29/01/2016
 | Institution

Le soutien aux métiers de bouche reconduit

Le dispositif de soutien du Département aux métiers de bouche a permis de créer une centaine d’emplois depuis 2013.

0116OR1778082
CD92/OLIVIER RAVOIRE

Lorsque la grande entreprise de télécommunications dans laquelle elle travaille lui propose un plan de départ volontaire, Laurence Jariod n’hésite pas longtemps : avec son compagnon boucher de métier, elle a ouvert en septembre 2015 une boucherie-charcuterie à Châtillon. « Pour moi, c’était naturel de nous lancer dans l’entreprenariat et nous avons eu l’opportunité de reprendre un fonds de commerce. » Elle a obtenu l’année dernière 3 000 euros du conseil départemental dans le cadre du dispositif de soutien aux métiers de bouche. « Cette somme va nous permettre de faire des travaux de remise aux normes en électricité et de renouveler notre table de cuisson », explique-t-elle.

Comme Laurence Jariod, treize autres artisans ont reçu en 2015 le soutien du conseil départemental et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) des Hauts-de-Seine. Ces deux acteurs ont signé, vendredi 29 janvier, une convention d’un an qui permet de venir en aide aux personnes souhaitant monter ou reprendre un commerce dans les Hauts-de-Seine dans les domaines de la boucherie-charcuterie
, la poissonnerie
, la fromagerie et la crèmerie, les glaces et sorbets, la pâtisserie et chocolaterie et la boulangerie-pâtisserie. « Les métiers de bouche sont de précieux atouts pour l’attractivité des territoires, explique Patrick Devedjian. Ils encouragent l’emploi local, participent à l’animation des centres-villes et sont indispensables à la vie quotidienne des habitants. Mais leur activité reste fragile avec la concurrence des grandes surfaces et des franchises. »

Cette aide est tout d’abord logistique avec un accompagnement sur-mesure de la CMA des Hauts-de-Seine pour l’étude d’implantation, la construction d’un business plan, le soutien à la communication, à la commercialisation et même aux nouvelles technologies. Elle est également financière puisque le conseil départemental aide à l’installation ou à l’achat de matériel jusqu’à 40 % du coût des investissements, pour une somme de 12 500 € maximum. Le Département soutient ce dispositif à hauteur de 200 000 € par an. « Aujourd’hui, les chefs d’entreprise doivent assurer dans tous les domaines. Cette collaboration active permet de répondre à leurs besoins et à ceux des habitants », constate Daniel Goupillat, président de la CMA. Les Hauts-de-Seine comptent 20 000 entreprises artisanales, un chiffre en constante augmentation. Elles emploient plus de 28 000 personnes.

Au total, l’année dernière, quarante emplois ont été créés. Depuis 2013, 34 artisans ont reçu le soutien financier du Département, soit une subvention totale de 347 000 €. Ces artisans ont créé 115 emplois.

Nos reportages