Des contrats de performances énergétiques dans les collèges des Hauts-de-Seine

En 2012, le Département des Hauts-de-Seine innovait en passant un des premiers
Marchés Publics de Performance Energétique pour six collèges publics. Fort de cette réussite, le Département a décidé de généraliser cette expérience à l’ensemble des collèges publics des Hauts-de-Seine dans le cadre d’une stratégie globale d’amélioration de leur performance énergétique.

55797093 N 0001 photo

Cette première expérience a permis d’économiser plus de 30% d’énergie sur ces collèges. 

Le Département a décidé de généraliser cette démarche sur en deux phases :

  • dès 2019 sur 62 collèges qui auront un objectif de réduction des consommations de plus de 22 % 
  • Puis dans un second temps pour 24 autres collèges avec un objectif d’économie d’énergie de plus de 30 à 35%

Un 1er appel d’offres en cours permettra de doter 62 collèges d’un contrat global avec un objectif de réduction des consommations de plus de 22%. 


Ce contrat, qui entrera en application début 2019, conduira à des travaux d’amélioration des installations, et intègre également leur pilotage et leur entretien-maintenance sur une période longue, avec un engagement de résultat des groupements d’entreprises retenus.
Un second appel d’offres sous la même forme est en préparation pour 24 autres collèges avec un objectif d’économie d’énergie de plus de 30 à 35 %. Ce second contrat, qui devrait prendre effet fin 2019, intégra également des travaux conséquents sur les bâtiments (isolation, remplacement de menuiseries, rénovation de façades….).
Enfin, les collèges du Département hors CPE font l’objet de projets de réhabilitation lourde ou de reconstruction engagés qui conduiront à offrir aux Alto-séquanais des collèges modernes répondant aux meilleurs standards énergétiques.


L’ensemble de ses actions permettra ainsi au Département des Hauts-de-Seine d’anticiper de plusieurs années ses obligations en matière d’économie d’énergie fixées par la loi de transition énergétique dans le domaine des bâtiments, tout en assurant le meilleur confort dans ces établissement scolaires. 

 

Les six collèges précurseurs :

  •  Collège André-Malraux à Asnières,
  •  Collège Paul-Landowski à Boulogne-Billancourt,
  •  Collège Pierre-Brossolette à Châtenay-Malabry
  •  Collège Guy-Môquet à Gennevilliers,
  •  Collège Jean-Jaurès à Levallois Perret,
  •  Collège Edouard-Manet à Villeneuve-la-Garenne.


 

FOCUS sur le collège Albert-Camus à Bois-Colombes

Le collège a rouvert ses portes à la rentrée 2014, après un vaste projet de réhabilitation et d’extension de deux ans, mené par le Département.
Il a été conçu pour limiter le plus possible son impact sur l’environnement :

> La toiture a été végétalisée avec du sébum. Cette plante grasse ne demande aucun arrosage et est accrochée à un tapis de fibres sur une couche de 8 à 10 cm d’épaisseur, servant de réserve d’eau et de nourriture. Cette toiture améliore l’isolation thermique des bâtiments.

> Toutes les vitres des salles du collège, orientées plein sud pour profiter des apports solaires, ont été remplacées par du double vitrage, limitant les pertes de chaleur, et équipées de parements en voile tissés dans une matière innovante qui laisse passer la lumière naturelle mais protège de la chaleur. L’isolation des parois extérieures a elle aussi été renforcée.

> Un système de ventilation à double flux a été installé dans l’ensemble du collège, permettant de renouveler l’air et de limiter les déperditions de chaleur. Une partie de l’énergie contenue dans l’air sortant est récupérée pour chauffer l’air propre entrant.

> 17 puits de d’infiltration pour les eaux de pluie ont été installés autour des bâtiments. Les eaux de pluie ne sont pas rejetées dans les égouts mais alimentent la nappe phréatique.

> Des systèmes d’éclairage à basse consommation ont été installés, ainsi que des détecteurs de présence pour optimiser le temps d’allumage.



Le Département a investi 28 M€ dans la réhabilitation et l’extension du collège Albert-Camus.