22/05/2019
 | Social - Santé

Antony : un Espace répit destiné aux aidants

Premier du genre dans les Hauts-de-Seine, cet endroit est un lieu d’accueil et d’écoute pour les séniors et leur famille.

0519OR193754176
Jean-Yves Sénant, maire d’Antony, Véronique Bergerol, maire-adjointe d'Antony et conseillère départementale et Patrick Devedjian, président du conseil départemental, ont inauguré l'Espace répit à Antony.CD92/OLIVIER RAVOIRE

Un endroit pour se reposer. L’Espace répit, inauguré mardi 21 mai à Antony, veut tendre la main aux aidants familiaux, c’est-à-dire les personnes qui accompagnent au quotidien un proche en perte d’autonomie. « Nous avons voulu aller plus loin et offrir aux personnes âgées la possibilité de venir se divertir ici pendant que les aidants soufflent un peu », résume Véronique Bergerol, maire adjointe chargée des seniors et conseillère départementale déléguée aux personnes handicapées. En effet, plusieurs heures par semaine, ce lieu prend en charge des seniors en leur proposant des activités ludiques menées par des bénévoles afin que leurs aidants puissent avoir un moment pour eux. Puis, à leur tour, ces aidants bénéficient de cycles de conférences et d’ateliers sur les problèmes de santé.

Cet Espace répit est installé dans les locaux du Clic (Centre local d'information et de coordination gérontologique), créé à Antony en 2009. Cette structure rassemble toutes les informations indispensables aux plus de 60 ans et fournit des conseils dans des domaines aussi variés que l’aide à domicile, la santé, les transports, l’hébergement ou la vie sociale et culturelle… « Nous vivons de plus en plus vieux et en bonne santé mais celle-ci finit toujours par se dégrader, constate Jean-Yves Sénant, maire d’Antony. Lorsque la question de la dépendance est apparue dans le débat public, nous avons décidé de créer cette structure qui a su développer ses activités d’animation et de prévention. » Aujourd’hui, près d’un millier de seniors passent par le Clic chaque année.

Le Département participe à ce projet à travers une aide de fonctionnement de 254 000 euros conclue dans le cadre du dernier contrat de développement 2016-2018 signé avec la ville d’Antony. « Cette initiative est originale et montre que le Clic a une vocation de proximité, note Patrick Devedjian. Le vrai couple en contact avec les habitants reste celui de la ville et du Département. »