Dernière mise à jour : 17/10/2016

Haïti, Bénin, Arménie, Cambodge : la lutte contre l’insécurité alimentaire, une priorité départementale

Le Département concentre son action vers quatre pays, l’Arménie, Haïti, le Cambodge et le Bénin, et s’est engagé sur le long terme. Objectif : une amélioration durable de la sécurité alimentaire des populations.

Le Département des Hauts-de-Seine a choisi de mener des actions de développement agricole dans des pays qui en ont besoin.

C’est un engagement qu’il porte avec les collectivités locales des zones géographiques identifiées et qui cible la malnutrition. Les pays aidés ont été choisis selon trois critères : une malnutrition élevée, des conditions de sécurité suffisamment stables et une attache à la France historique et/ou linguistique.

Actuellement, le Département soutient Haïti, le Cambodge, l’Arménie et très prochainement le Benin. 

Contre la faim

L’objectif principal est d’aider les populations à lutter contre l’insécurité alimentaire. Pour cela, le Département s’appuie, selon les objectifs définis avec les collectivités partenaires, sur des professionnels des organisations non gouvernementales (ONG) déjà ancrées sur place. Il est important d’aider ces pays à devenir autonomes et acteurs de leur développement. Pour vaincre la malnutrition, notamment des enfants, le développement agricole est favorisé. Les populations produisent plus et mieux pour se nourrir et pour augmenter leurs richesses et revenus. Cela consolide leur vie quotidienne et stabilise la population qui peut alors prétendre à des dépenses de santé et à une scolarisation des enfants.

Pour permettre in fine aux populations bénéficiaires de devenir les véritables acteurs de leur développement, les Hauts-de-Seine souhaite que les actions :

  • correspondent aux orientations nationales du pays d’intervention ;
  • renforcent les compétences techniques et organisationelles des bénéficiaires (sensibilisations, formations, accompagnement au regroupement, etc.).
    L’implication de la société civile et institutionnelle, notamment au niveau local, est essentielle. Elle est à la base de l’expression des besoins, se poursuit au cours du programme et au-delà des actions financées ;
  • permettent une augmentation des revenus des populations, afin d’améliorer leur situation nutritionnelle et de combattre durablement la pauvreté.