Le Département propose , dans les écuries du Domaine départemental de Sceaux jusqu'au 20 mars 2022, l'exposition Résonances qui présente l'oeuvre singulière de Jacques Zwobada, de ses premiers dessins au milieu des années 20, aux oeuvres monumentales de la fin de sa vie "Les Verticales" et les dessins grands formats, de l'art figuratif à l'art abstrait.CD 92 / Julia Brechler

La Verticale, l’oeuvre monumentale de Jacques Zwobada s’ajoute au parcours d’art contemporain du Département

Cet automne, une nouvelle sculpture s’ajoutera au parcours d’art contemporain du Département. L’oeuvre monumentale de l’artiste Alto-Séquanais Jacques Zwobada va prendre
place près de la rive de l’étang du parc départemental André Malraux, à Nanterre. Elle rejoindra ainsi d’autres sculptures installées dans l’espace public : La Défense de Rodin et Le Pouce de César à Boulogne-Billancourt, la Tour aux figures de Jean Dubuffet à Issy-les-Moulineaux ou encore la collection d’art contemporain de Paris La Défense…

Lieu de culture

À l’origine, le parc fait partie d’un ensemble plus vaste imaginé au début des années 1960 par Malraux, alors ministre des Affaires culturelles. Son projet sera abandonné en 1970 et, depuis, seul cet espace de nature conçu par Jacques Sgard témoigne de cette vision initiale, qui prévoyait notamment la construction d’un musée dédié à l’art contemporain. La nouvelle venue va donc naturellement s’inscrire dans l’histoire du site, comme un écho aux ambitions culturelles qui ont présidé à sa naissance. Aujourd’hui apprécié pour sa nature préservée, ce patrimoine paysager est également emblématique des réflexions qui ont favorisé l’apparition des parcs urbains. Il reste étroitement lié à la création de La Défense, englobant dans ses reliefs des déblais issus de la construction du quartier d’affaires.

Itinéraire artistique

Fruit d’une démarche de plus de dix ans, La Verticale tient une place unique dans le parcours artistique du sculpteur. Elle apparaît dans ses carnets d’étude, sous forme d’esquisses commentées avec leurs variantes allant jusqu'à 40 mètres, elle prend forme en plâtre et terre cuite avant la fonte du premier bronze en 1956. Elle se décompose en trois séquences avec une base dynamique aux volumesentrelacés, organiques, qui témoigne de la matrice, du chaos ou de l’énergie de la vie. Une partie centrale, élévation, par le travail, la spiritualité, où les volumes se mettent en tension, s’élancent, instaurant la verticalité comme force en défi à la gravité.Dans sa partie supérieure se trouve l’oeuf, la création, la graine… le fruit de l’élévation, des efforts, de la rencontre des forces. Réalisée à partir d’un modèle en plâtre, La Verticale en bronze, d’une hauteur de 10 mètres pour un poids de 12 tonnes environ, s’apprête à jouer de son reflet dans l’étang du parc, pour le plus grand plaisir des promeneurs.


null
© CD 92 / Julia Brechler
 
null
© CD 92 / Julia Brechler
null
© CD 92 / Julia Brechler
null
© CD 92 / Julia Brechler
null
© CD 92 / Julia Brechler

Exposition « Jacques Zwobada, Résonances »
Jusqu’au 20 mars 2022, le musée du Domaine départemental de Sceaux consacre une rétrospective à l’artiste alto-séquanais et y associe une programmation culturelle pour tous.
► En savoir plus dans notre rubrique Les expositions dans les musées départementaux  

 

Un reportage du Guide vallée-culture janvier-février 2022 

.