Budget 2012, priorité à l’investissement

L’assemblée départementale a voté, vendredi 30 mars, son budget 2012. S’élevant à 1,9 milliard d’euros, il a été bâti autour de deux axes : une solidarité renforcée et un haut niveau d’investissement.

Dépassant les 835 M€, les crédits destinés à financer l’action sociale – première des responsabilités du Conseil général - représentent près de 60 % du budget primitif. Première priorité : la prise en charge du handicap. La dotation budgétaire passe de 137 M€ en 2011 à 153 M€ soit près de 12 % d’augmentation.
L’enveloppe consacrée aux aides en direction des personnes âgées est de 162 M€.
Le Département poursuit également son soutien aux personnes vulnérables avec un budget de 163 M€. Deux actions sont ainsi financées : le programme départemental d’insertion – retour à l’emploi et l’aide au logement.
Enfin, un budget de près de 160 M€ a été voté en faveur de la prévention et de la protection de l’enfance, parallèlement à une autre enveloppe de 58 M€ en faveur de la protection maternelle et infantile et de la petite enfance dont 30 M€ pour le fonctionnement des crèches.
Parmi les autres dépenses de fonctionnement, 9 M€ seront dédiés à la politique éducative, 13 M€ à la politique culturelle et 10 M€ pour la jeunesse et le sport.

 

Un investissement porteur de croissance

« Notre collectivité doit continuer d’assumer au quotidien ses responsabilités dans le domaine de la solidarité tout en maintenant un haut niveau d’investissement », a souligné Patrick Devedjian. 

« Selon les premières informations relatives au budget 2012 portant sur environ quarante Départements, plus de la moitié d’entre eux prévoit de réduire encore les dépenses d’équipement brut », a précisé Éric Berdoati, rapporteur du budget. Dans les Hauts-de-Seine, le montant consacré à l’investissement s’élève à près de 495 M€ contre 484 millions l’an passé. Un effort supplémentaire sera fait dans le domaine des transports avec 99,2 M€ (+15 %) pour les transports en commun et circulations douces et 61,5 M€ pour les infrastructures routières. Autre engagement renforcé dans le domaine de l’habitat et de la rénovation urbaine avec 135 M€ (+ 7 %). Parmi les investissements, une enveloppe de 69 M€ a été votée pour la réhabilitation des collèges. À noter enfin 25M€ pour l’amélioration du réseau d’assainissement et la gestion des eaux pluviales et plus de 10 M€ pour celle des espaces verts.

 

Pas d’augmentation d’impôts

« Malgré des contraintes réelles, ce budget ambitieux est rendu possible grâce aux efforts réalisés depuis plusieurs années afin de maîtriser nos dépenses de fonctionnement, efforts soulignés par ailleurs l’an dernier par la Chambre Régionale des Comptes », a rappelé Patrick Devedjian. Ainsi, a été inscrite une autorisation prévisionnelle de nouvel emprunt de 227,24 M€ contre 238,4 M€ en 2011. « L’encours de la dette était de 238 M€ au 1e janvier 2011. Il n’était plus que de 196 M€ au 31 décembre de la même année. Notre dette est saine », a affirmé Éric Berdoati. Grâce à ses marges de manœuvre, le conseil général a décidé de ne pas augmenter la pression fiscale. Le taux départemental de la taxe sur le foncier bâti reste à 7,08 %. Il n’a pas augmenté depuis 2009.