Dernière mise à jour : 19/01/2017

Cambodge : la coopération entre le Département et la province de Siem Reap

Objectif : soutenir la production agricole familiale, durable et locale de qualité à travers des actions destinées à améliorer les techniques agricoles, la diversification des productions et l’accès au marché local.

paysan cambodgien beneficiaire4
Paysan cambodgien bénéficiaire des programmes Copyright:Germain Priour

Cambodge, quelques repères

› Population : 15,5 millions d'habitants
› Population rurale : 79 %
› Superficie : 181 035 km2
› Espérance de vie : 71 ans
› Indice de Développement Humain 2013 : 0,555, 143e rang (2015)
› PIB par habitant 2012 : 1 091 USD
› Taux de croissance : +7% (2014)


 

Le contexte

Au Cambodge, l’agriculture, essentiellement centrée sur le riz, le maïs, et l’hévéa, à est à fois peu diversifiée et peu rentable. La faiblesse générale de la productivité agricole est liée à la relative médiocrité des sols, aux inondations et sécheresses régulières, mais aussi à une utilisation réduite d’une technologie adaptée et à l'insuffisance des infrastructures rurales (accès à l’eau et à l’électricité).

Il importe ainsi que l’appui du Département intègre l’ensemble de ces contraintes pour une action durable, d’autant plus que le pays présente de vastes étendues de terres relativement préservées, malgré le spectre de la déforestation.

La coopération décentralisée entre les Hauts-de-Seine et la province de Siem Reap

En mars 2013, le Département des Hauts-de-Seine a signé une convention de coopération décentralisée avec la Province de Siem Reap, déterminant des actions coordonnées de développement agricole destinées à améliorer durablement la sécurité alimentaire et les conditions de vie de populations fragiles de la province.

Cette convention permet de préciser les priorités (appui à la production des petits agriculteurs) et de valider l’approche agro écologique des activités mises en œuvre. 

Le Ministère des Affaires Etrangères français a cofinancé à hauteur de 235 000 euros sur 3 ans le projet porté par cette coopération décentralisée.

L’agro écologie

Les "révolutions vertes" qui se sont succédées ont reposé sur l’utilisation de variétés améliorées de semences, d’engrais chimiques, de pesticides et une motorisation croissante. Dans les zones aux conditions favorables, elles ont fortement accru les rendements agricoles. Mais on connaît aussi maintenant leurs impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine ainsi que leurs limites en termes d’efficacité énergétique.

L’agro écologie constitue une alternative à la production conventionnelle. C’est un mode de production agricole conçu comme un système intégré animal/végétal, mimant les écosystèmes naturels. Cela permet de créer localement des bio pesticides et engrais naturels, des semences adaptées ; et d’augmenter in fine les revenus nets et l’autonomie des petits paysans.

Le contexte agricole de la province de Siem Reap

Les temples d’Angkor situés dans la province accueillent plus de 2 millions de touristes par an, chiffre dont la progression permet d’espérer un débouché intéressant pour la production locale de fruits et légumes. À ce jour, celle-ci est saisonnière, peu diversifiée et très inférieure à la demande. Ainsi, la majeure partie des produits maraîchers sont importés de l’étranger ou d’autres provinces, et l’accès au marché local est difficile pour les producteurs locaux, non compétitifs.

Afin de valoriser la production locale, ce programme prévoit d’accompagner les petits paysans dans le renforcement de leurs compétences techniques pour une production qualitative, diversifiée et régulière.

Grâce au programme financé par les Hauts-de-Seine, nous avons appris de nouvelles techniques de production. Nous avons rapidement pu constater une évolution de la qualité de notre production. Maintenant, je peux envoyer mes enfants à l’université grâce à l’augmentation de mes revenus.

Témoignage de M. Yoeun Yin collecteur de Krabei Riel


 

Paysans cambodgien collecteur de légumes / Copyright : Germain Priour

Les activités développées depuis 2010

  1.  Formations et diffusion des connaissances en agro écologie pour la production du riz, de légumes et du petit élevage.
    Ces formations permettent aux bénéficiaires d’intégrer des innovations techniques, de diversifier et d’améliorer la qualité de leur production et par conséquent d’améliorer leurs conditions de vie.

  2. Mise en place de circuits courts d'approvisionnement auprès d'hôtels de Siem Reap
    Ces actions permettent aux agriculteurs de trouver de nouveaux débouchés et aux professionnels du tourisme de valoriser la production locale de qualité, tout en limitant les importations en provenance du Vietnam et de la Thaïlande.

  3. Promotion et renforcement des organisations socioprofessionnelles agricoles
    Il s’agit de soutenir la mise en place et la gestion d’organisations socioprofessionnelles agricoles afin que les agriculteurs s’organisent pour avoir accès à des services collectifs (location d’une remorque pour aller vendre les produits sur les marchés, accès à des prêts pour l’achat de petit matériel, etc.).

Les chiffres

› 3,2 millions d'euros investis par le Département depuis 2009
› 3 000 bénéficiaires
› Plus de 1 000 formations dispensées
› 89 % d’augmentation du prix de vente des légumes
› Augmentation de 90% du revenu annuel moyen des familles pratiquant des activités de maraîchage entre 2011 et 2015

Les partenaires 

Le GRET intervient au Cambodge depuis plus de 15 ans et est à l’origine de la création de la plus importante ONG de développement agricole au Cambodge, le CEDAC.

Agrisud intervient au Cambodge depuis 1995 et dispose ainsi d’une solide expérience dans le secteur agricole et la lutte contre l’insécurité alimentaire en développant des programmes similaires dans plusieurs provinces.




Votre contact au Conseil départemental :

Pôle Logement, Patrimoine et Partenariats
Service Coopération Internationale

Chargées de programmes :
- Charlotte Rieuf crieuf@hauts-de-seine.fr
- Noémie Quéret Bonvarlet nquerebonvarlet@hauts-de-seine.fr