18/11/2016
 | Education

Le nouveau Paul-Éluard

À Châtillon, après deux ans et demi de travaux, c’est un collège entièrement réhabilité qui a été inauguré le 17 novembre. Reste le gymnase, en cours de construction.

INAUGURATION COLLEGE PAUL ELUARD
CD92/WILLY LABRE

Le projet semble faire l’unanimité. « Les salles sont plus spacieuses et mieux insonorisées », témoigne une élève de 3e. « Ce qui est bien, c’est le foyer où l’on peut aller quand on n’a pas cours et pas de devoir à faire », note une autre collégienne. « Tout est regroupé dans un seul bâtiment, c’est plus simple. Le nouveau collège est vraiment génial en fait. »

Depuis la rentrée, les sept cents élèves ont pris possession de leurs nouveaux locaux : une trentaine de salles de classe, deux salles de permanence, une salle polyvalente de 140 m2, un CDI, un restaurant scolaire et un pôle santé. Le collège Paul-Éluard, un site de 7 550 m2 au total, comprend également une classe Ulis, (Unité localisée pour l’insertion scolaire), deux Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté) et bientôt six logements de fonction et un gymnase de 1 600 m2. En construction depuis quelques semaines, ce dernier sera livré fin 2017 et sera composé d’une grande salle pour la pratique du volley-ball, du handball, du basketball et du badminton, d’une salle de gymnastique et d’un terrain de sport extérieur.

 

Au total, le conseil départemental a investi plus de 36 millions d’euros pour la réhabilitation du collège et la construction du gymnase. « Dans les Hauts-de-Seine, notre politique éducative va bien au-delà de nos compétences obligatoires que sont l’entretien, la rénovation des équipements et la restauration scolaire, souligne Patrick Devedjian. Cette politique départementale tient en quelques mots : il s’agit de créer les conditions de la réussite pour les collégiens. De leur garantir la découverte de culture, du sport, surtout lorsqu’ils ne peuvent pas y accéder à la maison. » En 2016, le budget global consacré par le Département à ses collèges s’élève ainsi à 163,5 millions d’euros dont 71 pour les travaux.