L'éveil de la parentalité

Le manque de confiance, c'est d'ailleurs la marque des nouveaux parents.

Virginie Thoraval, sage-femme à Meudon et à Saint-Cloud témoigne 

" La parentalité ! Soutenir les parents qui se posent des questions à ce sujet, c'est un peu mon métier.

Récemment, j'ai interrogé deux patientes. La première est une femme seule. Elle arrive en fin de grossesse. Une grossesse qu'elle a choisie. Elle est ravie. Elle trouve même que c'était trop court et elle ajoute : « cela va me rendre prudente, je ne sais pas pourquoi je dis ça, j'ai l'impression que je vais faire moins de bêtise ».

La seconde est une future maman de jumeaux. Elle vit en couple, cette grossesse est pour eux une suite logique, ils sont contents mais ils se rendent compte que la double naissance va les projeter dans un autre monde.
Ils manquent de confiance.

Le manque de confiance, c'est d'ailleurs la marque des nouveaux parents.
« Comment allons-nous les nourrir ? Comment allons-nous les faire dormir ? »

L'éveil de la parentalité passe par l'instauration du lien parents-enfant. Cela nécessite l'apprentissage des besoins essentiels comme le nourrissage, le portage, un environnement sécurisant pour l'enfant.
Et nous accompagnons les futurs parents à se préparer et se valoriser dans ce nouveau rôle, cette nouvelle fonction.

Les premières questions en lien avec leur rôle éducatif sont par exemples : « Est-ce qu'un bébé fait des caprices ? (à la naissance, certainement pas, il n'en est pas capable) Est-ce qu'il faut le laisser pleurer ou le prendre dans les bras ? Donnez-nous des clés ».
En tant que professionnelles, nous transmettons des connaissances, soit, mais on ne peut pas donner de recette sur la manière d'être parent.

Il n'y a pas de grands principes, hormis la sécurité de l'enfant.
Dans ce domaine, la prévention est notre mission : mort subite du nourrisson, accidents domestiques, maltraitance.
Sinon, chacun a sa culture, son histoire, son environnement social.
Nous soutenons les parents, nous réfléchissons en commun mais les bonnes réponses, ce sont celles de la mère ou du père.
On ne nait pas parent, on le devient. On le devient grâce à un enfant. "