Le schéma départemental d’assainissement

Le conseil départemental poursuit la mise en œuvre du schéma départemental d’assainissement pour améliorer la qualité de la Seine, réduire les risques d’inondations, protéger et aménager les berges.

Le schéma départemental d’assainissement prévoit des mesures destinées à réduire les risques d’inondations dues aux orages et à limiter les déversements en Seine. 

Les actions mises en œuvre visent à :

  • développer une culture commune avec les partenaires dans le domaine de l’assainissement ;
  • intégrer la gestion durable des eaux pluviales dans les pratiques d’urbanisation ;
  • créer des ouvrages de stockage et de régulation des eaux pluviales ;
  • optimiser et automatiser les déversoirs d’orages pour limiter les volumes annuels rejetés en Seine ;
  • maintenir et réhabiliter le patrimoine d’assainissement ;
  • adapter les réseaux existants aux projets de voirie et de transport.


GAIA (acronyme de Gestion Assistée par l’Informatique de l’Assainissement) est l’outil historique de surveillance en temps réel du fonctionnement du réseau d’assainissement et de ses principaux équipements électromécaniques.
Cet outil de connaissance, développé par le Département dès les années 1980, a été rénové en 2011, afin de remettre à niveau une architecture et des composants obsolètes, de moderniser le traitement des données et permettre l’intégration des investissements du Département prévus par le schéma départemental d’assainissement.


Les travaux de protection de la station de pompage de Rueil 2000 se sont achevés en 2012. Parallèlement, les études pour la protection de la station de pompage du Pont de Clichy ont été initiées.

La gestion durable des eaux pluviales consiste à favoriser la reconstitution d’un cycle naturel de l’eau, même dans les zones urbanisées. Pour cela le Département demande à tout bénéficiaire de permis de construire de rechercher la non connexion au réseau d’assainissement départemental, comme première solution de gestion des eaux de ruissellement que son aménagement induit.
L’utilisation de techniques alternatives permet alors d’infiltrer ou de réutiliser l’eau de pluie. Lorsque cette solution est impossible ou insuffisante, le rejet au réseau d’assainissement peut-être accepté, mais à débit régulé.