La vie professionnelle

Elles ont l’impression que dans leur environnement professionnel, leur grossesse n’arrive jamais au bon moment.

Fabienne Latour Divine, sage-femme à Rueil Malmaison témoigne

" Le monde du travail s’est durci, particulièrement pour les femmes enceintes.
C’est ce qu’elles me renvoient dans nos entretiens.

Depuis vingt ans, je constate cette évolution.
Quand elles travaillent, elles sont rarement sereines.

Plus vulnérables physiquement, psychiquement, donc plus sensibles, elles vivent mal les ambiances tendues, les supérieurs hiérarchiques plus ou moins bienveillants.
Elles ont l’impression que dans leur environnement professionnel, leur grossesse n’arrive jamais au bon moment.

Le stress est souvent alimenté par l’incertitude sur la possibilité d’un mode de garde.
J’entends dans les consultations : « je ne sais pas encore où va aller mon enfant, qui va me le garder ? » ou bien « Je vais prendre un congé parental pendant six mois, le temps de trouver une place en crèche ».

Elles appréhendent le temps du retour au travail. Elles redoutent de ne pas retrouver leur ancien poste, les temps de trajet, les pannes de RER alors que la crèche va fermer, les réunions tardives.

Elles craignent de ne pas être une bonne mère parce qu’elles travaillent.
Oui, les pères sont plus impliqués qu’autrefois, surtout les nouvelles générations mais tout repose encore sur la femme. "