Dernière mise à jour : 02/06/2017

Les actions dans le domaine de la coopération internationale

Les grands axes d'intervention du Département dans ce secteur. 

L'objectif de la politique départementale de coopération internationale et d’aide au développement est l'amélioration durable de la sécurité alimentaire des populations.

La lutte contre l'insécurité alimentaire

En 2017, le Département poursuit ses engagements pour contribuer au développement de l’Arménie, du Cambodge et de Haïti, et lance des premières actions au Bénin.

Arménie, région du Tavouch

  • Action : relance de la production agricole et de l’élevage bovin
  • Objectif : dynamiser l’économie locale et limiter l’exode rural

Au programme : irrigation, diversification de la production agricole, renouvellement du cheptel et valorisation des produits laitiers, renforcement des compétences locales par la création d’un centre de formation, structuration de coopératives.

Contexte

L'Arménie compte 2,1 M d'hectares de terres agricoles, couvrant 72 % de la superficie du pays. En 2014, 40 % de la population active était employée dans l'agriculture (contre 26 % en 1991), contribuant à 21,9 % du PIB du pays.

Le monde rural arménien a subi de plein fouet l’effondrement du système soviétique. La privatisation des terres a conduit à des surfaces d’exploitation très réduites et à l’émergence d’un nouveau système agricole, basé sur la gestion individuelle des exploitations. Elle a transformé une agriculture planifiée en agriculture de subsistance, et s’est accompagnée d’une dégradation progressive des infrastructures collectives.

Par conséquent, l’Arménie connaît un phénomène d’émigration très important. Aujourd’hui, l’agriculture est reconnue par le gouvernement comme une priorité pour le développement de l’économie du pays et l’aménagement des territoires ruraux.

Dans ce cadre, le programme soutenu par le Département au Tavouch vise à contribuer au développement de la production agricole et laitière de la région.

Le Département préside par ailleurs le groupe-pays Arménie au sein de Cités-Unies France, regroupant les collectivités françaises qui mènent ou souhaitent initier des projets en direction de ce pays
www.cites-unies-france.org/-Armenie 

 




Cambodge, province de Siem Reap

  • Action : développement d’une production agricole familiale de qualité
  • Objectif : création de revenus par l’accès au marché local

Au programme : développement de l’agro-écologie, renforcement des compétences techniques pour améliorer les sols et permettre la culture de riz et de produits maraîchers à des prix compétitifs, mise en place de circuits courts pour approvisionner les hôtels de la province de Siem Reap.

Contexte 

Au Cambodge, l’agriculture, essentiellement centrée sur le riz, le maïs, et l’hévéa, est à la fois peu diversifiée et peu rentable. La faiblesse générale de la productivité agricole est liée à la relative médiocrité des sols, aux inondations et sécheresses régulières, mais aussi à une utilisation réduite d’une technologie adaptée et à l'insuffisance des infrastructures rurales (accès à l’eau et à l’électricité).
Il importe ainsi que l’appui du Département intègre l’ensemble de ces contraintes pour une action durable, d’autant plus que le pays présente de vastes étendues de terres relativement préservées, malgré le spectre de la déforestation.

 




Haïti

  • Action : soutien à la filière cacao
  • Objectif : relance de la production d’un cacao de qualité, commercialisation et accès à des marchés plus rémunérateurs.

Au programme : développement d’une production certifiée biologique et équitable, amélioration de l’équipement des coopératives pour collecter, fermenter et sécher le cacao sur place, renforcement de la gestion des coopératives, organisation de la filière au niveau national, valorisation de ce cacao sur le territoire des Hauts-de-Seine (exemple : le chocolatier À la Reine Astrid et ses boutiques à Meudon et Ville d’Avray).

Contexte

 

Au début du 20e siècle, Haïti était un des premiers producteurs de cacao au monde. La succession des crises politiques et économiques des 20 dernières années a conduit à une quasi disparition de ces anciennes filières d’exportation à forte valeur ajoutée. Et aujourd’hui, avec une production annuelle oscillant autour de 4 000 tonnes, Haïti est classé 25e pays producteur mondial.

La filière cacao haïtienne représente cependant un enjeu environnemental (reforestation) et socio-économique important pour Haïti. Le cacao représente plus de 50% des revenus totaux des producteurs, qui, bien que saisonniers, jouent un rôle essentiel dans la trésorerie familiale. Haïti produit les variétés nobles criollo et trinitario, reconnues pour leurs qualités gustatives, qui représentent 20% de la culture mondiale.

Il importe aujourd’hui de saisir l’opportunité d’investir à nouveau cette filière, sachant que depuis quelques années le marché du cacao connait un essor important, et qu’un déficit de l’offre mondiale est à prévoir, en raison notamment de la croissance prévue de la demande des pays émergents. 

 




Bénin

  • Action : valorisation de la production agricole locale du Zou
  • Objectif : renforcement des productions locales en intégrant la dimension agro-écologique, et en favorisant la coopération entre acteurs des filières

Au programme : identification de marchés porteurs (vente locale de proximité, zone urbaine, régions voisines du Zou), identification des acteurs clefs des filières à soutenir, formations (production agro-écologique, techniques de transformation, renforcement des capacités de gestion, marketing, commercialisation, etc.), amélioration de l’accès des acteurs à des financements adaptés (institutions de microfinance, accès à des investisseurs solidaires locaux).

Contexte

Essentielle au développement du Bénin, l’agriculture représente près de 33 % du PIB et emploie
70 % de la population active.

Malgré la présence de terres cultivables et irrigables, d’une main-d’oeuvre disponible, de conditions de production agro-écologiques qui permettent des cultures diversifiées et adaptées aux besoins, la production locale subit la concurrence des produits importés (riz, poulets congelés, etc.), en provenance d’Asie notamment, et ne peut pas répondre à la totalité de la demande nationale.

Or la situation nutritionnelle au Bénin est préoccupante, particulièrement celle des jeunes enfants de moins de 5 ans dont 37% souffrent de malnutrition chronique.

Les déficits de consommation en protéines et légumes peuvent être comblés notamment par le développement d’activités agricoles accessibles aux ménages vulnérables et adaptées aux marchés urbains. 

 

 


 

La sensibilisation des Alto-séquanais à la solidarité internationale


Le Département valorise, par le biais de son dispositif Initiatives Jeunes Solidaires, l’engagement de jeunes alto-séquanais (18-30 ans) en faveur de projets d’aide au développement et de solidarité internationale.

Depuis 2009, ce dispositif a permis au Département de financer 296 projets de solidarité internationale à hauteur de 0,86 M€ et 1 295 jeunes ont été accompagnés dans leurs initiatives.

Consulter notre rubrique dédiée et découvrir le dispostif Initiatives Jeunes Solidaires