fil du parcours dans son « gastrovolve » interne, tout en noir et blanc, avec ses marches irrégulières en trompe l’œil, les perceptions se brouillent. « Cette œuvre restaurée occupe désormais une place majeure dans notre Vallée de la culture des Hauts-de-Seine », se félicite le président du Département, Georges Siffredi. « C’est une grande réussite. Le droit moral de l’artiste a été parfaitement respecté. C’est un bonheur de savoir qu’on va enfin pouvoir visiter l’intérieur, qui est aussi extraordinaire que l’extérieur », réagit François Gibault, président de la fondation Dubuffet.

Une renaissance

Avec ses vingt-quatre mètres de haut et ses douze de large, la Tour tient à la fois de la sculpture et du monument. Peu de temps avant sa mort, l’artiste avait donné son accord pour son installation au parc départemental de l’Île-Saint-Germain, bien en évidence sur une butte. Réalisée entre 1985 et 1988, elle est inaugurée en 1988 et classée monument historique en 2008 – fait rare pour une œuvre du XXe siècle. Mais depuis longtemps son état ne permettait plus les visites. En 2015 le Département, alors dirigé par Patrick Devedjian, à l’origine du projet de Vallée de la culture des Hauts-de-Seine, l’acquiert auprès de l’Etat à l’euro symbolique. Après de longs travaux préparatoires, sous l’égide d’un architecte en chef des monuments historiques le chantier – coordonné sur place par l’ancien bras droit de l’artiste, Richard Dhoedt- aura duré un an, pour un montant d’1,5 million d’euros.

Tous les publics

Pour les Journées du patrimoine, l’ascension de la Tour aux figures devrait attirer de nombreux curieux. Les visites ont repris dès ce 12 septembre et se poursuivront jusqu’en octobre, les samedis et dimanches sur réservation et par petits groupes. Une fois par mois un créneau spécifique est proposé aux familles, suivi d’un atelier d’arts plastiques. « Il était important que le public puisse découvrir cette œuvre emblématique, classée monument historique », explique Georges Siffredi qui entend aussi la valoriser auprès « des écoles » et des « acteurs du champ social ». Dans la halle du parc, la Tour bénéficie désormais de son « espace d’accueil et de médiation » comprenant une zone d’exposition et un espace pédagogique, des jeux, des bornes vidéo qui permettra, y compris aux personnes à mobilité réduite, de se familiariser avec l’œuvre.