22/09/2016
 | Social - Santé

Suresnes : l’égalité homme-femme en débats

La Ville accueillait jeudi 22 septembre la conférence nationale sur la mise en œuvre de la Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale.

700conferenceegalitesexes
Constance Le Grip, députée européenne, Christian Dupuy, maire de Suresnes, Patrick Devedjian et Gunilla Westerberg-Dupuy, maire-adjointe de Suresnes.CD92/OLIVIER RAVOIRE

Trois ans après Bordeaux en 2013, c’est au tour de Suresnes d’accueillir cette conférence qui a rassemblé une centaine de personnes jeudi 22 septembre. Tout sauf un hasard pour la ville, qui a fait de l’égalité hommes-femmes un des axes forts de sa politique publique. « Cette dynamique a été initiée il y a déjà quelques années. La parité a toujours été considérée à Suresnes comme prioritaire avec la nomination de femmes à des postes à responsabilité à la mairie. Nous faisons également tout pour que nos agents municipaux puissent mieux articuler vie professionnelle et personnelle. C’est un facteur déterminant de bien-être et de qualité de vie », détaille le maire, Christian Dupuy. La ville de Suresnes a adhéré en 2011 à la charte européenne et sa politique a été distinguée en 2015 par le Prix Territoria d'Or dans la catégorie Civisme et citoyenneté. Pour Patrick Devedjian, Suresnes est « un bon exemple à suivre. Mais le Département n’est pas resté passif sur ce sujet. Depuis cinq ans, nous organisons des déjeuner-débat à l’occasion de la Journée internationale des Femmes lors desquels nous avons planché sur des sujets comme la monoparentalité. Nous menons des actions concrètes en faveur des femmes avec les centres de protection maternelle et infantile, pour les femmes victimes de violence ou encore l’insertion professionnelle des femmes migrantes ».

Différentes tables rondes ont ponctué la journée sur les politiques européennes pour l’égalité homme-femme, l’aide au retour à l’emploi et le soutien à l’entreprenariat, l’éducation à l’égalité ou l’accès au droit des femmes migrantes.

Notre reportage