Choisir un chapitre en particulier

Les enjeux

Les enjeux

Les objectifs du projet

Le conseil départemental a aménagé le Val de Seine afin d'ouvrir la ville sur le fleuve et de rendre les berges aux habitants tout en prenant en compte les enjeux environnementaux, sociaux économiques et les transports collectifs. Zoom sur les objectifs d'un projet d'envergure.

Le projet s'étend sur 4,2 km, en limite des communes de Sèvres, Meudon et Issy-les-Moulineaux, et a pour objectifs :

  • de réaliser un aménagement de la RD7 en boulevard, afin d'améliorer l'intégration de la voirie dans son environnement urbain», 
  • de rechercher la fluidité pour la circulation automobile sur la RD7, afin d'accompagner le développement économique du Val de Seine,
  • d'offrir les meilleures conditions de sécurité routière pour tous les usagers de la RD7,
  • d'assurer la continuité des circulations douces le long de la Seine, avec la mise en place de linéaires cyclables de transit,
  • de réaliser des traversées piétonnes sécurisées ouvrant les villes concernées vers la Seine, en organisant l'accessibilité aux espaces publics.
  • de réaliser un confortement et une protection des berges contre l'érosion en adéquation avec les usages du site, par des techniques de génie végétal ou des ouvrages structurants,
  • de réaliser l'aménagement des réseaux et des amarrages des bateaux-logements autorisés,
  • d'améliorer la protection contre les crues,
  • d'améliorer la lisibilité de l'occupation des espaces publics, en aménageant le long de la Seine des espaces paysagers naturels exempts de stationnement automobile. 

Ce faisant, il contribue à renforcer l'attractivité économique du territoire sur le moyen et le long terme. Le projet concerne tout à la fois l'aménagement de la route, des berges et des espaces publics attenants (trottoirs, pistes cyclables, stationnement et éclairage). Il est en corrélation avec la politique départementale en matière de développement durable et en matière d'aménagement de voirie qui préconise la conception d'axes de desserte et d'espaces assurant non plus uniquement la fonction « véhicule automobile » mais l'ensemble des déplacements, transports en commun, vélos et piétons dans le cadre d'un espace paysager partagé entre les différents usages.

Il s'inscrit dans la requalification globale du site et prend en compte ses fortes potentialités:

  • le fleuve et ses berges, élément structurant du cadre de vie dans ses dimensions environnementale, paysagère et économique, 
  • les mutations en cours (qui devraient se stabiliser à l'horizon 2015), 
  • le pôle d'emplois en fort développement, 
  • l'accroissement du parc de logements 
  • la qualité résidentielle et le fort niveau de services en matière de transport, commerces et services.

Il prévoit notamment de :

  • créer une continuité des cheminements piétons et mixtes sur tout l'itinéraire, 
  • réaliser des aménagements cyclables, 
  • Implanter des traversées piétonnes sécurisées ouvrant les villes concernées vers la Seine, 
  • aménager des réseaux et des amarrages des bateaux logements autorisés, 
  • aménager la route en boulevard urbain selon 3 variantes (deux files par sens de circulation ou une file et demie par sens de circulation avec bandes cyclables), avec carrefours à feux ou giratoire, 
  • proposer une offre de stationnement public répondant aux besoins locaux.

La mobilité

L’option d’aménagement pour la RD7 retenue au terme de la concertation préalable est un aménagement en boulevard urbain à 2 files automobiles par sens de circulation et une optimisation des carrefours à feux existants.

Le profil type de la voirie

Le projet prévoit l’élargissement de l’actuelle RD 7 à 2 voies par sens sur l’ensemble de l’itinéraire.

Une piste cyclable est créée bidirectionnelle de 2,50 mètres sécurisée et longeant la RD 7 en rive nord de la RD 7 de Sèvres à la ZAC des Bords de Seine à Issy-les-Moulineaux et en rive sud de la ZAC des Bords de Seine au port d’Issy.

Les fonctions piétons/cycles/voitures sont différenciées tout au long du parcours de manière à ne pas créer de risques de conflits ou d’accidents.

Des bandes de stationnement longitudinal sont prévues. La création de parkings de stationnement (parking Troyon à Sèvres, parking Brimborion à Meudon et parking Vaugirard à Issy-les-Moulineaux) complète cette offre.

L’aménagement nécessitera d’élargir l’ouvrage de franchissement du tramway sur la commune de Sèvres.

Le traitement des carrefours

Pour assurer la sécurité routière de tous, les carrefours existants sont traités en carrefours à feux.
Le carrefour Vaugirard, qui a fait l’objet d’une expérimention dans le cadre de la concertation préalable, est aménagé en giratoire géré par des feux tricolores. La place de la Résistance reste dans sa configuration actuelle. Les autres carrefours à feux existants le long de l’itinéraire seront optimisés.

L’ensemble des carrefours sera sécurisé par l’implantation d’îlots de séparation entre les voies avec, quand c’est le cas, l’aménagement d’une zone refuge pour les véhicules effectuant des manœuvres de tourne-à-gauche ainsi que pour les traversées piétonnes.

Les traversées piétonnes seront sécurisées par un dispositif d’îlot central « refuge » dont la configuration ne devra pas avoir d’impact limitatif sur l’écoulement des flux automobiles.
Ces îlots pourront bénéficier d’un traitement végétal ou minéral compatible avec le maintien des conditions de sécurité routière et notamment la lisibilité de l’axe en évitant tout obstacle nuisible à une bonne visibilité des autres usagers.

Les transports en commun

La zone du projet est déjà particulièrement bien desservie par les transports en commun et plusieurs projets sont en cours.

A proximité du projet Vallée rive gauche, le réseau de transports collectifs est composé de :
- la ligne C du RER et la ligne Transilien Paris-Montparnasse,
- les lignes 8, 9,10 et 12 du métro,
- la ligne de tramway T2 qui assure une liaison entre Issy Val-de-Seine et La Défense
- 13 lignes d’autobus dont quatre lignes mobilien (126, 189, 289 et 323) et deux lignes d’intérêt local (TIM et TUVIM).

Le prolongement du tramway T2 jusqu'à la Porte de Versailles doit être mis en service en novembre 2009. En 2012, la ligne doit également être prolongée de La Défense au pont de Bezons.

Concernant la gare d'Issy Val-de-Seine, des travaux sont lancés dans le cadre du plan de déplacement urbain (PDU) et le pôle d'échange sera opérationnel en 2009. C'est également dans la cadre du PDU que doivent être améliorées les lignes 323, 126, 289 et 389.

Par ailleurs, deux projets sont à l'étude : la mise en place de navettes fluviales sur la Seine et du transport en commun en site propre (TCSP) du Val-de-Seine, qui desservirait les nouveaux quartiers de l'Ile Seguin et les terrains Renault entre les stations Meudon sur Seine et Parc de Saint-Cloud.

Enfin à plus long terme, le secteur bénéficiera du prolongement de la ligne de métro 12 jusqu’à Issy Ville, gare à laquelle aboutit également la liaison Croix de Berny - Clamart - Issy, dont la partie Croix de Berny - Clamart centre est inscrite dans le cadre du Contrat de plan Région Département 2009-2013.

Cette offre offre une alternative crédible à l'usage de la voiture particulière et réduit le trafic de transit des coeurs de ville. Aucune infrastructure de transports n'est saturée dans le secteur. Ainsi, pour ne faire référence qu’au tramway T2, la capacité actuelle est de 5700 voyageurs à l’heure de pointe, alors que l’inter station la plus chargée est de 4800 voyageurs.

Par ailleurs, il convient de tenir compte du besoin réel de l’usager qui peut être captif de l’automobile.
Ainsi, si à l’ouverture de la ligne du tramway T2, l’attractivité du T2 a permis de capter 7,2 % d’usagers venant de la voiture particulière, lors du doublement des rames, seuls 300 des nouveaux voyageurs journaliers du T2 utilisaient un véhicule particulier auparavant.

Développement durable

Le projet participe au développement durable du territoire en conciliant, à des degrés certes divers mais non moins réels, les enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Point sur le sujet.

La lutte contre le changement climatique

Les variations de quantité de CO2 émis dans l’atmosphère par le trafic routier entre les trois variantes sont de l’ordre de 5%. L'écart d'émission de 5% entre les variantes représente 0.08% des émissions de CO2 produites en une journée par le transport routier induit par les activités du département des Hauts-de-Seine. Ces chiffres ont été calculés sur la base des études de trafic réalisées en 2006. Les nouvelles données de trafic permettront de refaire les calculs. Ces résultats seront pris en compte dans l’étude d’impact.

Par ailleurs, le projet d’aménagement contribuera au développement des modes de transport non polluants (vélo, marche) et facilitera l’efficacité de l’offre de transports en commun. Les économies d’énergie seront une priorité pour le chantier et la future gestion des sites.

En savoir plus le programme "Lutter contre le changement climatique" sur hauts-de-seine.net.

Améliorer l’offre d’espaces naturels de qualité

Le projet Vallée rive gauche va augmenter de 77 % la surface d’espaces végétalisés du secteur, en améliorant la qualité de ces derniers. Les surfaces d’espaces perméables seront doublées. La qualité paysagère des aménagements permettra de concilier accueil du public et développement de la diversité des milieux et des espèces.

Afin de réaliser l'étude d'impact, un diagnostic faune/flore a été réalisé. A cette occasion, la Cardamine impatiens a été inventoriée et des mesures devront être prises pour conserver sur le site cette espèce protégée en Ile-de-France.

L'égalité des chances

Le projet dans sa globalité est vecteur de lien social. Il améliore la qualité de vie et l’accessibilité pour l’ensemble des catégories d’usagers, en toute sécurité.

Le protection de la santé par l'environnement

Les incidences potentielles du projet sur la qualité de l’air et les conséquences en termes de risques sanitaires seront étudiées dans le cadre de l’étude d’impact.
Les impacts acoustiques du projet respecteront strictement les valeurs réglementaires. Les mesures appropriées permettant de compenser ces impacts seront mises en œuvre sur les bâtiments riverains concernés.
Le projet a pour ambition d’être exemplaire en terme de gestion des déchets, des eaux pluviales et de protection de la ressource en eau. Les surfaces d’espaces perméables (23 % d’espaces végétalisés et 7 % d’espaces de circulation en platelage ou en stabilisés) représenteront 30 % de la surface totale (20 ha) du projet, soit plus du double de la situation actuelle (14 %).

En conclusion

Le projet « Vallée rive gauche »va permettre : 

  • une restructuration qualitative d’une voirie départementale identifiée comme axe structurant
  • la réalisation d’un aménagement paysager d’envergure, vecteur d’une augmentation de l’offre d’espaces naturels de qualité. 

Ce projet répondra aux besoins nouveaux issus de la mutation d’un territoire industriel et d’offrir aux riverains et usagers une amélioration de leur cadre de vie et de nouveaux espaces de rencontre et de convivialité.

L’étude d’impact a permis d’évaluer l’ensemble des pollutions et nuisances potentielles liées au projet, et ainsi de mettre en œuvre les actions correctives et compensatrices nécessaires.

Le projet «Vallée rive gauche » prend en compte de façon concrète les enjeux de développement durable du territoire, et a pour ambition une recherche d’exemplarité dans l’ensemble des phases du projet, puis dans la gestion des espaces. Cette démarche de progrès environnementale et sociale, favorisant l’attractivité économique du territoire, se complète d’une dynamique de concertation avec l’ensemble des parties prenantes.