Etienne Mbappé

1mn5s de lecture

-

1mn5s de lecture

DR

Avant qu’un feu-follet n’embrase les pelouses en jonglant avec le cuir, Mbappé était, pour ceux qui ne fréquentent pas que les clubs de supporters, plutôt un nom de cordes ! Les quatre cordes de la basse électrique – ce qui est une façon de parler puisque celle dont use Étienne Mbappé en compte cinq… – laquelle a élevé depuis Jaco Pastorius plusieurs générations de musiciens au rang de guitar hero : Stanley Clarke, Markus Miller, Victor Wooten, pour ne citer que ceux qui « groovent ». Moins connu chez nous que son cadet Richard Bona, avec qui il partage les mêmes origines camerounaises, Étienne Mbappé a tout de même accompagné l’ONJ d’Antoine Hervé, les tournées de Salif Keïta, de Jacques Higelin et s’est retrouvé dans les gangs jazz-rock de Joe Zawinul, fondateur de Weather Report, et du 4th Dimension de John McLaughlin, quasi-fondateur du genre. Le trio NEC+ avec lequel il se produit à Courbevoie est une formation récente, née au printemps 2019 sur la scène du précieux club parisien, non pas le PSG mais Le Baiser salé, qu’il considère comme son laboratoire musical. Formation très jazz où le « bassiste aux gants de soie » – ce n’est pas qu’une image – chante également, elle est baptisée, comme le fameux SMV de Clarke Miller Wooten, aux initiales des prénoms de ses constituants : Nicolas Vicario à la batterie et Christophe Cravero aux claviers et au violon. Sinon, c’est vrai : question virtuosité, accélération, sens du rythme et soudain échappée belle, les deux Mbappé se ressemblent…

 

Centre événementiel de Courbevoie, 23 novembre.

www.ville-courbevoie.fr