Le bois de la Garenne

Classé Espace naturel sensible des Hauts-de-Seine, le bois de la Garenne appartient à la longue crête boisée du plateau rocheux qui domine la Vallée de la Bièvre.

boisdelagarenne1

Le bois présente des conditions favorables à l'installation d'une végétation spontanée dense et variée. Il est constitué, dans sa plus grande partie, d'une futaie de chênes, accompagnés de charmes, de hêtres et de châtaigniers.
Des zones isolées, principalement sur l'ancienne carrière, sont essentiellement composées de frênes, d'érables et de robiniers. Le bois de la Garenne abrite 216 espèces végétales. Diversité importante sur une petite surface, dont trois alisiers de Fontainebleau (Sorbus latifolia), protégés au niveau national.
L'ancolie des bois, avec ses clochettes mauves, et l'épilobe de montagne apparaissent au printemps avec l'épilobe en épis et le compagnon blanc.


Les aménagements et le reboisement

Depuis plusieurs années, le bois de la Garenne a fait l'objet de travaux de reboisement et d'aménagements paysagers.
Les allées reprennent en partie le tracé historique du site. De tels parcours favorisent la découverte du lieu et canalisent la circulation sur les cheminements proposés afin d'enrayer le phénomène de tassement du sol, dû au piétinement du sous-bois. D'un endroit à l'autre du bois, ils offrent aux promeneurs une grande diversité de paysages.

> Consulter le dépliant (pdf)
 

 

Bois de la Garenne

Rue Paul Rivet - 92350 Le Plessis-Robinson
Urgence : 01 41 87 28 60
Informations : 06 64 40 57 52

Moyens d'accès

Voiture : voir plan
RER B : station Robinson
Bus : 179 - 195 - 390 - 395 - 198 abc (Henri-Sellier) 195-390-395 (Etang-Colbert) 195-390 (Moulin-de-la-Tour), Hibou (bus municipal) pour les bois

Qualité de l'air

Information générale sur la qualité de l’air en Ile-de-France : https://www.maqualitedelair-idf.fr/

Qualité de l’air au quotidien : http://www.airparif.asso.fr/

Contact

parcsjardins@hauts-de-seine.fr

 

> Activités enfant
> Parc canin

 

Du XVIe siècle à la Révolution, la congrégation religieuse des Feuillants, issue d'une réforme de l'ordre cistercien, était propriétaire d'un monastère appelé "Enclos des Feuillants". Composé d'une église, de bâtiments monastiques et de dépendances, le cloître possédait également jardins, vergers, terres et bois. Le mur en meulière couvert de végétation correspondrait à l'ancien mur d'enceinte de l'extrémité nord du parc des religieux. Un muret de type gabion a été restauré et s'intègre dans la refonte paysagère du bois. A quelques mètres de là, des cèdres du Liban et des allées sinueuses serpentant dans le bois révèlent la présence d'un parc paysager dessiné au XIXe siècle. La naissance d'un parc En 1952, l'ancien département de la Seine achète l'ensemble des terrains. La partie haute reste boisée et la partie basse héberge la Cité de l'enfance, qui accueille les enfants confiés par l'Aide sociale à l'enfance. Le site est, par la suite, propriété de la Ville de Paris. Dès 1995, dans le cadre d'une politique de protection des Espaces naturels sensibles, une zone de préemption est instituée sur ce lieu privilégié. En octobre 1998, le département des Hauts-de-Seine acquiert les 7,3 hectares de boisement. Ce parc départemental s'étend aujourd'hui sur une superficie de 8,6 hectares, comprenant le coteau boisé de la Cité de l'enfance.