À la découverte des gérontechnologies les plus usuelles

Depuis 2005, les technologies conçues pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées se sont multipliées.
Voici quelques exemples cités et commentés par Michaël Carré, directeur associé et le docteur Valérie Michel-Pellegrino, de la société MEDIALIS, spécialisée dans l'expertise des gérontechnologies.

La téléassistance

Il s'agit de la technologie la plus développée aujourd'hui en France : 500 000 personnes sont équipées.

Elles impliquaient auparavant le port d'un pendentif ou même d'un boitier pourvu d'un bouton d'appel connecté en permanence avec une plateforme d'opérateurs. 

Aujourd'hui, on trouve des solutions plus discrètes comme par exemple une montre qui permet d'appeler à l'aide mais qui sert aussi de combiné téléphonique. Utile même quand tout va bien. 

Et dans 20 ans : Un des freins majeurs de la téléassistance réside dans le rejet du port de la montre ou du pendentif par la personne âgée.
Pour sécuriser la personne en perte d'autonomie, des solutions basées sur l'aménagement de l'habitat par des capteurs d'actimétrie : capteurs de mouvement, d'ouverture de porte, de détection de présence au lit, ... émergent. Ces solutions traitent les données des capteurs, détectent les situations à risque et alertent une tierce personne (téléassisteur, proche, voisin, secours) en cas de situation à risque. Dans l'avenir, les solutions d'automatisation de l'alerte se généraliseront et les procédures de traitement d'alerte se perfectionneront notamment par l'intégration au domicile de robots ou de drônes télécommandés utilisés pour la levée de doute. Par ailleurs, le chalenge réside non plus dans la détection d'une situation à risque mais dans sa prévention. L'analyse des données d'actimétrie associées à des données physiologiques (fréquence cardiaque, tension, poids, ...) permettra notamment de prévenir la chute ou le risque cardio-vasculaire. 

Les ordinateurs adaptés aux seniors

Ce sont des ordinateurs dont l'interface est simplifiée. Un clavier repensé, des touches de fonctions directes pour accéder aux courriels, pour envoyer des photos… Le frein du développement de ces produits reste le coût.

Et dans 20 ans : C'est dans l'enrichissement de l'IHM (Interface Homme Machine) que l'évolution de l'ordinateur sera majeure, notamment grâce au perfectionnement des commandes vocales qui faciliteront l'usage de la technologie et les interactions avec la personne âgée.
Les tablettes avec leurs écrans tactiles devraient prendre le relais mais actuellement, il y a peu d'applications accessibles dédiées. Outre des jeux (sérieux) et les fonctions basiques d'un ordinateur, elles offriront des applications spécifiques, par exemple la rééducation ou la connexion à des mesures physiologiques en lien avec le médecin traitant.
Des fonctionnalités dédiées à lutter contre l'isolement de la personne âgées seront également intégrées en lien avec un panel de plus en plus important d'acteurs (la personne âgée, son proche, les professionnels de santé et le service à la personne) via des outils de coordination de type agenda partagé et réseaux sociaux. L'utilisation de ces outils sera probablement corrélée à des mesures automatiques du rythme cardiaque et de l'état émotionnel de l'utilisateur via des algorithmes de reconnaissance faciale.
"L'intelligence artificielle" actuellement spécifique à l'ordinateur sera intégrée aux objets du quotidien, les ordinateurs en tant qu'objet laisseront même la place à des objets enrichis telles que les consoles de jeux connectées. 

Les chemins lumineux et lampe multifonction

Cette technologie améliore le confort de la vie à la maison (domotique). Elle va éclairer spontanément pendant la nuit le chemin vers une pièce au choix, la salle de bain par exemple, et participer ainsi à la prévention des chutes. Des détecteurs de présence repèrent que la personne est levée et se déplace. Progressivement, la lumière s'allume dans les espaces traversés. Là encore, le coût est un frein, pas forcément le produit mais son installation.

Et dans 20 ans : On peut s'autoriser à penser que les solutions d'éclairage automatisées s'enrichiront d'une commande vocale de déclenchement automatique de la séquence d'allumage. Par ailleurs, les lampes de chevet ou de bureau s'équiperont d’un haut-parleur, d’un micro et d'une connexion dédiée à la possibilité d'interagir avec le SmartPhone.

Elles offriront de multiples fonctions : kit main libre (la lampe est équipée d'un micro et d'un haut-parleur), notification d'évènements par le changement de couleur à réception d'un SMS, d'un message vocal, d'un appel, d'un mél, ...
La capacité des luminaires à répliquer des gammes de couleurs naturelles élargiront les usages à des fonctionnalités facilitant le réveil ou l'endormissement en créant une ambiance lumineuse appropriée. 

La géolocalisation

Ce système s'adresse aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Le malade porte un GPS sous forme de bracelet ou une ceinture qui signale à l'aidant qu'il s'est égaré en le localisant avec précision.

Et dans 20 ans : la géolocalisation étant confrontée au rejet de la personne âgée de porter le dispositif (montre ou ceinture), souvent stigmatisant, des patchs de géolocalisation se développent. Ces derniers pourront être positionnés à même la peau et situés dans le dos pour rendre son retrait difficile pour le porteur. Cependant, ces dispositifs se heurtent toujours à des questions d'ordre éthique. Des solutions futuristes acceptables émergeront du côté de la robotique. Des robots compagnon équipés de puce GPS assisteront la personne Alzheimer dans ses déplacements. Un bracelet (ou pendentif ou patch) communiquant porté par la personne permettra au robot (petit chien robot) de la localiser, de l'épauler dans sa navigation, de déclencher une alerte en cas de situation à risque et de lui signaler les obstacles environnementaux. Cette technologie sera opérationnelle à l'intérieur comme à l'extérieur du domicile et pourra, par exemple, indiquer pas à pas un trajet à la personne comme lui signaler la position d'un objet connecté (porte clé connecté) à l'intérieur du domicile.
Les usagers de cette technologie ne seront pas limités aux personnes Alzheimer, les déficients visuels en bénéficieront pour de l'évitement obstacle à l'intérieur et extérieur du domicile et pour une aide à la navigation en ville associant un service de borne conseil communiquant avec la technologie. 

 

En savoir plus 

http://www.medialis.com