06/07/2018
 | Tourisme - Patrimoine

108 jours de balades « extatiques » au cœur de La Défense

Pour fêter les soixante ans du quartier d’affaires, l’art contemporain s’installe jusqu’au 21 octobre à La Défense avec neuf installations dans le cadre des Extatiques.

700extatiques
CD92/OLIVIER RAVOIRE

C’est parti pour 108 jours. Jusqu’au 21 octobre, neuf artistes contemporains venus du monde entier ont installé leurs œuvres au cœur du quartier d’affaires. Une invitation au voyage imaginée pour les soixante ans de La Défense. « Cet anniversaire est placé sous les auspices de l’art, trop souvent ignoré ici. LesExtatiques illustrent l’idée que la culture et l’économie se marient bien ensemble. La diversité des usages est la condition fondamentale de la qualité de vie qui manquait cruellement à ce quartier », explique Patrick Devedjian, président de Paris La Défense lors du lancement des Extatiques jeudi 5 juillet.

Inner City - Paris / Buenos Aires, une oeuvre de Leandro Erlich

joue sur les perspectives. CD92/OLIVIER RAVOIRE

 Bancs de cinq mètres de long, labyrinthe de tournesols, portrait de dix mètres de hauteur ou encore maison renversée… Les œuvres variées s’étalent tout le long de l’esplanade, du Bassin Takis à la Grande Arche. « L’idée est de passer de l’ordinaire à l’extraordinaire, résume Fabrice Bousteau, directeur artistique de l’exposition. La Défense est un quartier calme, sans voiture, où l’on peut entendre le bruit des oiseaux et voir de la végétation. J’ai été surpris par ce quartier ignoré mais où il fait bon vivre. Les Extatiques est moins une exposition qu’une excitation conçue par des artistes pour favoriser des flâneries dans ce lieu où se confrontent l’architecture et des œuvres souvent monumentales. »

Fanny Bouyagui a conçu en plein coeur de La Défense en labyrinthe

de 4 000 tournesols. CD92/OLIVIER RAVOIRE

 En plus de huit installations in situ, le collectif new yorkais Soundwalk Collective propose un parcours sonore de quarante minutes raconté par l’actrice Anna Mouglalis. Et pour la première fois, la salle des colonnes, sous le parvis au pied de la Grande Arche, est ouverte au public et investie par l’artiste espagnol Pablo Valbuena pour une installation qui combine sons et lumière.

En savoir plus

 Le site de Paris la Défense