Gestion des épisodes de pollution atmosphérique

Le département des Hauts-de-Seine s'associe aux procédures d'information-recommandation et d'alerte auprès des altoséquanais en cas d'épisodes de pollution prévues par l'arrêté inter-préfectoral n°2016-01383 du 19 décembre 2016.

Gestion des épisodes de pollution atmosphérique - Recommandations comportementales - Procédures d'information-recommandation 

Par ailleurs, le Département participe à divers groupes de travail pour la révision du Plan de Protection de l'Atmosphère d'Île-de-France (PPA). Ce PPA est élaboré conjointement par l'ensemble des Préfets de département de l'agglomération, par le Préfet de police et par le Préfet de la région. 
Le PPA révisé devrait être adopté avant la fin d'année 2017.

Gestion des épisodes de pollution atmosphérique

Selon les données transmises par Airparif, en cas d’épisode de pollution avec dépassement du seuil règlementaire du polluant désigné (particules PM10, ozone O3, dioxyde d’azote NO2), la procédure d’information-recommandation et d’alerte du public est déclenchée.

Seuils d'information - recommandation et seuils d'alerte

Les seuils d'information et de recommandation et les seuils d'alerte sont des niveaux de concentration dans l'air sont exprimés en microgrammes par mètre cube en moyenne horaire ou, pour les particules, en moyenne sur une période fixe de 24h.

 

Dioxyde d’azote (NO2)

Ozone (O3)

Particules (PM10)

Seuils du niveau d’information et de recommandations

200 μg / m3

180 μg / m3

50 μg / m3 en moyenne

calculé sur la période entre 0 et 24 heures

Seuils du niveau d’alerte

400 μg / m3ou 200 μg / m3 (à condition que la procédure d’information et de recommandation pour ce polluant ait été déclenchée la veille et le jour même et que les prévisions fassent craindre un nouveau risque de déclenchement pour le lendemain).

1er seuil : 240 μg/ m3

(en moyenne horaire)


Au sein de ce niveau d’alerte, deux seuils supplémentaires sont définis déclenchant l’activation ou le renforcement de certaines mesures : 

2ème seuil : 300 μg/ m3

(en moyenne horaire dépassée pendant 3 heures consécutives)

3ème seuil : 360 μg/ m3

(en moyenne horaire)

80 μg / m3 en moyenne

calculé sur la période entre 0 et 24 heures

Source : Recueil des actes administratifs - Préfecture de Police - 19 décembre 2016 - Arrêté PP/ CAB n°2016-01383
Procédures d’information-recommandation et d’alerte du public en cas d’épisode de pollution en région d’Île-de-France

Consulter le document sur http://www.hauts-de-seine.gouv.fr

Recommandations sanitaires de l’agence régionale de santé d’Île de France

Les recommandations sanitaires ont pour but de conseiller les personnes vulnérables*sensibles** ainsi que la population générale sur la manière de limiter leur exposition à la pollution atmosphérique en cas d'épisode de pollution.
Des recommandations comportementales permettant de limiter les émissions de polluants sont également proposées.

* Les populations vulnérables : Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

** Les populations sensibles : Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple: personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d'affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

Pour les populations vulnérables* et sensibles**, il est important de limiter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe et les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ou en intérieur.

Dans tous les cas : en cas de symptômes inhabituels ou en cas de gêne respiratoire, cardiaque inhabituelle : prendre conseil auprès du médecin, du pharmacien ou de la permanence téléphonique médicale d'un centre spécialisé.

Pour la population générale : pas de modification des activités habituelles. 

De manière générale :

  • se renseigner sur la qualité de l'air ;
  • veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d'autres activités émettrices de substances polluantes (usage de solvants sans protection appropriée, consommation de tabac) ;
  • la situation lors d'un épisode de pollution ne justifie pas des mesures de confinement; il convient donc de ne pas modifier les pratiques d'aération et de ventilation.

Plus d'information

www.ars.iledefrance.sante.fr

Recommandations comportementales - Procédures d’information-recommandation

Afin de réduire les émissions de polluants atmosphériques, le Préfet de Police, Préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris recommande les mesures suivantes :

Mesures applicables aux sources fixes de pollution :

  • maîtriser la température dans les bâtiments en limitant l'utilisation du chauffage ;
  • réduire le fonctionnement des installations fixes dont les émissions contribuent à l'épisode de pollution.

Mesures applicables aux usagers de la route :

  • respecter la mise en place de la circulation différenciée dans les zones à circulation restreinte (ZCR) notamment à Paris ou en cas de pic de pollution, en circulant avec la vignette « Crit'air » adaptée.
  • la vitesse sur l'ensemble de la région d'Ile-de-France :
    • à 110 km/h sur les portions d'autoroutes normalement limitées à 130 km/h ;
    • à 90 km/h sur les portions d'autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 110 km/h ; réduire
    • à 70 km/h sur les portions d'autoroutes, de voies rapides et de routes nationales et départementales normalement limitées à 90 km/h ;
  • utiliser les véhicules peu polluants (électrique, GNL, etc.) ;
  • différer les déplacements sur l'Île-de-France ;
  • respecter les conseils de conduite apaisée ;
  • privilégier le covoiturage ;
  • emprunter prioritairement les réseaux de transport en commun ;
  • privilégier les modes actifs de déplacement (marche, vélo...) ;
  • utiliser les possibilités mises en place au sein des établissements professionnels afin d'aménager les déplacements domicile-travail (plan de mobilité, télétravail, adaptation des horaires, etc...) ;
  • contourner l'agglomération francilienne, pour le trafic des poids lourds de plus de 3,5T en transit en empruntant les axes routiers comme indiqués sur la carte ci-dessous : 

 

En complément, lorsque le déclenchement de la procédure concerne l'ozone :

  • veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d'autres activités émettrices de substances polluantes ;
  • éviter l'utilisation de produits à base de solvants (acétone, white spirit, vernis, colles, peintures glycérophtaliques, etc.) ;
  • pour les émetteurs industriels, s'assurer du bon fonctionnement des dispositifs de traitement des rejets de COVNM et de NOx à l'atmosphère.

En complément, lorsque le déclenchement de la procédure concerne les particules « PM10 » :

  • éviter l’utilisation du bois en chauffage individuel d’agrément ou d’appoint ;
  • suspendre les éventuelles autorisations dérogatoires à l'interdiction de brûlage de déchets verts (y compris les déchets agricoles) à l'air libre ;
  • écaler dans le temps les épandages de fertilisants minéraux ou organiques et dans le cas où leur report n'est pas possible, recourir préférentiellement à des procédés d'épandage faiblement émetteurs d'ammoniac ;
  • recourir à des enfouissements rapides des effluents ;
  • reporter les travaux du sol si celui-ci est sec ;
  • pour les émetteurs industriels, s’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de dépoussiérage.