Dernière mise à jour : 07/12/2012

De la route au territoire : historique

La route départementale RD7 a fait l'objet d'études de requalification de la part du Département depuis 1992. Si au départ le projet s'axait juste sur l'amélioration des conditions de circulation routière, il a vite intégré l'aménagement global d'un territoire. Historique du projet.

VRG

1992 : l'État envisage une voie express rive gauche

Les projets d’aménagement de la route départementale 7 datent d’une bonne dizaine d’années. Les premières études remontent à 1992. Elles étaient alors portées par l’État qui envisageait la réalisation d’une voie express rive gauche reliant la route nationale 118 à partir du pont de Sèvres jusqu’à Paris, comme une autoroute ou une voie rapide. 


Le projet prévoyait :

  • une chaussée composée de 2 files par sens de circulation; 
  • des bretelles de 2 voies viennent desservant les voies perpendiculaires à la RD 7;
  • des voies dénivellées aux têtes de ponts et aux carrefours de la rue de Vaugirard et de la rue Henri-Savignac.

Au final, la largeur de l'emprise varie de 30 à 60m.

Les coûts importants de cette solution rendent impossibles une programmation à court terme. En janvier 1993, l'Etat se désengage et la route nationale devient départementale et le conseil départemental devient responsable de son aménagement et de sa gestion. 

 

1999 : le Conseil départemental propose un boulevard urbain

Le conseil départemental décide quant à lui de porter un aménagement de la RD7 en boulevard urbain. La solution d'une infrastructure au sol à deux files par sens de circulation avec des carrefours à feux et une limitation à 50 km/h de la vitesse a été ainsi retenue, conformément au Schéma directeur du Val de Seine. 
Ce projet porte alors uniquement sur les communes de Meudon et d'Issy-les-Moulineaux et le 15 octobre 1999, l'assemblée départementale autorise le lancement de la concertation préalable.

En 2000, à l'issue de cette phase de concertation, l'assemblée départementale autorise le lancement de l'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique du projet. Les enquêtes conjointes d'utilité publique et de mise en compatibilité du POS de Meudon ont eu lieu du 1er mai 2001 au 15 juin 2001. Cette procédure a été abandonnée pour des raisons de délais de décisions qui ont rendue la procédure caduque.

 

Aujourd'hui, un projet d'aménagement de la vallée de la Seine

Suite à l'abandon de la procédure d'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique, le projet initial a été remodelé et repensé. 

Aujourd’hui, le conseil départemental s’engage à conduire et à réaliser un unique projet global d’aménagement et de mise en valeur des berges de la Seine, comportant les dimensions « vertes » et « bleues » et aussi un aménagement adéquat de la voie du réseau départemental – la RD 7 –, attentif à répondre à d’autres fonctionnalités que la seule circulation automobile. Cette évolution est issue notamment d'une réflexion d'ensemble sur la valorisation du fleuve et de ses berges engagée par le Département entre 2003 et 2005 qui a abouti à l'adoption du « schéma d'aménagement et de gestion durables de la Seine et de ses berges » en 2006. Ce schéma prévoit notamment une « promenade bleue » dont un des maillons est le secteur concerné par le projet d'aménagement. Les études de définition ont permis d’établir un dialogue fructueux dans lequel se sont pleinement impliquées les acteurs essentiels que sont les communes de Sèvres, Meudon et Issy-les-Moulineaux, les établissements Voies navigables de France et Port autonome de Paris, ainsi que les associations locales.


Le projet présenté permet donc à la fois :

  • une desserte locale plus efficace et plus sûre pour tous les usagers ; 
  • l'amélioration du cadre de vie en rendant la Seine aux habitants ;
  • un itinéraire compris entre le pont de Sèvres et Paris soit 4,2 km ;
  • l'élaboration d'un schéma d'aménagement et de gestion durables de la Seine et de ses berges.