Du temps avec son enfant

Notre enfant passe plus de temps à la crèche ou chez l’assistante maternelle qu’avec nous à la maison, comment rattraper « ce temps perdu » avec lui ?

Il faut sortir de cette fausse représentation selon laquelle le temps où l’enfant confié à un mode d’accueil est perdu pour la construction de la relation avec ses parents.
Parfois les parents ont le sentiment ou la crainte que les moments les plus importants de la vie de leur enfant soient vécus en leur absence pendant le temps de garde.
Or, même si celui-ci a démarré ses premiers pas à la crèche ou chez l'assistante maternelle, ce sera toujours la première fois pour lui lorsqu’il le fera en présence de ses parents à la maison.
En effet, la surprise, la joie et les encouragements manifestés par ses parents vont lui procurer du plaisir et donc le désir de renouveler l’expérience.

Les acquisitions à la crèche vont forcément se reproduire à la maison.
L'absence des parents et de la mère en particulier, fait partie, et intervient dans la construction de l'enfant.
Pendant ce temps, il a besoin d'être constamment en sécurité auprès d'une personne fiable qui s'occupe de lui et qui a la confiance de ses parents.
C’est donc important de lui expliquer que cette personne qui l’accueille est un relais parental et que ses parents sont irrévocablement les siens et que rien ne peut jamais le changer.
Elle doit savoir lui parler de ses parents en leur absence, accompagner les séparations du matin et les retrouvailles du soir, transmettre et échanger autour de la journée de l'enfant afin d'assurer une permanence et maintenir la continuité du lien psychique sécurisant.
L'enfant va apprendre très vite à gérer les alternances :"absence"/"présence" de ses parents. 
Ainsi, la qualité relationnelle ne s'évalue pas au temps passé avec sa mère ou son père physiquement. Il a sa mère et son père à l'intérieur de lui qui l'aiment toujours et le rassurent. Leur place, ils ne la céderont à personne.

Ce qui importe c'est de passer du temps ensemble qui soit investi psychologiquement.
Un temps qui considère l'enfant comme une personne à part entière, avec des besoins propres.
Toutes les activités ordinaires du quotidien sont bonnes et constructives dès lors qu’elles sont agréables et respectent le rythme de développement de l’enfant, ainsi que l'organisation familiale.
C'est ainsi que l’enfant se structure, comprend qu'il compte et qu'il est important pour ses parents.

Nasssera HAMZA
Psychologue
Direction PMI / Petite enfance
Conseil départemental des Hauts-de-Seine

Un livre sur le sujet

"Les Mères qui travaillent sont-elles coupables ?" de Giampino Sylviane

Éditions Albin Michel, 2000, 299 pages
Psychanalyste, Sylviane Giampino s'insurge contre les idées reçues sur le rapport entre l'épanouissement de l'enfant et le travail - ou non travail - de la mère. Elle dessine une autre vision des besoins de l'enfant et des façons d'y répondre, même en l'absence de la mère, sous réserve d'une implication du père, de la qualité des modes de garde et de l'organisation du travail.