Dernière mise à jour : 24/02/2006

Une démarche transversale et collective

Une nouvelle approche participative s'est avérée nécessaire pour répondre aux grands enjeux de l'aménagement de la Seine, colonne vertébrale du département économique(transports), naturelle (biodiversité), culturelle (Vallée de la culture) et touristique (promenades).

Les décisions d’aménagement du fleuve et de ses abords sont issues d’une réflexion globale intégrant les usages et l’identité de chaque espace. Ces décisions recherchent également la cohérence des interventions dans toutes leurs dimensions : esthétiques, écologiques, de sécurité, de production économique, d’organisation de l’espace…

Les constats de départ

  • La Seine constitue un espace à fort enjeu social. Comment ? Elle induit de nombreux débouchés locaux et elle répond à la préoccupation des citadins de voir maintenus des espaces naturels dans leur environnement proche.
  • Le développement économique est également tributaire d’un réseau d’infrastructures de transport cohérent et multimodal, où le transport fluvial a toute sa place.
  • La Seine, enfin, est un corridor écologique d’intérêt tant national que local, qui doit être préservé.

Une approche transversale s'est donc avérée nécessaire, intégrant conjointement les principes :
- de l’équité sociale ;
- de l’efficacité économique ;
- de la préservation de l’environnement et de la concertation.
Ce sont les conditions d’une véritable dynamique de développement durable.

Une nouvelle approche, collective et participative

Le bien-fondé de la démarche de développement durable repose aussi sur un impératif de construction collective. Pendant longtemps, les relations entre les acteurs du fleuve n’ont pas été suffisamment concertées pour mettre en cohérence ses multiples usages.

Face à la variété des champs d’intervention - eau, berges ou secteurs limitrophes - et des échelles de compétences, seule une large concertation a permis aux expertises, qu’elles soient techniques, d’usage ou décisionnelles, de coordonner leurs actions.

Ce schéma est le résultat d’une concertation approfondie entre l’ensemble des acteurs du fleuve au niveau du département et de ses territoires limitrophes : les municipalités, les entreprises, les divers services de l’État et les citoyens, au travers de leurs associations, ont participé aux réflexions préparatoires.

Les accords issus de la concertation

Cette concertation a été conduite dans le souci de répondre à la double exigence de proximité des citoyens et de cohérence territoriale.

La concertation a permis de mettre en lumière des consensus globaux :

  • l’intérêt pour la Seine et ses berges est reconnu par tous ;
  • la nécessité de coordonner les parties prenantes est approuvée par tous, de même que le rôle fédérateur du conseil général pour y parvenir.

Cette concertation a aussi permis d’obtenir l’accord des parties prenantes sur plusieurs objectifs opérationnels :

  • la réalisation d’un promenade continue au plus près possible du fleuve ;
  • l’ouverture de la ville vers le fleuve dans un projet global ;
  • la protection des berges naturelles qui constituent un patrimoine rare ;
  • l’amélioration de la qualité de l’eau ;
  • la nécessité de concilier l’aménagement des berges et l’activité économique.

Les débats, lors de la concertation, ont aussi soulevé un certain nombre de questions sur lesquelles le Conseil général a dû prendre position :

  • la desserte de la promenade le long du fleuve ;
  • les règles de la navigation de plaisance et l’éventualité d’un transport de voyageurs ;
  • la gestion des relations avec les bateaux-logements et celle des épaves ;
  • la portée juridique du schéma.