02/02/2015
 | Loisirs

François-Villon, une médiathèque à la pointe à Bourg-la-Reine

Après plus de deux ans de travaux, le nouvel équipement a été inauguré le 31 janvier et ouvre ses portes le 3 février.

mediathequeblr700
CG92/OLIVIER RAVOIRE

Elle doit son nom au célèbre poète français du Moyen Âge qui aurait séjourné à Bourg-la-Reine. La médiathèque François-Villon remplace l’ancienne bibliothèque ouverte en 1968 et située à quelques pas déjà dans la même rue Bouvier. Si géographiquement le changement n’est donc pas énorme, pour le reste, les deux équipements n’ont rien en commun. Fini, le pavillon en meulière datant des années 20 et ses extensions. Le nouveau bâtiment, présenté comme un ruban de schiste, reconnaissable à ses façades grises en pierre de Vals – matériau que l’on retrouve à l’intérieur -, est signé de l’architecte Pascale Guédot qui avait d’ailleurs reçu l’équerre d’Argent en 2010 pour la médiathèque d’Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques . Respectant les normes d’accessibilité et les normes environnementales, le bâtiment, HQE, a été équipé de cuves de récupération des eaux pluviales, d’une isolation thermique renforcée et d’une pompe à chaleur géothermique pour le chauffage et la climatisation. La médiathèque aura coûté 6,4 millions d’euros dont 366 000 financés par le conseil général.

(CG92/OLIVIER RAVOIRE)

En terme de surface, on est passé de 970 m2 dans l’ancienne bibliothèque à 1 780 dans la nouvelle répartis sur trois niveaux. Au sous-sol : les locaux techniques, la réserve et une salle qui accueillera les archives historiques de la ville. Au rez-de-chaussée : l’accueil, le secteur « presse et revues » et le secteur « jeunesse ». Enfin, au premier étage : la section « adulte », le cinéma, la musique et la littérature. Au total, la médiathèque propose 60 000 documents : romans, BD, mangas, CD, DVD, partitions, contes… « Par rapport à l’ancienne bibliothèque, nous nous sommes recentrés sur des documents plus grand public, a précisé le directeur Cyril Lemaitre, des ouvrages à rotation rapide comme on dit ». Chaque abonné peut emprunter trente documents quels qu’ils soient pendant 28 jours.

Autre évolution notable comparée à l’ancienne bibliothèque : « le virage numérique ». Les opérations de prêt et de retour sont entièrement automatisées grâce à cinq bornes en libre-service. La médiathèque met également à disposition de ses visiteurs dix-sept ordinateurs, cinq tablettes, dix liseuses, trois bornes d’écoute avec une sélection de douze mille documents sonores et deux télévisions avec lecteurs DVD et casques. Les salles de travail sont équipées de prises électriques et Ethernet. Le wifi est gratuit dans tout le bâtiment.

Enfin, la médiathèque a développé trois nouveaux services : un service de portage à domicile pour les personnes empêchées, des ateliers d’initiation au numérique et des soirées jeux vidéo tous les vendredis de 17 h à 20 h. À cela s’ajoutera « une programmation d’événements en lien avec la politique culturelle de la ville », a expliqué Philippe Ancelin, maire adjoint délégué à la culture. Ainsi, en mars, la salle d’exposition de la médiathèque servira pour un mois consacré à François Villon. Au programme : une conférence, une lecture de poèmes, une présentation de la BD consacrée à l’auteur…

« Derrière l’ambition culturelle, il y a aussi une volonté éducative et sociale : la possibilité offerte, dès le plus jeune âge, d’élever son niveau, de développer sa pensée, d’exercer son discernement, et d’apprendre à se nourrir de toutes ces richesses », a souligné Patrick Devedjian.

 Notre reportage vidéo :