Dernière mise à jour : 16/04/2018

Arménie : la coopération entre le Département et la région du Tavouch

Objectif : relancer la production agricole et l'élevage bovin du Tavouch à travers des actions destinées à dynamiser l’économie locale et limiter l’exode rural d’une région frontalière.

armenie1
CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE

Arménie, quelques repères

› Population : 3 millions d’habitants
› Population rurale : 35, 9 %
› Superficie : 29 800 Km²
› Espérance de vie : 74,4 ans
› Indice de Développement Humain : 0,743, rang sur 188 pays (2015)
› PIB par habitant : 3,5 USD (2016)
› Taux de croissance : + 0,2 % (2016)


 

Le contexte

L'Arménie compte 2,1 M d'hectares de terres agricoles, couvrant 72 % de la superficie du pays. 40 % de la population active est employée dans l'agriculture (contre 26 % en 1991), contribuant à 18 % du PIB du pays.

Le monde rural arménien a subi de plein fouet l’effondrement du système soviétique. La privatisation des terres a conduit à des surfaces d’exploitation très réduites et à l’émergence d’un nouveau système agricole, basé sur la gestion individuelle des exploitations. Elle a transformé une agriculture planifiée en agriculture de subsistance, engendrant une dégradation progressive des infrastructures. L’Arménie connaît un phénomène d’émigration très important.

Aujourd’hui, l’agriculture est reconnue par le gouvernement comme une priorité pour le développement de l’économie du pays et l’aménagement des territoires ruraux.


La région du Tavouch est une zone favorable à l’agriculture, du fait de son altitude, l’une des plus basses d’Arménie, et de son climat tempéré / CP CG92 Jean-Luc Dolmaire

Les enjeux du programme

Le Département accompagne la mise en place d'une filière laitière rentable et profitant aux habitants du Tavouch, de la production à la commercialisation.

Depuis 2017, le Département s'appuie en complément sur un consultant indépendant spécialiste de la filière laitière, pour affiner la rentabilité de la production et renforcer la diffusion des pratiques au niveau local.

Le programme s'appuie sur une structure locale, l'Hymnatavouch, ainsi que sur une équipe de professionnels français et arméniens.

À savoir...

La région du Tavouch est une zone favorable à l'agriculture, du fait de son altitude, l'une des plus basses d'Arménie, et de son climat tempéré.

Les agriculteurs de notre région sont des travailleurs. Depuis des années, nous n’avons pas d’eau pour irriguer nos terres et les agriculteurs étaient obligés de partir chercher du travail dans les grandes villes ou à l’étranger.
Si l’eau arrive de nouveau dans nos champs, je suis certain que beaucoup de villageois rentreront chez eux et recommenceront à cultiver leurs terres. 

Témoignage d'un agriculteur du programme 

 



Ferme de référence du Lussadzor / CPCG92 NQB
  1. Développer une filière de produits laitiers de qualité
    Création d'une ferme de référence (Lussadzor) et de micro-fermes gérées par des coopératives accueillant des Jersiaises et des Simmental.

    Aménagement d'une zone dédiée aux bovins dans les alpages, réhabilitation de la route.

    Le site de Lussadzor

    D'une capacité de 200 têtes, la ferme moderne accueille des bovins de races Simmental et Jersiaise, sélectionnées pour la qualité de leur lait. Près de 900 litres de lait sont récoltés quotidiennement et transformés sur place à la fromagerie. Appréciés des consommateurs, les fromages sont également vendus en dehors du Tavouch, à Erevan et en Russie.

    ♦ Quelques avancées notables :

    - les agriculteurs de la région ont réinvesti leurs champs et fournissent la ferme en aliments pour les bovins ;
    - le fumier récolté est valorisé par des producteurs locaux ;
    - la ferme est équipée depuis 2017 de panneaux solaires^thermiques et photovoltaïques.
    Différents experts français ( vétérinaires, fromagers, etc.) apportent régulièrement leurs compétences aux équipes locales.  

  2. Appuyer la production agricole
    - Consolidation du réseau d’irrigation

    → Augmenter la surface de terres exploitables
    - Aménagement de deux bases agricoles et fourniture de plants et de semences de qualité
    → Améliorer la qualité et les rendements des productions agricoles
    → Permettre la diversification des productions (fruits, cultures fourragères)
     
  3. Renforcer les compétences locales par la création d'un centre de formation
    Dans la perspective de renforcer les compétences techniques et managériales des agriculteurs et des éleveurs, un centre de formation a été créé à la ferme de Lussadzor.
    Cet accompagnement doit leur permettre de gérer les coopératives, d’améliorer la qualité et le rendement des productions, et de leur faciliter l’accès au marché formel. 

 

 

Les chiffres

 5,3 millions d'euros investis par le Département depuis 2008
› 25 villages bénéficiaires
› 25 kms de canaux d’irrigation construits ou réhabilités
› 1 ferme de référence mise en place
› 7 micro-fermes gérées par des coopératives villageoises 

Le partenaire 

Le projet est mis en œuvre par le Fonds Arménien de France, qui s’appuie depuis 2011 sur une équipe locale dédiée, la Fondation HymnaTavush.

Né en 1993, le Fonds Arménien de France, qui appartient à un réseau mondial de Fonds nationaux, soutient le développement socio-économique de l'Arménie et du Karabagh, pour permettre aux familles de mieux vivre et d’éviter d’émigrer.
Il a orienté une partie de ses actions sur le développement rural.


Votre contact au Département des Hauts-de-Seine : 

Conseil départemental des Hauts-de-Seine
Pôle Logement, Patrimoine et Partenariats
Service Coopération Internationale
92731 Nanterre Cedex 

♦ Responsable du service Coopération internationale :
Aude Ronsin-Laurenceau aronsinlaurenceau@hauts-de-seine.fr

♦ Chargées de programmes :
- Charlotte Rieuf crieuf@hauts-de-seine.fr
- Noémie Quéré BonvarletArménie nquerebonvarlet@hauts-de-seine.fr