13/12/2016
 | Social - Santé

Juvenior : c’est parti à Châtenay-Malabry

Après Fontenay-aux-Roses, la ville a officiellement lancé la plateforme Juvenior pour accompagner les seniors dans leur vie quotidienne.

161213 JLD "JUVENIOR" CHÃ?TENAY
Georges Siffredi, Bénédicte de Kerprigent et la psychanalyste Catherine Bergeret-Amselek ont lancé la plateforme Juvenior à Châtenay-MalabryCD 92- JeanLuc DOLMAIRE

L’expérience est inédite. Six cents seniors de Châtenay-Malabry et Fontenay-aux-Roses ont accepté de s’inscrire à la plateforme Juvenior. A Châtenay, l’expérience a débuté mardi 13 decembre. L’équipe a présenté aux volontaires cette plateforme interactive, qui combine - entre autres - un agenda en ligne, des conseils sur l’alimentation, la retraite, des exercices physiques, des idées de lecture et de voyages… Pour le moment, les moins habiles avec les nouvelles technologies bénéficieront de formations et d’accompagnement. Assises autour d’une table, Marie-Thérèse et Jeannine consultent le planning qu’elles devront remplir. À elles d’y apposer leurs différentes activités. « Quand on m’a proposé d’adhérer à Juvenior, j’ai dit oui tout de suite, explique Jeannine. Même si j’ai déjà quelques activités, c’est pour moi un moyen d’avoir des contacts tout au long de ma journée, de m’occuper sur la tablette avec des recettes ou des jeux. » Au fur et à mesure, cette expérimentation permettra de collecter des données précieuses pour l’équipe médicale qui encadre le dispositif. « Ce suivi va permettre de tirer un certain nombre d’informations très précieuses et de les traduire à une plus grande échelle, note Georges Siffredi, maire de Châtenay-Malabry et premier vice-président du conseil départemental. Beaucoup d’actions sont menées dans la ville pour les personnes âgées mais celle-ci permet d’être en relation avec les autres depuis chez soi et de limiter l’isolement, souvent porteur de maux. » En parallèle, un programme d’activités intellectuelles, physiques et sociales au quotidien a été mis en place. « Il s’agit d’un accompagnement inédit dans la vie quotidienne des personnes âgées, souligne Bénédicte de Kerprigent, directrice générale de l’Institut des Hauts-de-Seine, à l’origine du projet. Notre société a tendance à pratiquer une exclusion graduelle par l’âge. Avec Juvenior, nous proposons la longévité, c’est-à-dire de vivre le plus longtemps possible en meilleure santé. » Différentes sorties sont d’ores et déjà programmées et, en février, chaque volontaire aura un premier rendez-vous médical de dépistage et de prévention des maladies cardio-vasculaires et aura accès à une assistance téléphonique avec une antenne physique. Celle de Châtenay-Malabry est installée provisoirement au pôle social Jules-Verne, avant un déménagement en centre-ville, dans les anciens locaux du Bij (Bureau information jeunesse).

Le conseil départemental soutient ce programme à hauteur de 172 000 euros.

 

En savoir plus

 La plateforme e-juvenior

Notre reportage sur lancement de Juvenior