Vous avez dit remarquable ?

Du grand cèdre pleureur du parc de la Vallée-aux-Loups à Châtenay-Malabry au bosquet de noisetiers de Byzance du domaine de Bois-Préau à Rueil-Malmaison, le département révèle un patrimoine arboré d'une extraordinaire richesse. 4 371 sujets ont été recensés à ce jour.

ARBORETUM DE LA VALLEE AUX LOUPS
Le cèdre bleu pleureur de l'atlas à l'arboretum du parc de la Vallée-aux-Loups à Châtenay-Malabry. CG92/WILLY LABRE

Qu'est-ce qu'un arbre remarquable ?

Six critères ont été pris en compte pour définir le caractère remarquable des sujets :

  • ses dimensions : hauteur, largeur de la ramure et circonférence ;
  • son âge : sujet approchant ou dépassant le siècle ;
  • sa rareté botanique : sujet d'origine exotique par exemple ;
  • son caractère historique : sujet témoin d'un personnage illustre ou d'un événement marquant ;
  • son caractère pittoresque : ramure originale, ports penchés, etc ;
  • son impact paysager : situation de l'arbre à l'échelle du quartier lorsque celui-ci possède un fort impact.

Où voir les plus beaux arbres du département ?

Les troncs les plus gros 

  • A Châtenay-Malabry, au sein du parc de la Roseraie (CREPS) : un platane d'Orient (à tronc unique) avec une circonférence de 9 mètres.
  • A Neuilly-sur-Seine, en berge de Seine non loin du stade Monclar : un platane d'Orient (composé de 3 troncs) dont le cumul des circonférences atteint les 9,34 mètres.

Le houppier le plus haut
A Marnes-la-Coquette, au parc de la Mairie : un séquoia de 42 mètres de haut.

Le houppier le plus large

A Marnes-la-Coquette, dans le parc de Saint-Cloud, près du mémorial de l'escadrille Lafayette : un platane d'Orient de 45 mètres de large.

Le sujet le plus âgé
Au Plessis-Robinson (5, rue Amélie) : un châtaignier de 350 ans.

Le plus rare
A l'Arboretum de la Vallée-aux-Loups de Châtenay-Malabry : un chêne à feuilles de myrsine.

Comment en savoir davantage ?

Pour mieux connaître son patrimoine arboré, le Département s'est engagé en 1999 dans un inventaire précis des arbres remarquables implantés sur les domaines public et privé des Hauts-de-Seine. Destiné à mieux valoriser et ainsi à mieux protéger ces arbres d'exception, ce recensement est aujourd'hui achevé. 4 371 arbres remarquables ont été dénombrés.Un nouvel inventaire est en cours. Le dernier recensement remonte à 2009.

Chaque élément recensé dans l'inventaire départemental est décrit précisément. Ces véritables "cartes d'identité" des arbres remarquables des Hauts-de-Seine permettent de savoir :

  • si l'on a affaire à un arbre isolé ou en groupe homogène ;
  • les mensurations du spécimen (hauteur de l'arbre, circonférence du tronc, l'envergure de sa ramure) ;
  • son emplacement géographique précis ;
  • le nombre d'arbres concernés ;
  • son nom latin et français ;
  • son intérêt.

A chaque arbre ou groupement d'arbres est également associé un numéro de matricule qui permet de l'identifier sur le cadastre vert.

Par ailleurs, le Département des Hauts-de-Seine a publié un ouvrage intitulé l'Arbre remarquable dans les Hauts-de-Seine. Ce livre, richement illustré, est une invitation à découvrir ou redécouvrir les sujets les plus beaux et les plus étonnants du "92".