Les étapes clé de la reprise

La préparation d’un projet de reprise commence par le ciblage du profil d’entreprise recherchée, en tenant compte des attentes du repreneur, de ses contraintes personnelles, de ses compétences professionnelles et de ses capacités financières.

Ces critères de recherche incluent l’activité de l’entreprise, la superficie des locaux, la fourchette du prix de cession, la localisation, etc. 


Les grandes étapes d’une reprise 

Les démarches d’une reprise comportent de nombreux points communs avec celles d’une création. Elles sont en revanche plus complexes, en particulier sur le plan juridique avec la reprise de tous les contrats en cours.

Les principales étapes :

  • Rechercher l'entreprise
  • Analyser ses atouts et ses faiblesses
  • Évaluer l'entreprise
  • Concrétiser la reprise : le business plan (voir notre rubrique dédiée à la réalisation d'un business plan)
  • Procéder à la négociation et la conclusion de la vente
  • S'inscrire au centre de formalités des entreprises 

Reprise d’une PME ou reprise d’une petite entreprise n’impliquent pas les mêmes démarches.
> En savoir plus :
 cliquer  


Les pièges à éviter

Les pièges sont nombreux et parfois difficiles à déceler. Il est beaucoup plus sûr d'être assisté et conseillé par des professionnels tels que des conseillers juridiques, experts et conseils financiers, notaires, avocats, experts-comptables, agents immobiliers et d'assurances.

Quelques pièges à éviter :

  • Faire attention à ce que les stocks ne soient pas surévalués et le poste clients gonflé vérifier l’état et la valeur du matériel compris dans le rachat
  • Éviter le piège des créances escomptées
  • Racheter une entreprise en difficulté en croyant investir moins : il vous faudra réinjecter des capitaux pour redresser l’affaire

Quelques conseils pour réussir sa reprise :

  • Ne pas s’engager trop rapidement : il est fréquent d’étudier plusieurs projets de reprise
  • Effectuer une évaluation complète de l’entreprise à reprendre et s’assurer que le chiffre d’affaires potentiel est suffisant pour assurer les éventuels emprunts
  • Se préparer avant la reprise pour connaître l’activité et l’environnement de l’entreprise
  • Solliciter le cédant afin d’être présenté à ses contacts réguliers : son banquier, ses fournisseurs, ses clients et surtout auprès des salariés
  • Combler ses lacunes éventuelles (en gestion, en informatique…) avant la reprise, en suivant des formations généralistes ou sectorielles. 


Des professionnels à votre écoute...
 

Quelques pistes pour trouver une entreprise à reprendre...

Le bouche à oreille reste la meilleure voie pour détecter une opportunité de reprise, mais certaines offres sont connues des professionnels :

  • Le site Transmission de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Île-de-France : Passer le relais 
  • La Bourse Nationale des Opportunités Artisanales (BNOA) www.bnoa.net et le site de la CMA 92
  • Les professionnels de l’immobilier
  • Les services commerce-artisanat ou développement économique des communes sont informés des opportunités de cession de fonds de commerce
  • Les syndicats professionnels
  • Le site www.reprisedentreprise.com
  • La bourse de la transmission d’OSEO : www.reprise-entreprise.oseo.fr
  •  Les repreneurs de PME s’adresseront également aux cabinets de conseil et fusion/acquisition nationaux, régionaux ou sectoriels
  • L’association CRA - Cédants et Repreneurs d'Affaires : www.cra.asso.fr


Acquérir les informations essentielles sur la reprise, être accompagné dans ses démarches :

> Le service entrepreneuriat de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Hauts-de-Seine propose des prestations :

Aux repreneurs d’un commerce :
  • atelier d’information « Reprendre un commerce ou un bail commercial »
  • diagnostic du commerce identifié et une aide au montage du business plan
  • formation « " 5 jours pour reprendre"

Contact :
CCIP Hauts-de-Seine Gaëlle Abherve-Gueguen
Tel : 01 46 14 26 35 

Aux repreneurs d’une PME-PMI :
  • ateliers d’informations spécialisées 
  • diagnostic du projet de reprise
  • formation « " 5 jours pour reprendre"
  • accès au Club des repreneurs

Contact :
CCIP de Paris- Stéphane Meunier
Tel : 0820012 112
 

> Avec le soutien du Conseil général, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hauts-de-Seine accompagne la reprise d’une entreprise artisanale : démarche personnelle de positionnement, formation, recherche d'opportunités, évaluation de l’entreprise, négociation, élaboration du Business plan et reprise effective. La CMA92 propose également l’atelier « Construire son projet d’entreprise », qui apporte les informations et les outils nécessaires pour créer ou reprendre une entreprise.

Contact:
Nadine Jouannic
Tel : 01 47 29 43 16
njouannic@cma-nanterre.fr


Financer son projet de reprise :

Peu d’aides sont spécifiques à la reprise, la plupart des aides à la création étant accessibles aux repreneurs.


Augmenter ses fonds propres

Les fonds propres sont les ressources financières durables et qui appartiennent à l’entreprise, par opposition aux financements provenant de tiers. Il s’agit de l’apport personnel, de la participation de proches au capital et des prêts en compte-courant d’associés. Plus les fonds propres sont élevés, plus la capacité d’emprunt est importante.


Solliciter un prêt

  • Le Département des Hauts-de-Seine soutient deux associations qui accordent des prêts d’honneur à taux zéro, adossés à un prêt bancaire classique : Le Réseau Entreprendre 92 finance les PME, au plus tard 6 mois après l’opération de reprise, et à condition d’une volonté du nouvel entrepreneur de donner une nouvelle impulsion à l'entreprise. Hauts-de-Seine Initiative finance les reprises de fonds de commerce et non le rachat de parts sociales. En complément du prêt d’honneur, ces associations instruisent le prêt Ile de France Transmission » spécifique à la reprise.
  • OSEO, organisme national de financement, propose le Contrat de développement-transmissionaux repreneurs d’une PME. Les repreneurs d’un fond de commerce peuvent solliciter un PCE (prêt à la création d'entreprise) associé à un prêt bancaire.
  • Certains cédant accordent un crédit vendeur


En savoir plus :