16/01/2018
 | Environnement

Crue hivernale : le Département surveille la Seine

Les abondantes précipitations de ces dernières semaines ont provoqué, du 10 décembre au 10 janvier de cette année, une montée des eaux de la Seine, de l'Yonne et du Loing, se propageant jusqu'en aval de Paris. Le Département surveille attentivement l'évolution de la crue hivernale de la Seine et agit pour limiter ses effets. 

700inondationpontasnieres
La crue de la Seine en juin 2016 - pont d'Asnières CD92/OLIVIER RAVOIRE

Le 10 janvier, le niveau de la Seine est passé progressivement de 1,26 m à l'échelle d'Austerlitz, à un peu plus de 4,10 m. Si les effets sont restés peu visibles sur le territoire des Hauts-de-Seine, le Département a cependant mis en œuvre sans attendre plusieurs mesures pour limiter les débordements et éviter tout dysfonctionnement de son réseau d'assainissement.

À ce jour, la crue de cet hiver reste de moyenne importance, avec un fort courant d'eau et quelques débordements localisés sur les berges dans les points bas. Le Département des Hauts-de-Seine observe avec beaucoup d'attention et de vigilance l'évolution de cette crue et l'état des ouvrages dont il est gestionnaire (réseau routier, réseau d'assainissement et murettes construites en bord de Seine pour protéger en partie les routes jusqu'à 7,32 m, hauteur de la crue de 1924).

Le Département a engagé dès les premiers signes de crue des actions, dont le déploiement se fait graduellement et progressivement en fonction des niveaux d'eau atteints.

> Le Département, en tant que membre historique de l'Etablissement Public Territorial du Bassin Seine Grands Lacs, participe à la gestion de quatre grands lacs-réservoirs, écrêteurs de crue. Situés en amont de Paris, ils permettent de réguler le niveau de la Seine. Le remplissage de ces ouvrages l'hiver permet de limiter l'ampleur des crues. Aujourd'hui, le volume d'eau retenu par les grands lacs est de 505 millions de m3, soit seulement 59 % environ de leur capacité totale.

> Afin d'améliorer la qualité de l'information sur l'évolution des crues, la Direction de l'eau a mis en place, en 2010, un dispositif destiné à l'édition de bulletins de crue. Il est mis à jour quotidiennement dès la cote de 3,50 m atteinte, sensibilise et alerte l'ensemble des services départementaux susceptibles d'être concernés. La mobilisation des équipes du Département et le respect des procédures établies visent à assurer une vigilance permanente et permettent de développer une étroite collaboration avec tous les interlocuteurs concernés, dans le but d'anticiper le plus possible les éventuels impacts d'une crue sur les populations.

> Le réseau d'assainissement est constitué de 625 km de conduites dont la principale fonction est de transporter les effluents urbains (eaux usées et eaux pluviales) qui sont collectés par les réseaux communaux. Ce réseau achemine les eaux vers deux natures de destinations : les usines d'épuration du SIAAP (traitement des eaux usées avant rejet vers la Seine) et la Seine pour éviter la saturation des réseaux et leur débordement en cas de pluie significative. Les rejets en Seine se font par l'intermédiaire d'environ 100 déversoirs d'orage, ouvrages faisant fonction de trop pleins. Le Département interagit en temps réel sur le fonctionnement de son réseau d'assainissement, en fermant les vannes, pour empêcher l'eau de la Seine d'entrer dans les déversoirs d'orage, puis dans les égouts, au risque de les surcharger et d'entrainer leur débordement.

> 13 stations de défense contre les crues, ou stations de pompage, sont présentes sur le territoire pour pomper l'eau excédentaire du réseau d'assainissement et la rejeter dans la Seine. La capacité cumulée de pompage des stations est de 45m3/s.

Ces premières actions prises par le Département des Hauts-de-Seine ne sont pas limitatives. D'autres mesures sont susceptibles d'être prises, à son initiative, si le niveau de l'eau continue à monter, notamment pour protéger son réseau routier, ses bâtiments et ses équipements et, en cas de crue majeure, pour venir en aide aux populations sinistrées.

L'échelle limnimétrique du pont d'Austerlitz à Paris sert de référence pour déclencher les différents niveaux de vigilance :

  • vert : pas de vigilance particulière requise - situation normale (entre 0,82 m et 3,20 m) ;
  • jaune : risque de crue et de montée rapide des eaux n'entrainant pas de dommages significatifs mais nécessitant une vigilance particulière (entre 3,20 m et 5,50 m) ;
  • orange : risque de crue génératrice de débordements importants susceptibles d'avoir un impact significatif sur la vie collective et la sécurité des biens et des personnes (entre 5,50 m et 6,60 m) ;
  • rouge : risque de crue majeure, menace directe et généralisée de la sécurité des personnes et des biens (à partir de 6,60 m).

En 2018, le Département des Hauts-de-Seine investit 5,1 M€ pour les 625 kilomètres de conduites du réseau d'assainissement et d'eaux pluviales.

En Savoir plus dans notre rubrique Cadre de vie / Eau