19/06/2019
 | Education

Crimes contre l’humanité : mieux sensibiliser les collégiens

Le 18 juin, le Département a noué un partenariat avec le Mémorial de la Shoah, à Paris, afin de mieux sensibiliser les collégiens aux génocides du XXe siècle. 

SIGNATURE CONVENTION MEMORIAL DE LA SHOAH
Les élèves vont bénéficier d'un accès élargi aux ressources du Mémorial : musée, crypte, ou encore mur érigé en mémoire des Justes ayant sauvé des juifs pendant la seconde Guerre Mondiale. CD92/WILLY LABRE

Préjugés ordinaires, complotisme, voire négationnisme à propos des génocides et crimes contre l’humanité... Autant de fléaux entretenus par la désinformation. La convention, d’une durée de trois ans, signée mardi 18 juin par le Département avec le Mémorial de la Shoah vise à prévenir ces dérives auprès des collégiens mais aussi de l’ensemble de la communauté éducative : « Nous comptons dans notre population des jeunes issus des quatre coins du monde qui peuvent être à la fois victimes et acteurs des préjugés. Face à cela, les pouvoirs publics ont le devoir de faire de la pédagogie, de leur faire comprendre la différence de l’autre », explique Patrick Devedjian à l’issue de cette signature.

Le minutieux travail de documentation du génocide contre les Juifs effectué par le Mémorial de la Shoah, de ses « preuves », est devenu une référence internationale comme son musée au cœur de Paris. Autre axe d’intervention majeur de cette institution fondée en 1943, les actions éducatives, en particulier auprès des jeunes : « Chaque année nous recevons 80 000 élèves de toute la région parisienne dans nos centres de Paris, Drancy et Orléans », souligne le président du Mémorial, Éric de Rothschild. Sont abordés auprès d’eux non seulement la Shoah mais aussi « tous les génocides dans une approche comparatiste qui recherche des points communs sans nier les différences ».

Autour d’Éric de Rothschild étaient présents MM. Devedjian, Septiers (Val de Marne)
et Bussereau (Assemblée des Départements de France). CD92/WILLY LABRE

Dès la rentrée prochaine, ce partenariat facilitera l’accès des établissements à une vaste palette d’actions : découverte du Mémorial à Paris, interventions en classe, ateliers,accès à des supports pédagogiques sur la Shoah, le nazisme, le fascisme et les génocides au XXe siècle… Sous l'égide du Département et du Mémorial, un parcours pédagogique pourrait par ailleurs voir le jour autour de l’histoire de déportés et/ou des personnes fusillées, tirant parti des archives départementales et adossé à des lieux de mémoire comme le mont Valérien. Enfin les soixante-quinze médiateurs éducatifs du Département pourront accéder à l’offre de formation du Mémorial afin de mieux combattre les stéréotypes.

Déjà signataire d’une convention avec la Seine-Saint-Denis, le Mémorial a signé ce 18 juin non seulement avec les Hauts-de-Seine mais aussi avec le Val-de-Marne et l’Assemblée des Départements de France.