08/07/2019
 | Education

Miriam-Makeba : un nouveau groupe scolaire pour Nanterre Université

L’ouverture de cet établissement de haute qualité environnementale à la rentrée sur les Terrasses, marque une nouvelle étape du réaménagement du quartier de Nanterre-Université.

INAUGURATION ECOLE MYRIAM MAKEBA
Aux côtés de Patrick Jarry, maire de Nanterre, et de Pierre Soubelet, préfet des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian a inauguré le nouveau groupe scolaire Miriam-Makeba, en hommage à l'artiste sud-africaine. CD92/WILLY LABRE

C’est une étape de plus dans la transformation du quartier de Nanterre-Université. Quelques semaines après l’inauguration d’une nouvelle tranche des Terrasses, entre Paris La Défense et la Seine, le groupe scolaire Miriam-Makeba – du nom de l’artiste sud-africaine connue pour ses combats contre l’apartheid - ouvrira ses portes à la rentrée. Ne restent plus que quelques travaux qui seront effectués cet été aux abords de l’école, comme le réaménagement d’une piste cyclable, la création d’un plateau surélevé et des plantations sur l’espace public.

Ce nouvel ensemble, composé de quinze classes dont six de maternelle et neuf d’élémentaire, d’un centre de loisirs autonome pour cent-vingt enfants et de deux salles de restauration, a fait le pari de la haute qualité environnementale avec, une première en Île-de-France pour un bâtiment accueillant du public, l’utilisation de la terre crue, un matériau recyclable à l’infini et ne nécessitant pas de cuisson. La production de chaleur sera assurée à 90 % par une chaufferie bois alimentée par granulés et le toit-terrasse végétalisé est équipé de panneaux photovoltaïques. « Le résultat se voit, s’entend et se ressent, constate Patrick Jarry, maire de NanterreLes matériaux et techniques utilisés permettent un équilibrage de l’humidité de l’air, d’assurer le confort acoustique et d’apporter de la fraîcheur aux lieux. Cette école a été conçue pour mettre l’équipe enseignante dans les meilleures conditions de travail possibles. »

 Ce nouvel ensemble a fait le pari de la haute qualité environnementale. CD92/WILLY LABRE

 Ce projet de 15 millions d’euros a été financé par le conseil départemental à hauteur de 2,25 M€ dans le cadre du contrat de développement signé entre le Département et la ville de Nanterre pour la période 2015-2017. Cette politique de contractualisation engagée en 2013 a permis de débloquer depuis près de 241 M€ d’aides en investissement pour les trente-six communes des Hauts-de-Seine. « Cette école est l’exemple même d’une mixité sociale porteuse de richesses. Elle est indispensable pour permettre l’intégration des populations qui arrivent sur notre territoire », poursuit Patrick Devedjian, président du Département. Le reste du financement a été apporté par la Ville de Nanterre, la Région et l’État au titre de l’Anru, l’école étant située sur un des territoires faisant l’objet d’une convention.