08/11/2018
 | Institution

Coopération décentralisée : les Hauts-de-Seine s’engagent avec le Bénin

Le Département a officialisé jeudi 8 novembre son partenariat avec la communauté de communes du Zou au Bénin. Objectif : renforcer l’agriculture familiale et augmenter les revenus des agriculteurs.

SIGNATURE CONVENTION BENIN
Après l'Arménie, le Cambodge et Haïti, le Département s'engage dans la coopération décentralisée au Bénin. Une convention de partenariat vient d'être signée. CD92/WILLY LABRE

Le Zou. Le nom de la région du sud du Bénin dans lequel le Département des Hauts-de-Seine vient de lancer un nouveau partenariat sonne comme une injonction à agir et aller de l’avant ! L’agriculture - qui occupe 60 % de la population active du pays et génère un tiers de sa richesse – y constitue un secteur clé. Mais elle insuffisamment valorisée malgré de nombreux atouts, et concurrencée par les importations ce qui génère de la pauvreté. « Comme nous le faisons déjà en Arménie, au Cambodge et en Haïti, par ce partenariat nous avons voulu privilégier l’accès à une alimentation saine et de qualité, en quantité suffisante. Ce programme cible les femmes et les jeunes en milieu rural qui sont les plus vulnérables en les encourageant à vivre de leurs revenus, sur leur propriété et à trouver des débouchés dans les zones urbaines situées à proximité », souligne le président du Département des Hauts de Seine, Patrick Devedjian.

Le Zou sur le plan administratif est aussi une communauté de communes, retenue comme partenaire du Département pour sa connaissance fine du territoire et de ses acteurs. « Grâce au soutien du Département des Hauts-de-Seine, nous allons rendre nos agriculteurs autonomes », s’est félicité Luc Sètonjo Atrokpo, président de cette collectivité qui rassemble neuf communes autour du chef-lieu Abomey.

Deux cents familles

Les filières porteuses identifiées dans le Zou sont les suivantes : maraîchage, petit élevage, produits issus de l’agroforesterie, soja... Leur structuration, qui touche à la fois les deux cents exploitations familiales et rurales concernées, les transformateurs et les circuits de commercialisation a été amorcée dès 2017 par la création, sous l’égide de Solidarités entreprises Nord-Sud (SENS) coopérative chargée de la mise en œuvre, d’une charte « Bénin entreprises solidaires avec son territoire » (BEST) « afin que les aides aillent vraiment vers les publics les plus vulnérables », souligne Michel Pernot du Breuil, son président.

Dans le prolongement de cette première phase, la convention de partenariat, signée pour la période 2018-2022, prévoit de dédier 2,5 millions d’euros à l’accompagnement du tissu de producteurs et d’entrepreneurs solidaires, à la valorisation des productions locales et à la sensibilisation de la population au « consommer local et sain », et enfin, à l’accès à des financements adaptés.

Depuis dix ans, le Département a investi plus de 18 millions d’euros dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté, priorité de sa politique de coopération décentralisée.

Dix ans de coopération internationale et d'engagement solidaire : un colloque sur les enjeux en matière d’alimentation durable et d’engagement solidaire le 30 novembre 2018

À l’occasion des dix ans de sa politique de coopération internationale, le Département des Hauts-de-Seine souhaite animer une réflexion avec les entreprises du territoire sur les actions possibles pour une alimentation durable et un engagement solidaire valorisant.
Au programme de cette journée : des conférences, des témoignages et des temps d’échanges, des retours d'expériences d'acteurs clés du territoire et du quartier d'affaires, ainsi que des stands dédiés aux programmes menés à Haïti, au Bénin, au Cambodge et en Arménie et au Dispositif Initiatives Jeunes Solidaires.

Découvrir le programme et s'inscrire / Rubrique Coopération internationale