78-92 : une nouvelle année de mutualisations

À Versailles, les Yvelines et les Hauts-de-Seine ont voté ce 4 février le budget 2020 de l’EPI à hauteur de 16,2 millions d’eurosCD92/OLIVIER RAVOIRE
Avec un budget 2020 en légère hausse, voté le 4 février, l’établissement public interdépartemental 78-92 poursuit sa politique d’économies d’échelle dans la perspective de la fusion des deux Départements.

L’année dernière, c’était en terre alto-séquanaise, à Courbevoie. Pour ce nouvel exercice, l’EPI 78-92 a adopté son budget à Versailles. À l’heure de la concertation sur le projet de loi 3 D (décentralisation, différenciation, déconcentration), Hauts-de-Seine et Yvelines maintiennent le vœu de réunir leurs deux territoires. « Notre coopération est de plus en plus fournie et développée, à la fois au sein de l’EPI et en dehors, aujourd’hui, 50 % de nos actions sont fusionnées, il y a une étroite imbrication entre les deux Départements », souligne Patrick Devedjian, président de l’EPI. Depuis 2016, ce dernier permet de réaliser des économies, sans dépenses ni administration supplémentaire.

Sept diagnostics et une fouille

À hauteur de 16,2 M€ en fonctionnement, l’exercice 2020 est en légère hausse par rapport au précédent, à participation constante,  6,1 M€ pour les Yvelines et 9, 2 M€ pour les Hauts-de-Seine, des excédents venant combler le solde. Parmi les trois politiques d’intérêt interdépartemental, l’entretien et l’exploitation des 1 900 km de réseau routier reste le poste le plus important (15,7 M€), la coopération amorcée avec la communauté urbaine GPSO (Grand paris Seine-et-Oise) en décembre se poursuivant par le vote d’une nouvelle convention, pour la gestion des abords des routes. Deuxième domaine, le service interdépartemental de l’adoption, devenu le plus important de France et desservant un bassin de 3 millions d’habitants (183 000 €). Enfin, l’archéologie préventive mobilisera cette année 2,5 M€. En amont de projets de construction publics et privés, sept diagnostics et une fouille sont au programme en 2020, cette dernière pour le compte du Paris-Saint-Germain, à Poissy.  Sur ces 2,5 M€, 22 500 € financeront la suite du projet de recherche initié en 2018 en Arménie dans la région du Tavouch, avec en 2020 la finalisation d’une carte archéologique et le lancement de fouilles du site d’Hagharstin.

Naissance de Citallios Promotion

À l’origine de la société d’économie mixte (SEM) d’aménagement Citallios, les deux Départements ont voté ce 4 février la création d’une filiale, Citallios Promotion qui se positionnera en aval du marché, sur des opérations de promotion immobilière. L’enjeu est de « capter une partie de la valeur générée par la promotion pour appuyer le cœur d’activité et la mission d’intérêt général qu’est l’aménagement », explique Pierre Bédier, vice-président de l’EPI et président de Citallios.

Une galette commune

Cette première séance de l’année pour l’EPI est depuis trois ans couronnée par une cérémonie de la galette commune. L’occasion de déguster deux spécimens d’un mètre de diamètre, œuvre du CFA des Yvelines et de la boulangerie Picquenard-Balzard à Vaucresson, qui a régalé cette année aussi l’Élysée et Matignon. « Cette galette démontre la compétence de nos artisans de bouche, estime Daniel Goupillat, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat des Hauts-de-Seine. Comme le montre le prix « Artisans de tourisme », organisé chaque année par les deux partenaires, l’artisanat se porte bien dans les Hauts-de-Seine, avec plus de 25 000 professionnels répertoriés.