Des refuges de la ligue de protection des oiseaux dans les parcs départementaux

Depuis plusieurs années, le conseil départemental des Hauts-de-Seine s’est engagé dans une démarche de préservation de ses espaces naturels et de développement de la faune et de la flore sauvage présentes au sein de ses espaces verts. 

berges de seine-nichoirs
Un nichoir de chouette dans un arbre au parc du chemin de l'Ile à Nanterre.

Cette volonté s’est concrétisée en 2004 par la signature, avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), d’une Convention Cadre « refuge LPO » qui concerne l’ensemble des parcs gérés par l’Unité Territorial Nord de la Direction des Parcs, Jardins et Promenades. Cette convention a pour objet de favoriser la protection et la découverte de la nature. Elle concilie les objectifs d’accueil du public avec ceux de la préservation du patrimoine naturel, qui sont propres aux parcs départementaux.

Qu’est-ce qu’un « refuge LPO » ?

C’est un agrément attribué par la LPO qui repose sur une charte que la collectivité s’engage à respecter.

Les principes de cette charte sont :

  • Créer des conditions propices à l’installation de la faune et de la flore sauvages, en veillant à la tranquillité des lieux pour favoriser la nidification, en aménageant des milieux favorables tels qu’une haie champêtre, une mare ou un mur de pierres ;
  • Renoncer aux produits chimiques, en préférant les techniques manuelles de désherbage ou les produits biologiques si une intervention est vraiment nécessaire ; 
  • Réduire l’impact sur l’environnement en recyclant les déchets ménagers;
  • Faire du refuge LPO un espace sans chasse pour la biodiversité, en s’engageant à ne pas chasser dans son refuge s’il se situe dans une zone où la chasse peut s’exercer. 

Cet engagement est formalisé par la signature d’une Convention Qualité d’une durée de 5 ans, renouvelable. Elle prévoit la réalisation d’un diagnostic écologique et d’un planning d’actions sur 5 ans s’articulant avec le plan de gestion. Au terme de cette convention, un nouveau diagnostic permet d’évaluer l’efficacité des actions mises en place.

Depuis 2004, 7 parcs départementaux ont bénéficié de cet agrément :
- Parc des Chanteraines depuis 2004, renouvelé en 2010 puis 2015
- Parc de l’Ile Saint-Germain depuis 2005, renouvelé en 2010 puis 2015
- Parc André Malraux depuis 2007, renouvelé en 2013
- Parc du Chemin de l’Ile depuis 2007, renouvelé en 2013
- Parc Pierre Lagravère depuis 2006, renouvelé en 2013
- Promenade Jacques Baumel depuis 2011

En 2014, cette démarche s’est étendue au site du Haras de Jardy qui a été labellisé « Refuge LPO » en 2015.

Des pratiques de gestion différenciée 

Dans le cadre de cette convention, des actions ont été mises en place :

  • création de Zones Naturelles Protégées (ZNP) ;
  • milieux clôturés et fermés au public pour permettre à la faune et à la flore de se développer en toute quiétude ou en réalisant des mares ; 
  • milieux humides favorables à la biodiversité ou bien encore en proscrivant l’usage des pesticides dans ses parcs.