29/05/2019
 | Loisirs

La Seine Musicale dévoile sa nouvelle programmation

La saison 2019-2020 a été annoncée mercredi 29 mai. Grands noms et avant-premières seront au rendez-vous sur une île Seguin toujours aussi éclectique et ouverte à tous les publics.

700saison20192020
Charles Guivarch, programmateur musique classique, Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt, André Manoukian, Laurence Equilbey, directrice artistique d'Insula orchestra, Patrick Devedjian, président du conseil départemental, Marie-Agnès Gillot, danseuse étoile, François Lacharme, programmateur jazz, Olivier Haber, directeur général de STS Evénements, Gaël Darchen, directeur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine, David Ambibard, programmateur du festival Chorus et l'artiste Mikano (en bas).CD92/OLIVIER RAVOIRE

Depuis son inauguration en 2017, La Seine Musicale n'en finit plus de se frayer un chemin dans le paysage culturel francilien. La troisième saison de cet équipement le confirme : l’île Seguin est définitivement celle de toutes les musiques. Au cours de l'année, variété française, classique, jazz et musiques urbaines vont en effet se succéder dans un lieu qui a attiré 320 000 spectateurs lors de la dernière saison. « Il est utile pour notre Département d’avoir un équipement de cette importance, souligne Patrick Devedjian. Les Hauts-de-Seine accueillent des personnes du monde entier et avaient besoin d’un lieu qui réunisse toute cette diversité. La musique fait comprendre l’autre, celui qui est différent. »

Au cours de cette année, plusieurs grands noms viendront fouler le sol de la Grande Seine ou de l’Auditorium, les deux salles « dont l’addition compose l'ADN du lieu » confirme Olivier Haber, directeur général de STS Evénements la société chargée de l’exploitation du site. Trois temps forts lors de cette saison : le grand retour de Mamma Mia, qui reprend le répertoire du groupe Abba, pour dix-huit représentations en octobre, en version originale et avec orchestre. Une autre comédie musicale, celle de War Horse, forte de ses sept millions de spectateurs à travers le monde, qui sera jouée fin 2019 pour la première fois en France, suivie par la version revisitée de Roméo et Juliette du chorégraphe Benjamin Millepied en avant-première mondiale en février 2020 à Boulogne-Billancourt. Pour cette nouvelle saison, la salle à également noué un partenariat avec le mythique Royal Albert Hall de Londres avec différents projets de collaboration à la clé...

2020, année Beethoven

Côte classique, l'accent sera mis sur les « Grands formats » et sa quinzaine de dates qui mettent à l’honneur les formations étrangères comme l'Orchestre philharmonique de Taïwan. Les « classiques du dimanche » sont eux aussi renforcés avec neuf dates conviviales et ludiques destinées à un public plus familial. Pour sa quatrième édition, le festival Mozart Maximum continue de rendre hommage au compositeur autrichien tandis que l’année 2020 coïncidera avec le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven. Insula orchestra en profitera pour retracer son œuvre à travers plusieurs concerts qui jalonneront l’année. Sans compter les habituels îlots thématiques qui porteront pêle-mêle sur l'héroïsme, la musique sacrée et spirituelle ou encore l'Écosse et – plus étonnamment - la sauvegarde de la planète, « un thème dont les musiciens se sont jusqu’à présent peu emparés », note Laurence Equilbey, directrice artistique d'Insula orchestra. Après Natalie Dessay, dont la carte blanche touche à sa fin en décembre, une autre artiste prend le relais. La danseuse étoile de l'opéra de Paris et chorégraphe Marie-Agnès Gillot proposera à l’Auditorium quatre spectacles oscillant entre variété française, danse et hommage au Liban.

Toutes les pièces de cette grande maison trouveront un occupant lors du festival Chorus, 32e édition, du 25 au 29 mars 2020. Les scènes indoor et outdoor avaient attiré 13 000 spectateurs l'an dernier. Les premiers noms de cet événement aux sonorités hip hop, electro et rock seront annoncés à l'automne.

Enfin cette Seine Musicale est aussi celle des jeunes qui trouvent ici un moyen de chanter via la Maîtrise des Hauts-de-Seine, ou de pratiquer un instrument à l'Académie Jaroussky. Désormais, tous les arts se conjuguent dans le nouvel atelier mis en place à la Maîtrise : Singing in the Seine, qui enseigne la comédie musicale à de futurs talents…