Prévenir la délinquance : des actions de réinsertion sociale et de lutte contre le décrochage scolaire

Dans le cadre de sa politique de prévention de la délinquance, le Conseil départemental soutient des actions locales à destination des jeunes et des familles. Témoignages.

La prévention de la délinquance est une compétence légale des départements, depuis la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance et l’article L. 121-2 du code de l’action sociale et des familles qui précise que " dans les zones urbaines sensibles et dans les lieux où se manifestent des risques d’inadaptation sociale, le Département participe aux actions visant à prévenir la marginalisation et à faciliter l’insertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles, notamment par des actions de prévention de la délinquance. "

Prévenir la délinquance

Au Conseil départemental, l’assistance aux victimes est l’un des trois axes de la politique de prévention de la délinquance, avec le renforcement des partenariats locaux de prévention et l’appui des forces de sécurité publique et civile.

L’action du Département intervient en amont des infractions pénales. Il ne s’agit pas d’une politique de répression, mais d’un travail sur la prévention de la délinquance, avec des actions auprès des jeunes et des familles

précise Yann Lossouarn, responsable de la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes du Conseil départemental.

Pour mener à bien cette politique, la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes travaille de concert avec de nombreuses directions du Conseil départemental :

Le Département soutient également financièrement les actions locales initiées par les communes et les associations dans le cadre des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).

Nous intervenons en amont des infractions 

45 millions d’euros, c’est le budget global en 2016 de la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes dont plus de 38,5 millions sont consacrés à l’appui des forces de sécurité et des sapeurs pompiers de Paris.

Notre rubrique Prévention de la délinquance

 

Témoignages : 

» Prévenir la délinquance par la réinsertion sociale

Véronique Froment est chargée d’études et du suivi des personnes condamnées à une peine de travail d'intérêt général au sein de la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes du Conseil départemental des Hauts-de-Seine. 

" L'accueil de personnes condamnées à une peine de travail d'intérêt général au sein des services du Département est une action importante de la Mission prévention de la délinquance et aide aux victimes. Nous agissons sur la délinquance en contribuant à prévenir la récidive et en aidant des personnes condamnées pour des faits, en général de faible gravité, à se réinsérer socialement et professionnellement. C'est une action partenariale, pilotée par la Mission en lien avec le PRHF et le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP92). De nombreux services y contribuent."

Notre rubrique Prévention de la récidive

 
» Prévenir la délinquance en évitant le décrochage scolaire

Marie Gilloots est médecin à l’association Epheta

" L’association Epheta, soutenue financièrement par le Conseil départemental, propose des ateliers pédagogiques à destination des jeunes de 12 à 18 ans, en décrochage scolaire. Ces jeunes, déscolarisés ou risquant d’être exclus de leur établissement, sont accueillis individuellement ou par petits groupes par des enseignants, à Nanterre et à La Garenne-Colombes. Grâce à ces ateliers, ces jeunes ne trainent pas dans la rue et peuvent reconstruire un projet d’avenir. C’est une manière de prévenir la délinquance dans les Hauts-de-Seine. "

Association Epheta
10 villa des Marronniers
92000 Nanterre
Tél.: 01 41 38 02 73
 

En savoir plus 

Le financement d'actions locales de prévention

La prévention de la récidive avec les travaux d'intérêt général