Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups - Maison de Chateaubriand

Lieu magique traversé par le ru d'Aulnay, le parc est une invitation au romantisme, à l'évasion, bien à l'abri de l'urbanisation environnante.

Vallee-aux-loups

Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups - Maison de Chateaubriand est une belle illustration de l'harmonie qui existe entre patrimoines culturel et naturel dans la Vallée de la culture des Hauts-de-Seine. Le parc boisé, l'île Verte, l'Arboretum paysager à la collection végétale unique et la maison de Chateaubriand, témoin d'une époque et de la vie de l'homme, du botaniste averti et de l'écrivain voyageur, forment une unité où se respectent le passé et le présent, le travail de l'homme et la nature.

Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups bénéficie du label "jardin remarquable" délivré par la DRAC pour le parc de la maison de Chateaubriand, l'Arboretum et l'île verte, tant pour leur histoire que pour leur accueil du public et leur mode de gestion respectueux de l'environnement. Ce label a été renouvelé en septembre 2011 pour une durée de cinq ans. Il bénéficie également du label Eve®, "espace vert écologique", décerné en mai 2012 (plus d'informations dans l'onglet Nature).


Consultez notre carte pour géolocaliser le domaine dans les Hauts-de-Seine 


Plus d'infos : 

Le plan détaillé du domaine


Le domaine est constitué de plusieurs propriétés :

La Maison de Chateaubriand

Souvent surnommé "le grand-père du romantisme", Chateaubriand avait trouvé, dans la Vallée-aux-Loups, son havre. Il n'est resté que dix ans, mais le "culte" de Chateaubriand a permis de préserver le domaine de toute beauté qu'il avait créé, et notamment le parc. Aujourd'hui, sa maison est ouverte au public, et présente Chateaubriand et son époque au plus grand nombre de publics possible : aux spécialistes, à ceux qui apprécient aussi, aux scolaires, aux universitaires, aux curieux …

En savoir plus : site Internet de la Maison de Chateaubriand

> Upload the document (in english) 

> Télécharger le document (en fr)



L'Arboretum

Dédié à la botanique depuis sa création au XVIIIe siècle, l'Arboretum abrite près de 500 espèces d'arbres et d'arbustes sur une surface de 12,7 hectares. Il a été conçu comme un jardin à l'anglaise. En témoignent les petites fabriques, qui sont des éléments construits introduits dans le jardin. On trouve à proximité une grotte et une cascade, un embarcadère et son kiosque, ainsi qu'une glacière, ancêtre du réfrigérateur !

Au fil des générations, l'Arboretum est aménagé par des pépiniéristes de renom, dont Gustave Croux en 1890. Les arbres centenaires constituent un patrimoine paysager et horticole unique dont le sujet le plus exceptionnel est le cèdre bleu pleureur de 680 m² de surface de ramure, classé arbre remarquable au niveau national. Depuis son acquisition par le département en 1986, le site fait l'objet d'une rénovation qui passe par la création de jardins à thème, conçus comme des tableaux vivants évoluant à chaque saison : jardins de l'automne flamboyant, des fruits, des châtaigniers, des aulnes, des hydrangea, des floraisons, des styracacées. Le lieu est classé à l'inventaire des sites pittoresques.

Les serres abritent la collection nationale de convolvulacées. D'une grande diversité (520 taxons) et d'un remarquable foisonnement, ces plantes en provenance des pays tropicaux de l'hémisphère Sud ornent murs et parterres de l'Arboretum à la belle saison.
 


Le parc boisé

Le bois est constitué de taillis et futaies, agrémenté de vastes clairières qui percent au milieu des châtaigniers et des chênes. Ses vallons boisés rappellent partout l'ancienne présence du ru d'Aulnay.

Ce lieu de 36 hectares offre des possibilités privilégiées pour l'observation de la faune et de la flore.


L'île Verte

Le jardin intimiste est composé d'une pièce d'eau alimentée par l'aqueduc Colbert, ainsi que d'un potager médiéval avec plessis de châtaigniers, fontaines et tonnelles de rosiers, une serre et diverses fabriques et ambiances végétales.
Ce jardin sauvage pourvu d'une végétation débordante est ouvert en permanence selon les horaires de l'Arboretum (à partir du 1er avril 2009). Des visites guidées du jardin, véritable mosaïque d'ambiances végétales y sont organisées. L'objectif est de développer un véritable jardin pédagogique à travers des cours de jardinage.

 

 

 

 

Le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups Chateaubriand

87, rue de Chateaubriand
92290 Châtenay-Malabry

Informations Arboretum : 01 49 73 20 63
Informations Parc boisé : 06 64 40 57 52
Urgence : 01 41 87 28 60
Visites guidées gratuites : 01 41 13 03 88

» Plus d'informations sur les visites guidées
Maison de Chateaubriand : 01 55 52 13 00
www.maison-de-chateaubriand.hauts-de-seine.fr

 

Contact

Maison de Chateaubriand : 01 55 52 13 00
Sécurité : 01 41 87 28 60
Arboretum : 06 66 95 78 16
Parc boisé : 01 41 87 28 60 / 06 64 40 56 59
Visites guidées : 01 41 13 03 88


Superficie

4 entités pour 60,7 ha
La maison de Chateaubriand : 10,7 ha
L'Arboretum : 12,7 ha
Parc boisé : 36 ha
L'île Verte : 1,3 ha


Maison de Chateaubriand : Tarifs

Visite libre
Plein tarif : 3 €
Tarif réduit : 1,50 € (**)
Exposition temporaire : plein tarif : 4 € / tarif réduit (*) : 2,50 €

Visite guidée 
Plein tarif : 5 €
Tarif réduit : 3,50 € (**)
Exposition temporaire : plein tarif : 6 € / tarif réduit (*) : 4,50 €

Pass annuel : 20 €

Accès gratuit aux collections permanentes et expositions temporaires, en visite libre comme en visite guidée, dans le musée dans lequel il a été acquis.

Tarif réduit pour l'ensemble de l'offre culturelle de ce musée (conférences, concerts et récitals, projections, lectures-contes) ainsi que pour l'ensemble des prestations des 2 autres musées départementaux (Musée et jardins Albert Kahn, Musée de l’Ile de France). 

Validité un an à compter de la date d'acquisition.


1er dimanche du mois : gratuit
Scolaires : 1 €

(*) Gratuité (sur présentation d'un justificatif) : personnes handicapées, invalides civils, moins de 12 ans (gratuité étendue aux moins de 26 ans à partir du 1er février 2010), presse, étudiants, adhérents des associations des Amis du Musée de l'Île-de-France et de la Maison de Chateaubriand, agents du Département des Hauts-de-Seine en activité ou retraités
(**) Tarif réduit (sur présentation d'un justificatif) : demandeurs d'emploi, familles nombreuses, seniors à partir de 60 ans, moins de 18 ans (gratuité à partir du 1er février 2010), enseignants, militaires, carte 3692, groupes (les mardis et jeudis)
 

Horaires

Mars à octobre :
- du mardi au samedi : 10h-12h / 14h-18h
- le dimanche : 11h-18h
Novembre à février : du mardi au dimanche : 14h-17h
Fermeture : tous les lundis / du 1er au 15 janvier inclus / le 1er mai / le 1er novembre / le 25 décembre

Ces horaires et tarifs sont susceptibles de modifications. Consultez le site de la Maison de Chateaubriand - La Vallée aux loups 


Arboretum/île Verte

Accès gratuit
Attention, l'Arboretum est interdit au vélo et aux chiens.

Horaires
De novembre à février : 10 h-17 h
Mars et octobre : 10 h-18 h
D'avril à septembre : 10 h-19 h


Parc boisé

Accès libre

Horaires
Nov.Fév : 10 h-17 h
Mars : 10 h-18h
Avril-Sept : 10 h-19 h
Sept. : 7 h 30-20 h
Oct. : 10 h-18 h

Moyen d'accès
RER B : station Robinson
Bus : 179 - 194 - 194a - 195 - 198 - 294
Bus Paladin ligne 11 : dessert les rues Eugène-Sinet, de Chateaubriand et l'avenue Jean-Jaurès (mis en place par la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre)
Voiture : autoroute A86, sortie n°28 en venant de la Croix de Berny, Châtenay-Malabry - N 20

Qualité de l'air

Consultez sur le site du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie la qualité de l'air dans les hauts-de-seine  


Contact

parcsjardins@hauts-de-seine.fr
chateaubriand@hauts-de-seine.fr

  

Pour découvrir les sites

Des visites guidées sont organisées à la maison de Chateaubriand, à l'Arboretum et à l'île Verte.

En savoir plus : consulter le site Internet de la Maison de Chateaubriand - La Vallée aux loups 
 

Pour faire une pause

Le salon de thé de la Maison de Chateaubriand a réouvert ses portes à l'Orangerie.

Un brin de lecture

Jusqu’au 31 août, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine invite petits et grands dans le parc départemental de la Vallée-aux-Loups pour la 6e édition d’ « Un brin de lecture ». 
Toutes les informations sur le site "Un brin de lecture" 



La Vallée-aux-Loups Chateaubriand est constituée de plusieurs propriétés acquises au fil du temps par le département des Hauts-de-Seine. En 1982, pour répondre aux convoitises immobilières exercées sur ce site inscrit dès 1958 à l'Inventaire des sites et monuments historiques, décision est prise de déclarer site classé l'essentiel du domaine.


A l'origine, ce sont des cerfs, des chevreuils et des sangliers qui peuplent le domaine, suivis par les loups. En leur honneur, les quelques rares habitants de l'endroit lui laissèrent le nom de Vallée-aux-Loups.

Au début du XIXe siècle, un nouveau maître s'installe au domaine : François-René de Chateaubriand, chassé de Paris pour avoir critiqué l'empereur Napoléon. Propriété du département depuis 1970, sa maison est devenue un lieu de culture dédié à la mémoire de son premier hôte.

Dès le XVIIIe siècle, des pépiniéristes modèlent l'Arboretum, qu'ils plantent d'essences d'arbres et d'espèces de fleurs rares, aux origines souvent exotiques.
Depuis 1986, le conseil général poursuit le fleurissement et la transformation du lieu, qui est visité par un public de promeneurs et de botanistes de plus en plus nombreux.

Le parc boisé, constitué de 36 hectares de châtaigneraies et de chênaies, est ouvert au public en août 1982.

L'île Verte est la plus récente des acquisitions du conseil général ouverte au public. Construite entre 1822 et 1828, l'île Verte fut la demeure du dramaturge Jules Barbier, qui fait construire l'étang, l'île et le pont.
Elle devient le lieu de vie du peintre Jean Fautrier au milieu du XXe siècle. L'une de ses toiles, peinte en 1958, porte le nom de l'île Verte.
En 2003, la propriété d'une surface de 1,3 hectare est acquise par le conseil départemental des Hauts-de-Seine dans le cadre de la politique des espaces naturels sensibles et intégrée au parc départemental de la Vallée-aux-Loups.
 

La maison de Chateaubriand

En 1807, Chateaubriand acquiert le domaine de la Vallée-aux-Loups et va transformer la maison comme le parc l'environnant. Rayé de la liste des ministres d'Etat à la suite de ses prises de position politiques, Chateaubriand est contraint de vendre la propriété en 1818.
Plusieurs propriétaires succèdent à l'écrivain, dont le docteur Le Savoureux, psychiatre et grand admirateur de Chateaubriand. Il redonne toute son âme au lieu et les célébrités s'y succèdent : Edouard Herriot, Paul Valéry, Paul Léautaud, qui y décédera.


Avec ses cariatides, son curieux escalier à double branche, les deux salons et la chambre de Chateaubriand, où l'on retrouve papiers peints, tissus et meubles d'époque, la demeure restitue l'atmosphère d'une "chartreuse" romantique telle que l'a connue Chateaubriand.
Depuis 1987, la propriété est ouverte au public et se visite avec des conférenciers. Un jury prestigieux décerne chaque année le Grand prix d'histoire Chateaubriand, créé et doté par le conseil général.

Des spectacles et des lectures musicales sont régulièrement organisés, évoquant le romantisme dans ce lieu symbolique.

Un centre de recherche consacré à l'époque de Chateaubriand met à disposition des chercheurs plus de 12 000 livres, ainsi qu'un fonds iconographique partiellement numérisé. Il est accessible à tous sur rendez-vous.


Le parc

La maison se niche au coeur d'un parc "à l'anglaise", entouré d'un bois ombragé de 10,7 hectares. Le site reflète toute l'âme de l'écrivain, l'itinéraire d'un voyageur, d'un botaniste amoureux des arbres.


Le râteau et la plume

C'est dans la tour Velléda que Chateaubriand poursuit l'écriture de l'une de ses œuvres majeures, dont la rédaction durera 30 ans, les Mémoires d'outre-tombe. Durant dix ans, l'écrivain s'adonne également à sa seconde passion : la botanique.
Le parc est le reflet de sa Bretagne natale et de ses voyages à travers le monde. Parmi les essences rares introduites par l'écrivain, sont encore visibles aujourd'hui : le cèdre du Liban, le cyprès chauve de Louisiane et le marronnier d'Inde.

Au fil des saisons…
Au printemps, anémones Sylvie, jacinthes des bois et cyclamens illuminent les sous-bois, puis les azalées et les rhododendrons fleurissent à profusion. L'été, alors que l'herbe de la prairie est bien haute, les frondaisons des grands arbres offrent une ombre rafraîchissante. Les couleurs chatoyantes de l'automne sont un émerveillement. L'hiver, avec un peu de neige ou de givre, tout devient calme et repos.